dimanche 30 septembre 2012

Crème d'automne au savon OKA

Savon OKA 'olive-karité-algues' en émulsifiant



Crème d'automne au savon OKA

Aussitôt dit aussitôt fait ! une fois réalisé ce nouveau savon olive-karité-algues, j'ai immédiatement pensé à le tester comme émulsifiant. En raison de sa composition et de sa mousse très fine et particulièrement glissante, il m'a paru intéressant à utiliser en cosmétique.

Je sais que de nombreuses tambouilleuses maison ont des réticences à incorporer du savon dans un soin : pH élevé, agressif, décapant... tout ce que l'on peut reprocher habituellement à un savon pour le visage.
Bien qu'ayant toujours eu une peau sensible (du moins avant de passer à la tambouille maison), l'introduction de savon dans mes soins ne m'a jamais provoqué la moindre réaction cutanée. De même qu'avec des savons à forte proportion d'huile d'olive et un fort surgraissage, je peux laver mon visage au savon sans risque. Alors qu'auparavant, il suffisait que l'eau shampooinée me dégouline sur la truffe pour que ma peau se couvre de plaques rouges et se mette à peler. Heureusement qu'en ce temps là, Madame, le téléphone phone qui fait clic-clac n'existait pas et que personne n'a eu l'idée de brandir son vieux Leïca pour immortaliser la Loli au saut du bain !

Bref, le savon dans les cosmétiques, j'aime TRES BEAUCOUP. En solo ou en duo, c'est un vrai plus.

Mais revenons-en à mon savon-émulsifiant OKA.

Le meilleur moyen d'étudier son comportement était de faire un premier essai très simple en l'utilisant comme seul émulsifiant, à l'instar de ce que j'avais fait avec un savon à la formule "classique" dans ma crème au savon du débutant.

Je suis donc repartie de la même architecture que je livre ici d'abord en grammes en raison de l'extrême simplicité de réalisation pour les débutantes

Formule de base en gr

-50 gr eau
-50 gr huile
-5 gr savon râpé
-5 gr alcool cétéarylique
un peu de poudre pour le toucher non gras, si on le souhaite

Pour ce nouvel essai, j'ai transformé la formule en pourcentages, en conservant 4% pour incorporer d'éventuels ajouts tels HE, conservateur, etc... et on obtient 

Formule de base en %

-43,5 % eau (eau, hydrolats, gommes, glycerine, ...)
-43,5 % huile (huiles végétales, beurres,...)
-4,5 % savon
-4,5 % épaississants (alcool cétéarylique, alcool cétylique, acide stéarique, cétyl esters...)
-4 % ajouts (actifs, HE, poudres, conservateur,...)


Pour la formulation rien de plus simple : un BM pour fondre les gras et cires ; un autre pour dissoudre le savon dans l'eau ; on verse l'eau savonneuse dans les huiles en mélangeant bien avec la cuillère magique. Dès formation d'une belle émulsion (rapide avec ce savon-ci), on peut retirer du feu et continuer de mélanger à froid jusqu'à épaississement de l'émulsion. Ensuite, comme pour une crème classique, on intègre un à un les ajouts.

 PLUS SIMPLE TU MEURS ! enfin, non car j'ai réalisé une formule encore plus simple et à froid, mais il vous faudra attendre un peu avant que je ne vous dévoile cette petite merveille !

Réalisation de la crème d'automne au savon OKA


J'aurais pu réaliser cette crème avec juste de l'eau, de l'huile d'olive et du savon. Et Hop ! en 3 coups de cuillère magique, emballé c'est pesé !

Mais pour évaluer si véritablement ce soap'emulsifiant se comporterait en tous points comme un "vrai" émulsifiant, j'ai donc composé une "vraie" formule, comme je l'aurais fait avec l'olivem, le VE/MF ou tout autre émulsifiant classique. C'est-à-dire en tenant compte des caractéristiques connues de l'émulsifiant et des conseils de la fiche technique. Bon, je sais, ici la fiche technique, c'est Loli qui va la rédiger au fur et à mesure de ses expérimentations.

Mais déjà, un simple savonnage de mains m'a permis de juger des caractéristiques de la mousse. Si avec un 100 % coco, j'obtiens une mousse qui est quasiment une émulsion en soi, avec le savon OKA, on est plus dans le registre du lait léger et peu moussant. 

J'ai donc choisi de "corseter" ma formule (comme dirait MLK) en y intégrant une gomme dans la phase aqueuse et des beurres dans la phase grasse, que j'ai voulu riche et émolliente. C'est encore l'été à Rome, mais on sent que l'automne n'est plus très loin. Enfin, pour l'instant il pleut sur Rome, il pleut même des cordes mais le thermomètre reste bloqué sur 28°. Bref, c'est l'automne sous les tropiques, mais Lolitarose reste une parisienne, donc je fais une crème d'automne. Non mais !

En co-émulsifiant épaississant, j'ai opté pour un mélange intégrant à la fois de l'acide stéarique (son pouvoir épaississant est intéressant car j'ai constaté que les crèmes au savon ont du mal à épaissir) et de l'alcool cétylique (que je trouve quand même moins "rugueux") et du cétyl palmitate pour la finesse qu'il donne aux crèmes et ce petit côté blanc pur dont je ne me lasse pas. 

Sans plus attendre, la formule de la Crème d'automne au savon OKA

Phase eau 44 %

-22 % HA petit grain mandarine (maison)
-23,2 % HA lavande (maison)
-0,5 % allantoïne
-0,3 % gomme xanthane

Phase grasse 40 %

-15 % HV olive
-10 % HV macadamia
-5 % HV son de riz
-5 % huile/beurre de coco
-5 % beurre de karité nilotica

Complexe émulsifiant 9 %

savon OKA
-4,5 % savon OKA  
-2 % alcool cétylique
-1,5 % cétyl palmitate
-1 % acide stearique

Ajouts 5 %

-3 % Lauroyl lysine
-1 % acide hyaluronique (préparé en gel)
-0,5 % parfum (HE PG mandarine ; HE géranium rosat ; HE carotte ; HE lavande sauvage ; HE myrrhe ; CO2 encens)
-0,5 % cosgard

Pazapa


Râper le savon et réserver
Préparer le gel en versant la gomme xanthane dans les hydrolats au BM ;
Fondre les cires, beurres et huiles au BM
Verser  le savon dans la phase aqueuse et mettre au ban marie quelques secondes en touillant pour faire fondre le savon. Contrairement à tous les savons que j'ai utilisé jusqu'ici (et quelle que soit la formule), le savon OKA s'est dissout presque instantanément et sans avoir à forcer la chauffe. On obtient une solution très légèrement mousseuse.
Verser l'eau savonneuse dans les huiles chaudes en laissant au BM très doux. Touiller jusqu'à prise de l'émulsion qui ici s'est avérée très rapide - beaucoup plus qu'avec un savon traditionnel.
Retirer du feu et continuer de touiller jusqu'à refroidissement et épaississement de l'émulsion.

Intégrer les ajouts un à un en mélangeant entre chaque ajout, toujours à la cuillère.

Voilà c'est fini !

crème d'automne
Le savon OKA se prête particulièrement bien à ce rôle d'émulsifiant. Il est d'un usage ultra simple pour un résultat ultra pro !

On obtient une belle émulsion, ni trop fluide ni trop dense, onctueuse et brillante, d'un beau blanc bien pur. Je sais la photo est mauvaise mais j'ai perdu l'appareil photo et le téléphone par temps gris souris, c'est pas top-top !

Sur la peau, comme promis, une crème riche mais sans excès, que je réserve toutefois au corps vu la proportion de gras utilisée, comparable à une cold-cream. Le résultat est en revanche beaucoup plus léger, beaucoup plus cosmétique dans sa plasticité et sa sensorialité. L'ajout de lauroyl lysine lui donne un toucher velouté et non gras très appréciable.

On peut remplacer par de la poudre de riz, de l'arrow root, de la sève de bambou, en fonction de ce que l'on a ou pas dans ses placards. On peut aussi faire sans, surtout si on a la peau très sèche.

J'ai choisi mes gras au feeling. Attention, feeling ne veut paq dire pif, loin s'en faut ! Mais autant, auparavant je décortiquais les fiches techniques des beurres et huiles végétales pour en découvrir tous les merveilleux composants qui allaient nourrir et réparer ma peau fripée.
Hé là qui a osé dire que Lolitarose a la peau fripée ! Lolitarose a la peau jeune et lisse, comme toutes ses copines de tambouille. Mauvaises langues, va !

Je disais donc, qu'avant bla bla bla... mais à force de tester et re-tester huiles et beurres, en solo, en duo, en trio, je les choisis en fonction de la perception que j'en ai sur ma peau. C'est ça le feeling cosmétique. Et ma peau aime l'émollience de l'olive et du son de riz, le lissant du macadamia et du coco, la douceur veloutée et réparatrice du nilotica. Et au final, peu m'importe les omega 3, 6, 9, 12 ... oups ! je crois qu'il n'y a pas de 12.

Je conseille vivement de tester les huiles sur sa peau directement avant de choisir de les incorporer dans un soin. On les essaie d'abord seules, puis accompagnées en changeant pour ressentir ce que la peau préfère. Pour moi, ça vaut toutes les fiches techniques.

Les berlingots d'AZ sont parfaits pour ça, on peut se faire une opinion à moindre coût. Sans gaspi.

Qualités des gras, donc, que je retrouve dans cette crème d'automne qui se suffirait en l'état, mais à laquelle j'ai quand même voulu ajouter un incontournable des soins cosmétiques : l'acide hyaluronique. Un précieux allié  des peaux automnales, que le soleil d'août a un peu malmenées et qui ont besoin d'être boostées pour affronter l'hiver lisses, lumineuses et rebondies comme un kaki, ce merveilleux fruit de l'hiver.

Un petit mot sur la synergie parfumée, très discrète car faiblement dosée. On peut sans souci pousser à 1-1,5 %. Les HE ont été choisies tout autant pour leurs qualités olfactives que pour leurs propriétés régénérantes pour la peau, en particulier la lavande, le géranium et la carotte (et, oui la revoilà ma chouchoute !) ; la myrrhe et l'encens sont d'excellents anti-inflammatoires qui viennent compléter l'action adoucissante de l'allantoïne.

Allez, je vous le dis tout bas et puis encore tout haut : ce savon OKA a un grand avenir devant lui. 

Et si vous êtes bien sages je vous conterai bientôt la formule minimale d'un soin visage où le savon OKA épousa le beurre niloTICA et ils eurent...

21 commentaires:

  1. Oh, chère Lolita San, bravo, mille bravos.
    Juste, une incise : je viens de faire un démaquillant avec du savon, mais un lait démaquillant. C'est tellement drôle ce hasard (qui n'existe pas d'ailleurs).

    Bon, tu nous dis tout, tu nous expliques si bien que je n'ai pas de question à te poser. Visiblement l'ajout des algues dans ton savon a des conséquences heureuses sur la rapidité de sa dissolution et sa texture. Une (ou des) plus savante sauront l'expliquer de façon "scientifique".

    J'ai trouvé du gel d'acide hyaluronique et je préfère vraiment l'utiliser sous cette forme.

    Ta synergie comporte tous mes éléments chouchous, sauf - je ne sais pourquoi - la carotte que je n'ai jamais utilisée sous cette. forme là.

    Ton savon OKA est vraiment OK !

    Bises et à bientôt pour le récit des épousailles
    d'OKA et de nilotica.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Irène, je crois aussi que les coïncidences n'existent pas vraiment. Transmission de pensée à l'insu de notre plein gré ?
      Je me souviens que tu avais la première expérimenté le savon comme émulsifiant dans un lait justement et j'ai poursuivi avec toutes sortes de crèmes avec beaucoup de bonheur.
      J'ai confectionné mon gel d'ac. hyaluronique à partir de la poudre de AZ ; je le trouve plus facile d'emploi sous cette forme en effet.
      Comment tu n'aimes pas mon amie la carotte ? je la trouve pourtant vraiment parfaite pour donner un côté nature-campagne à un parfum trop fleuri. Mais bon les affinités ça ne s'explique pas. C'est comme le tea tree ou le famonty, des mal aimées dont j'adore le parfum, va savoir !

      bises Ileno San !

      Supprimer
  2. Lolitarose, merci beaucoup pour cette recette et tes expériences avec le savon que je suis toujours avec un très grand intérêt.

    Ta crème a une très belle texture, très blanche.

    Comme toi, je préfère me fier au rendu des huiles sur ma peau.

    Oui, je serai sage. Il me tarde de lire ta formule minimale visage, surtout que tu l'as faite avec du beurre de karité Nilotica que j'adore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Devant tant de sagesse, je vais m'empresser de donner la simplissime formule du soin au nilotica.
      C'est vrai que la crème est bien blanche et brillante, c'en est même étonnant vu la "rusticité" de l'émulsifiant qui en plus était d'un beige pas blanc-blanc. Mais ce que j'apprécie le plus et que j'ai oublié de mentionner - mais c'est vrai pour toutes les émulsions que j'ai réalisé au savon - c'est sa glissabilité et l'absence de trace blanche. Un vrai bonheur !

      Supprimer
  3. Je cite "Et ma peau aime l'émollience de l'olive et du son de riz, le lissant du macadamia et du coco, la douceur veloutée et réparatrice du nilotica"

    Mais même sans y regarder de trop près, tu as tout dans ces 5 là ma belle : omégas 9, 6,7, 3, acides gras saturés, insaponifiables.

    Tu as tout!

    Encore un très joli soin pour moi qui ait du mal avec le savon comme émulsifiant mais j'ai été plus d'une fois conquise pas tes cadeaux au savon, notamment une série de 3 ou 4 vraiment réussie.

    Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michèle, je ne dis pas que je refuse de savoir ce que contiennent les huiles ! c'est juste qu'au lieu de composer une formule à partir des propriétés dues aux différents omégas, je me base sur leur dermo-feeling, ce qui dans les faits revient au même. J'ai depuis longtemps envie d'écrire quelque chose juste sur les huiles, leur composition, leurs caractéristiques physiques ou plastiques et leur apport en cosmétique, mais je ne me suis finalement jamais lancée. je crois qu'il faut que j'y réfléchisse sérieusement.

      Je ne t'apprendrais rien en répétant que je suis une inconditionnelle du savon, mais j'avoue que celui-ci a vraiment quelque chose en plus. Je veux maintenant le tester en co-émulsifiant d'un émulsifiant traditionnel de type olivem ou CG pour comparer à ce que j'ai pu obtenir justement avec d'autres savons. Bref, à défaut d'avoir de ce merveilleux plantec sous la main, je creuse ma petite cervelle pour réaliser des soins le plus proche des textures pro.

      Supprimer
  4. Sage comme une image en attente de la suite, après avoir savouré tes crèmes au savon, je suis sage comme une image
    Comme toi, ce sera pour le corps
    J'aime aussi beaucoup ta composition parfumesque et "vibratoire"
    Je trouve qu'elle a un côté "pieds sur terre" non,étirements vers le ciel,et pieds bien ancrés, ou ventre bien centré
    Bon, tu vas encore dire que je fais mon "évaporée" mais c'est ainsi que je le ressens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne doute pas que tu sois sage comme une image MLK ! Il n'y a que toi pour voir autant de choses dans une synergie où j'ai juste mis quelques huiles que j'aime bien sent-bon mais pas trop entêtant et fait-du-bien à ma peau. Mais le côté "pieds sur terre et étirement vers le ciel" me va assez. Du coup je m'en vais re-sniffer ma crémouille (dont le parfum se bonifie au fil des jours : au début c'est surtout la carotte qui dominait tout et maintenant elle fait un peu de place à ses copines).

      Mais non tu n'es pas évaporée, juste une poétesse qui a aussi la tête dans le ciel et les étoiles mais les pieds bien ancrés dans la terre.

      Supprimer
  5. Il n'y aurait pas eu le mot savon dans le titre, j'aurais pensé presque à une recette de dessert, au vu de cette crème si appétissante dans son pot. Elle est très jolie, on aurait envie d'y plonger une petite cuillère…

    je note que tu as une phase grasse assez conséquente dans la formule, que 3% de lauroyl lysine doivent alléger confortablement, je suppose.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Venezia, c'est un peu vrai qu'en la regardant on pourrait penser à une crème Mont-Blanc, mais elle est moins fluide. La phase grasse est importante et reprend les proportions que j'utilise habituellement pour les cold-cream et cérats. L'énorme différence est que le "gras" ne se retrouve pas du tout sur la peau. D'ailleurs, après deux jours de "repos" la crème a perdu encore un peu de son côté gras qui rappelait son fort % d'huiles et beurres et maintenant je l'utilise sans problème sur le visage, c'est un vrai bonheur. Je ne sais pas si le lauroyl lysine a allégé la crème mais il lui a apporté un côté velouté très marqué et très appréciable. Il faudra que j'essaie le rice NS à l'occasion pour comparer.

      Supprimer
  6. J'adore lire tes expériences! Comme beaucoup, j'attends impatiemment la suite de tes aventures. Je ne suis pas encore prête (psychologiquement parlant!) à utiliser le savon comme émulsifiant mais à la lecture de tes articles, le déclic viendra peut-être qui sait!
    Merci pour cette belle recette!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Julie, avec beaucoup de retard, merci de ton gentil commentaire. Je ne vais pas te forcer la main en ce qui concerne l'utilisation du savon, mais pour moi c'est véritablement devenu un plus !

      Supprimer
  7. Super recette, merci pour ce partage !
    J'aime beaucoup ton blog :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lucille de ta visite et d'avoir pris le temps de lire ce blog.

      Supprimer
  8. Bon, j'ai bcp de retard ds mes lectures. J'adore la blancheur de ta crème. Grâce à toi, je suis devenue une adepte du savon comme co-émulsifiant!
    L'aspirateur m'appelle (pas très très fort), je reviendrai lire la suite avec un bon café. Bises, je suis contente de pouvoir te lire à nouveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma Loulou, quel plaisir de te retouver ! tu n'es pas seule à voir du retard de lecture, moi aussi je rame en ce moment entre toutes les contraintes qui grignotent mon temps libre.
      Je t'embrasse ma belle !

      Supprimer
  9. Quelle maestria ! Quelle créativité ! Accompagnées de plus d'un grand souffle de bonne humeur et de rires à chaque lecture... Merci infiniment pour qui tu es, pour ce merveilleux blog et pour le partage.
    J'ai fait tes 2 phycocolloides : que du bonheur ! Je m'incline d'autant plus que je n'ai pas laissé de messages : ben voui, suis pas douée pour prendre en mains Mister Ordi. D'ailleurs, le message précédent, c'était moi : pour voir si ça marchait (me suis fait engloutir le 1er en "sélectionnant le profil" : SèKOITèCE ? Grrrrr )
    No comment...
    Bon, moi z'aussi j'chu bien sage... et très impatiente d'assister au mariage d'OKA et Nilotica, à froid en plus...
    Très bonne journée à toi, Zhom et ...Murphy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Agnès plus du tout anonyme pour ce sympathique commentaire ! Et surtout je suis très heureuse que tu aies apprécié les phycocolloïdes car c'est en effet un vrai bonheur. D'ailleurs, là rien que d'en parler tu me donnes envie de composer de nouvelles émulsions en les associant à des esters de sucre cette fois. Si de ton côté tu as des recettes à proposer n'hésite pas à revenir ici, je serai ravie de découvrir tes expériences. Mais on laisse Murphy de côté, hein ? parce que lui je l'aime bien mais à petite dose !

      Supprimer
  10. Zut, j'ai oublié de signer :
    Agnès

    RépondreSupprimer
  11. Super recette, merci pour ce partage !
    J'aime beaucoup ton blog :-)

    RépondreSupprimer