mercredi 5 décembre 2012

Savons Douceurs de Barbarie

Fleurs de Barbarie

Dans les Pouilles, tout au Sud de l'Italie, comme sur tout le pourtour méditerranéen, les chemins de campagne regorgent de figuiers de Barbarie. Ici, on les appelle Fichi d'India - figuiers d'Inde - sans doute en référence au nom botanique l'Opuntia ficus-indica. Mais ils sont aussi connus sous le nom de figuier du Diable, allez savoir pourquoi.

Un muret de pierres et une bonne dose de soleil suffisent à leur bonheur. Et dès l'été les pales opulentes se couvrent de gros fruits qui virent du vert au rouge. Ici on mange les fruits, on en fait aussi des confitures et en Sicile également une liqueur.

Focus sur le figuier de barbarie ou Opuntia Ficus indica

Pour en savoir plus sur le figuier de Barbarie, ici 

On dit que le figuier de Barbarie aurait été rapporté des Amériques par Christophe Colomb. Mais en Sicile, on affirme que ce cactus y existait déjà en 827, débarqué avec les Sarasins. Qui croire, hein ?  

Sur le plan cosmétique, nous connaissons depuis quelques années les bienfaits de l'huile de figuier de Barbarie, extraite des graines du fruit, dont les vertus cosmétiques  - anti-oxydante, anti-rides, lissante et donc anti-âge - mises en avant n'ont d'égal que le prix inversement proportionnel à la taille des pépins dont on extrait le précieux liquide. Cette huile est très riche en acide linoléique (oméga 6) et en vitamine E, d'où sa réputation non usurpée. 

Un macérat réalisé soit directement avec le fruit soit à partir des fleurs - en principe sur huile de tournesol oléique - est également commercialisé. Les deux versions se trouvent dans le commerce mais il est facile de réaliser ses propres macérats si l'on réside dans une région ou l'opuntia pousse comme le chiendent. Je fait de temps en temps un macérat de fleurs sur base de tournesol oléique, que j'ai toujours trouvé d'une grande douceur - mais difficile d'affirmer que ce sont les fleurs et non l'huile qui font la job. 

On connaît moins en revanche le gel extrait  des grosses pâles charnues du figuier, appelées cladodes. Ses propriétés thérapeutiques seraient pourtant comparables au gel d'aloé vera. La pulpe est un concentré riche en mucillages, vitamines et oligo-éléments qui lui confèrent des propriétés régénérantes, cicatrisantes, toniques, anti-oxydantes et désinfectantes. D'ailleurs, la pulpe était - et est encore - utilisée dans les campagnes siciliennes sur les blessures pour désinfecter et favoriser la cicatrisation.

Sur certains forums italiens, j'ai lu que les tambouilleuses transalpines utilisaient la pulpe fraîche dans leurs crèmes visage. Bien que très tentée moi-même, j'ai hésité à introduire un produit frais alimentaire dans un soin. Peut-être faudrait-il l'introduire en phase trois dans de toutes petites quantités de crème à utiliser dans les 15 jours. A suivre...

Je me suis donc limitée à ce stade à la réalisation de savons. J'avais beaucoup aimé testé le gel d'algues dans un savon et du coup j'ai eu envie de récidiver, même si les deux gels sont très différents l'un de l'autre.

un vert magnifique
C'est donc avec la pulpe des raquettes que j'ai réalisé mes savons. 

1ere étape : aller enfiler une bonne paire de gants très protecteurs et aller cueillir quelques pales de figuier de Barbarie, jeunes et charnues. 
2ème étape : toujours avec les gants, épluchez-les et coupez-les en petits morceaux. Passer à la centrifugeuse. On obtient une gelée fluide et visqueuse d'un très beau vert prairie. Appliqué sur la peau c'est gluant mais ça ne laisse pas de film collant comme avec l'aloé.

A conserver au frigo si on ne l'utilise pas immédiatement. Cela étant, s'agissant d'un produit organique frais et donc sans ajout de conservateur, je recommande vivement de l'utiliser sous 24 h00.

Passons maintenant aux savons. 

Oui, je dis savons avec un S, car j'en ai réalisé deux avec comme phase aqueuse exclusivement du gel de cladodes de figuier de Barbarie. Le premier est un savon dédié aux peaux très sensibles, comme la peau du visage ou celle des bébés. Le second, bien qu'également très doux car surgraissé à 10% et ne contenant que très peu de gras durs, dont 20% de coco pour la mousse plus bulleuse, est plus polyvalent et parfait pour la toilette quotidienne.

Je vous donne les deux formules

Le Barbarie Baby Soap ou BB soap

Les huiles

-77% huile d'olive 
-19% huile de son de riz
-4%  beurre de karité

soude pour un surgras à 7,5 % ( soit 62,5 gr pour 500 gr d'huiles)
liquide de dissolution constitué exclusivement de gel de cladode de figuier de barbarie

parfum : 10 ml d'HE d'ylang-ylang (parce que nous le valons bien, non ?)

B.B. Soap
La trace a eu du mal à arriver mais enfin, grâce à quelques tours de mixer, elle est apparue légère, très légère même. Et c'est tant mieux car cela m'a permis de couler sans souci dans un moule prédécoupé qui m'a donné de petites savonnettes très agréables.

Le format est parfait sur le rebord du lavabo, comme savon invités ou à emporter en voyage. Ni trop gros ni trop petit. Just perfect !



Les Fleurs de Barbarie 

Les huiles

-50% huile d'olive 
-20% huile de coco (pour la mousse)
-20% huile de son de riz
-10% huile de tournesol

soude calculée pour un surgras à 7,5%

liquide de dissolution : gel de figuier de Barbarie

à la trace : 2,5 % d'un beurre de karité + amande douce

Parfum : 10 ml pour 500 gr d'HE de sauge sclarée et romarin à 50/50 ; je trouvais ces deux huiles "assorties" à la couleur vert tendre des savons qui malheureusement n'a absolument pas tenu malgré mes précautions pour un séchage au noir. J'ai finalement choisi d'en faire des savons d'invités au format de fleur.
Et avec les chûtes, j'ai réalisé des galets étoilés, très root comme j'aime bien.

Etoile de Barbarie

Dans les deux cas, j'ai réalisé mes savons à une température ambiante d'environ 17° ; les huiles ont été à peine chauffées, juste assez pour faire fondre les beurres de karité et de coco.  La soude a été dissoute soit dans un gel sorti du frigo (4° env) soit dans une bassine d'eau glacée ; du coup, la couleur avait à peine été altérée par la montée de chaleur.

Le gel, malgré sa richesse en polysaccharides, donc en sucres, n'a pas contribué à accélerer la trace ou à épaissir la pâte, au contraire. J'ai pu couler à trace très fine pour la version Baby et à trace fine pour la version Fleur, ce qui est très appréciable. 

La couleur de départ est un vert-jaune tirant légèrement sur le moutarde, donc beaucoup moins joli que le vert du gel mais la couleur a beaucoup évolué  en séchant et finalement aucune des deux versions ne m'a donné un savon vert. A croire que c'est la couleur jaune dorée de l'huile qui a pris le dessus.

Autre bizarrerie de la savonnerie que je ne m'explique pas vraiment, les deux versions sont restées longtemps "molles" et les savons n'avaient toujours pas durci après plus de 15 jours de séchage. Aujourd'hui, en fin de cure le B.B. Soap est encore relativement mou.

J'ai du mal à attribuer cette réaction au gel, mais je ne vois pas d'autres facteurs ayant pu provoquer ce manque de dureté. J'ai réalisé par le passé des savons avec peu de gras durs, le résultat n'est pas comparable. Ici j'ai l'impression d'avoir presque du beurre de savon, en particulier pour le B.B.. 
Testé pour un lavage des mains, on n'obtient pas le glu-glu habituel des savons de castille bien qu'il n'y ait quasiment aucune mousse. C'est comme si je me lavais les mains avec un lait de toilette solide. Ce qui du coup en fait un savon parfait pour la peau du visage qui l'apprécie particulièrement, y compris en utilisation très régulière.

Le Fleur de Barbarie, pas plus vert que son cousin, a finalement durci et donne lui une mousse fine et serrée, très douce.

Deux savons qui me semblent très adaptés aux peaux sensibles. Ce qui confirmerait tous les bienfaits apportés par le gel de figuier.

Il me faut donc absolument trouver un moyen de conserver ce gel pour l'utiliser dans une émulsion. Pas simple quand on sait les problèmes à conserver le gel d'aloé vera. 

22 commentaires:

  1. Merci pour toutes ces précisions concernant la réalisation de tes savons. Ils sont très beaux. J'imagine ton plaisir à travailler ces belles matières ! Quant à moi, j'adore la saveur du fruit du figuier de Barbarie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gingembre ! oui ça a été un plaisir surtout en raison de la trace très fine ; j'ai souvent une trace épaisse qui m'empêche de mouler aussi facilement que je le souhaite. Ici pas de problème. Je vais peut-être envisager d'introduire du gel de barbarie dans tous mes savons ;)

      Supprimer
    2. Lolita, j'ai tellement envie de voir tes nouveaux savons. Ils sont uniques !

      Supprimer
  2. J'adore le choc des mots et te lire demande bien plus qu'un passage éclair, je vais revenir, mais là, tout de suite, tes douceurs de barbarie sont craquants et beaux
    Je pense que sous ses épines, il a une douceur d'ange(c'est pour répondre au diable)
    Bisous Loli et à tout plus pour me régaler de te lire.
    et comprendre cette douceur de figuier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bises ma MLK ! tu as raison "sous les épines diaboliques, la douceur du gel"

      Supprimer
  3. Lolitarose, oui, ça ne m'étonne pas qu'un de tes savons ne mousse pas, car il ne contient pas d'huile de coco.

    A mon avis, le fait que tes savons ont du mal à durcir, peut venir du pH du gel de figuier de barbarie. Il suffit que le pH du ton gel soit acide pour contrecarrer les effets de la soude.

    RépondreSupprimer
  4. Colchique, tu as peut-être raison, je n'ai pas regardé quel était le pH du gel, j'essaierai de regarder ça quand je retournerai à la campagne à Noël. D'ailleurs, je n'avais pas pensé que l'acidité empêchait le savon de durcir. Crois-tu que ça influence également l'arrivée et l'épaisseur de la trace ?

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cet article très intéressant et sa foultitude de détails, c'est un vrai bonheur de te lire, au plaisir de découvrir tes futures expérimentations et bravo pour ta persévérance :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Raphaël ! j'aime bien tenter des expériences un peu limites et voir ce que ça donne. Et je vais perséverer pour essayer de garder ce joli vert qui s'est envollé !

      Supprimer
  6. Lolitarose, je pense que l'acidité va agir comme un surgraissage ; c'est-à-dire, que plus la solution aqueuse sera acide et au plus on risque d'avoir une trace longue à apparaître, un durcissement du savon plus long, voire même un savon qui reste mou et huileux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Colchique, tes explications sont limpides et m'ouvrent même des perspectives ! mais crois tu que ça agit COMME un surgraissage ou que réellement ça surgraisse ? parce que du coup, je n'ai même pas besoin de surgraisser autant.
      Le BB soap qui ne contient aucun gras dur était effectivement huileux au démoulage ; l'autre non en revanche.
      Dès que je retourne à la campagne je me rejette dans le chaudron avec mon gel de figuier !

      Supprimer
  7. Il faut et il suffit de résider dans un p'tit coin de paradis comme les Pouilles, par exemple, pour avoir son huile d'olive, son gel de feuilles de figues de barbarie, etc, et se retrouver avec un savon dont la trace ne vient pas ... on lentement, rêve des savonnières.

    J'aime tout ce que tu nous apprends là, du vécu bon. La nature est si belle, bonne, généreuse ...

    C'est dommage, vraiment dommage que ce si beau vert ne soit pas resté. Mais j'admire ta témérité d'avoir osé utilisé ton gel comme seule lessive de soude !

    C'est un régal de te lire et regarder tes photos. Ta savonnette a fière allure et grande classe.

    Bises blanches et douces à toi Lolita San

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Irène, j'ai souvenir d'un savon réalisé dans mon petit paradis et qui s'est transformé en cratère infame, ce qui était loin d'être un rêve pour la savonnière débutante que j'étais. Mais je reconnais que c'est agréable de maîtriser la trace, ce que je ne parviens pas toujours à faire quand les températures sont un peu extrêmes.
      C'est vrai que la nature qui m'entoure est très inspirante et je ne formule pas de la même manière à la ville et aux champs. J'aime bien passer de l'une à l'autre...
      Je t'embrasse Ileno-San

      Supprimer
  8. Cela me fait penser aux savons que je faisais avec du gel d'aloe frais comme seule liquide de dissolution de la soude ; cela donnais des savons extraordinaires à mon goût.
    Les tiens avec le gel de barbarie doivent être extraordinaires également.
    Quel plaisir de travailler avec des matières brutes et précieuses offertes par dame-nature, j'aime beaucoup tes expérimentations dans ce sens.
    Bises toutes froides

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne crois pas si bien dire Catherine, quand j'ai lu que le gel de figuier avait des vertus comparables à celui de l'aloé, c'est à toi et à tes beaux savons que j'ai pensé. Et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai eu envie d'essayer. Et je recommencerai, comme je recommencerai les savons aux algues qui m'ont aussi apporté beaucoup de douceur.

      Chez toi aussi il fait froid ? et dire que l'an dernier à Noël (enfin avant que le pote Murphy ne déboulle) on dînait dehors, tellement les températures étaient douces !

      Big bises

      Supprimer
  9. Peut-être que la chlorophylle est contenue dans la peau des pales que tu as pelées. Car c'est en effet surprenant que le vert n'ait pas tenu à la saponification.
    Est-ce de la chloro d'ailleurs?

    J'adore pour ma part les savons fleurs. Est-ce un emporte pièce qui donne cette si jolie forme?
    C'est superbe et tous dégagent une belle idée de douceur.

    L'huile de son de riz saponifiée... un régal!

    RépondreSupprimer
  10. Michèle, je ne saurai te dire pourquoi la belle couleur n'a pas tenu, peut-être faut-il que je refroidisse encore plus ma soude pour éviter l'effet caramel, j'aurais été super fière d'avoir un savon vert pétant sans colorant.
    C'est bien un petit emporte-pièces qui me permet de réaliser les petites fleurs, je les ai depuis percées et accrochées à une ficelle de chanvre, ça fait très savon du jardin !
    Riz et ricin c'est vraiment un plus, d'autant plus dans les savons où on ne pratique pas le coco-palme, ça aide à compenser un peu en terme de mousse.

    Bises

    RépondreSupprimer
  11. Lolitarose, c'est vrai que tes savons ont une forme très jolie et que l'idée de l'emporte-pièce est géniale.

    Oui, tu as bien compris mes explications et je pense que ça va surgraisser ton savon si tu rajoutes un ingrėdient acide.

    Attention ! Je pense aussi qu'il est important de ne pas trop baisser le pH de la dissolution de soude, pour ėviter de la rendre insuffisamment active ou carrément la neutraliser.

    RépondreSupprimer
  12. Quel beau vert à l'état pur. Tes savons sont vraiment mignons et semblent tout doux.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  13. Je découvre ces très beaux savons barbaresques et je t'admire d'avoir osé pelé ces fameuses raquettes. Meme avec des gants, je ne suis pas sûre que je me serais lancée tant j'ai de lointains souvenirs (mexicains) cuisants avec des mains -sans gants- transformées en pelotes d'épingles…

    Comme le suggère Colchique, je pencherai aussi pour un faible pH du gel à l'origine de la légère mollesse savonnesque.
    le vert végétal pâlit souvent hélàs après le passage avec la soude, j'ai pu l'observer plus d'une fois
    bises parisiennes

    RépondreSupprimer
  14. Coucou belle Lolita ! J'espère que tu vas bien ! tous mes voeux pour l'année 2013 !

    Ce savon est magnifique !

    RépondreSupprimer
  15. Tu vas ou quoi?

    Ce savon est si mignon, utilisé jusqu'à la plus petite mousse. Donne envie de sauter sur des figuiers de barbarie mais où?
    Bisous.

    RépondreSupprimer