dimanche 9 septembre 2012

Polyloli : crème hydratante aux esters de sucre

Polyloli, crème aux esters de sucre

Cette crème pourrait s'intituler "retour aux sources" ou mieux encore "retour aux sucres". Esters de sucres, bien sûr. Car à nouveau ces émulsifiants ont le vent en poupe dans la cosméto maison. De petits nouveaux sont apparus, tels le Plantec ou le Natpursol chez Biowell pour notre plus grand plaisir.

Je ne les ai pas testés moi-même, n'en n'ayant pas sous la main mais,après avoir usé et abusé de certaines émulsions réalisées par MLK ou Michèle avec ces mêmes émulsifiants, je me suis souvenu à quel point les esters de sucre étaient merveilleux pour la peau. Et en plus ils permettent de réaliser des émulsions à la texture et au visuel très pro.

Bref, comme Maître Renard par l'odeur alléché, votre Lolitarose, qui ces derniers temps avait un peu rangé ses ustensiles de tambouilleuse maison, a été fortement tentée par une 'tite crémouille aux esters de sucre.

J'ai  donc été fouiner au fond de mon placard pour en ressortir mes "vieux" émulsifiants. Tout d'abord, un vieux classique qui a largement fait ses preuves : le cétéaryl glucoside. Le mien vient de chez Copaïba. Puis pour rester dans la douceur et l'hydratation extrêmes, je l'ai marié au sucrose stéarate que je rechigne toujours à utiliser à cause de la fâcheuse tendance à laisser une trace blanche sur la peau.

Comme en ce moment, la Lolitarose vit un peu en mode "je m'économise un max", j'ai voulu une crème à tout faire : yeux, visage, buste, corps, mains.... bref, la crème polyvalente par excellence, d'où son nom de Polyloli.

Et je dois dire qu'elle a fait LA JOB, comme diraient les copines de Potion. 

Allez, sans plus attendre la petite formule toute simple.

Phase huile 22%

-6,4 % coco fractionné (zinette)
-4,8 % propanédiol dycaprylate (heliocosm)
-4,8 % HV périlla (AZ)
-3,1 % macérat rose / jojoba
-2,9 % karité nilotica (rajouté à froid)

Emulsifiants et cires 7,3%

-3,3 % sucrose stearate (AZ)
-2% alcool cétylique
-1% cétéaryl glucoside (copaïba)
-1% cétyl palmitate (copaïba)

Phase acqueuse 64,6 % 

-46% HA PG mandarinier (du jardin)
-10% HA romarin (du jardin)
-5% glycérine végétale
-3% fucogel (copaïba)
-0,6% gomme xanthane

Ajouts à froid  6%

-3% lauroyl lysine (AZ)
-1% bisabolol
-1% relax-rides (AZ)
-0,5% oligopeptides d'hibiscus (heliocosm)
-0,5% conservateur

Parfum  0,7%

HE d'ylang-Ylang des Comores ; HE Famonty (asterale) ; HE hélychrise italienne (lavandes &co)

Préparer le gel de xanthane avec l'HA de PG. Puis chauffer la phase eau et la phase huile simultanément jusqu'à 75°.  Mélanger les deux phases à chaud en touillant à la spatule puis passer au mixer électrique pendant 10 mn.

Incorporer un à un les ajouts en mélangeant bien ; ne pas oublier le nilotica. Ajouter le conservateur et le parfum.

Côté composition, j'ai fait la part belle aux huiles légères telles le coco frac, le propanédiol et le jojoba afin de pouvoir me lâcher avec un peu de nilotica (que j'adore !)et d'huile de périlla  qui apportent leur pouvoir très réparateur, mais qui en cette saison ultra chaude (j'ai réalisé cette crème début juin, alors que le thermomètre flirtait allègrement avec les 35° à l'ombre) risquaient d'alourdir un peu la crème. Et malgré mes précautions, elle s'est en effet avérée trop lourde en crème visage de jour. 

Mon ami l'alambic
Côté émulsifiants, dosage léger également aussi bien en émulsifiants qu'en épaississants. Je me doutais que le sucrose stéarate même à 3% épaissirait déjà suffisamment, sans avoir besoin de forcer sur les épaississants.

Côté eau, c'était l'occasion rêvée d'utiliser mes hydrolats de printemps. Le premier réalisé avec des feuilles de mandarinier amer, découvert dans un superbe jardin abandonné où j'ai également cueilli le romarin. Un vrai jardin d'eden où pousse une superbe sauge ananas, du thym, du romarin, des agrumes, du laurier... Bref, il n'y a qu'à se servir, car plus personne ne vient entretenir ce petit paradis botanique. 

Le fucogel est venu parfaire la sensorialité de l'émulsion en apportant douceur et glissant supplémentaire. 

Quant aux actifs, ben... c'est parceque moi et mes copines (à qui était également destinée la 'tite crème) ON LE VAUT BIEN ! Parce qu'en vrai, on n'a pas de rides, c'est sûr ! et on fait toutes tellement d'jeunes !

Et le parfum est très herbeux, très nature (le mélange famonty-hélychrise est assez particulier)et se marrie aussi bien avec un soin visage qu'une crème pour le corps.

Et bien, en toute modestie, je vous le dis : cette crème s'est révélée ma crème de l'été tant je l'ai adorée. Enfin, c'est surtout ma peau qui l'a bue jusqu'à plus soif. Hydratation longue durée assurée. Effet sur les ridules de sècheresse. Peau veloutée.
Que demander de mieux ?!

D'ailleurs, je vais peut-être définitivement arrêter la cosméto maintenant que j'ai trouvé THE CREME IDEALE...

16 commentaires:

  1. Quelle agréable surprise!
    Je suis bien contente de revoir le chaudron chauffer un peu.

    Nous en as-tu donné de celle là? Car j'ai utilisé cet été une crème douceur visage très fraîche au parfum d'ylang vraiment très réussie.

    Je t'embrasse et à très bientôt j'espère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Michèle, tu as du recevoir un petit pot en juin très blanche et brillante et qui rappelait un peu ta crème de nuit à l'argan et au plantec (je ne retrouvais plus ta crème qui m'a pourtant donné envie de repartir sur les esters de sucre).

      Bises romaines

      Supprimer
  2. heureuse de te relire toute Rose chère Lolita
    et là, tu fais vraiment la job, et c'est en amie que je te le dis;)
    Cette crème me semble merveilleuse, mais j'espère bien que ce n'est pas "the crème" qui va nous enlever le plaisir de te lire et suivre en ton jardin paradisiaque
    Bises et à tout bientôt de te lire et nous laisser ravir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon promis, je réinterprèterai cette crème à l'infini et reviendrai en publier les variantes. Je vais essayer d'être un peu plus présente, mais pas omniprésente non plus ;)

      Ciao Bella !

      Supprimer
  3. Avec de si beaux ingrédients, je ne doute pas que ta crème soit sublime mais par pitié, n'arrête pas la cosméto, on a tant de plaisir à te lire !

    Je bave littéralement devant ton hydrolat de petitgrain mandarinier. J'ai fait pas mal d'hydrolats avec les plantes du jardin mais malheureusement, agrumes et Bretagne ne font pas bon ménage alors je me contente d'en rêver :).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mari-morgane, l'hydrolat de PG mandarinier est très doux et subtil mais un peu trop léger à mon goût, il faudra donc que je peaufine la méthode pour obtenir une senteur plus conforme à mes attentes. La Bretagne offre plein d'autres merveilles, par exemple de sublimes géraniums odorants (j'en ai découvert sur l'île de Batz) qui me font baver d'envie !

      Supprimer
  4. Quel plaisir de te lire ma chère Romaine.

    Ton ami l'alambic a vraiment fière allure… et tu le nourris des herbes magiques de ce mystérieux jardin d'Eden, il n'en sera que plus beau. Ha Mandarinier-romarin, c'est presque une composition d'eau de Cologne estivale.

    Comme la périlla est vraiment très riche en oméga3 très fragiles, tu devrais peut être ajouter un bon antioxydant pour la protéger.


    Bises parisiennes et parle nous encore de ce jardin qui fait rêver (avec photos si tu en as? )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello baroudeuse à peine rentrée ! Je n'ai pas de photos de ce jardin découvert par hasard lors d'une balade mais j'y retournerai faire mes amplettes (sans doute en novembre au moment de la nouvelle récolte des olives) et je me munirai de l'appareil photo.

      Tu as raison pour l'HV de perilla, d'ailleurs elle ne devrait pas se trouver là dans ma formule car je l'ai rajoutée à froid et pas mise à chauffer en fait (j'ai recherché dans mes notes papier). J'ai d'ailleurs lu un truc bizarre et interessant sur les omega 3 dont il faudra que je reparle quand je remettrai la main sur l'article. En bref, ça disait les omega 3 font rancir l'huile au chauffage mais ne sont absolument ps déterriorés par la chauffe... Ce qui voudrait dire : si on les mange cuits c'est OK, par contre on ne chauffe pas dans nos tambouilles cosméto.

      Bon baisers from Roma !

      Supprimer
  5. Coucou Lolitarose et qu'est ce que je suis contente de te relire. ;)

    Par pitié, je te supplie de continuer à poster au moins de temps en temps, car je ne peux pas me faire à l'idée de ne plus te lire.

    Ta crème est superbe. C'est une magnifique recette comme à ton habitude. Bravo !

    Bisous !

    RépondreSupprimer
  6. Colchique merci de ton chaleureux message ! non je ne vais pas complètement arrêter la cosméto même si c'est vrai qu'en ce moment c'est plutôt pédale douce. Mais vos messages à toutes m'encouragent à me secouer les puces et à revenir papoter gaiement sur la blogosphère.

    Bises !

    RépondreSupprimer
  7. J'espère que c'est une blague hein, tu reviendras oh dis Loli ?!

    Ta crème a l'air super et j'ai d'ailleurs presque tout pour la refaire dans mes tiroirs, à part les actifs mais qui peuvent être remplacés.

    Mais je sais que tu vas te lasser et que tu vas l'améliorer encore et encore et revenir écrire encore et encore... du moins je l'espère.

    Je bave d'envie devant ton superbe alambic, quelle chance de faire ses hydrolats avec des plantes ramassées dans la campagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Catherine, tu peux remplacer les actifs à l'envie voire ne pas en mettre du tout ; le vrai plus de cette crème à mon sens est sa capacité à réhydrater la peau et à maintenir l'hydratation ce que permet l'association d'émulsifiants.
      Tu as sans doute raison, je vais réinventer cette crème, sans doute pour rien puisqu'elle me convient telle qu'elle est, si ce n'est pour le plaisir de venir poster une nouvelle formule ! on est toutes les mêmes finalement. Cosméto, quand tu nous tiens...

      Supprimer
  8. Je te lis avec bonheur ma Lolita San et te revoilà parmi nous. Tu m'as manqué mais, c'est vrai, j'ai un tel respect de la liberté des autres que je ne me plaindrai pas, promis.

    Finalement, on est tellement heureuses de te relire que ta crème passe au second plan ! Mais ta synergie est surprenante. C'est épatant de nous la faire découvrir.

    Ton alambic est très beau, il fait envie, c'est certain.

    A quand tu voudras, nous sommes là, tu vois ...
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Je suis heureuse de passer au premier plan mon Irène ! même si je regrette bien qu'on se désintéresse de ma crème. Non pas que je crois avoir réalisé une prouesse en matière de cosméto maison, mais parceque c'est en toute sincérité celle qui me donne le plus de satisfactions à l'utilisation. Mais je vais récidiver car déjà mon dernier pot (et pourtant j'en avais fait 500 gr) baisse à vue d'oeil.

    Bises Ileno-San

    RépondreSupprimer
  10. Oh le bel alambic que voilà! (verte de jalousie, où donc as tu trouvé un tel joyau?)
    Intéressante cette formule de crème sucrée, et toujours tellement bien racontée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Flore, j'ai découvert cet alambic dans une boutique romaine où je m'approvisionne en huile de coco et quelques autres ingrédients. Il n'est pas très grand mais suffisant pour un peu d'hydrolat.
      Merci d'être venue te promener du côté de Rome !

      Supprimer