dimanche 12 février 2012

Nuage de peau H2Ô à la gelée de lavande et au CoCobello maison

Zhom chéri de retour à la maison : Put*** ça caille et.... heu ... Loli mais qu'est-ce tu fous à moitié à poil ?

Loli en tenue d'hiver
Lolitarose : Je ne suis pas à poil, zhom chéri. J'ai juste mis mon bikini et mes tongs. 

Zhom chéri : Ben vouais, justement ! qu'est-ce qui t'prend ? t'as pas vu la neige, là dehors ? on peut même plus marcher dans les rues. 

Lolitarose : Ah ouiii... la neige .... que c'est joli... et tellement rafraîchissant sur une peau échauffée de soleil....

Zhom chéri : échauffé ?! mais tu dérailles ma Loli ! c'est la Sibérie ! c'est dit dans les journaux. Tu peux pas rester avec ton bikini, il fait trop froid ! et c'est quoi cette mayo toute jaune que tu t'étales  ?

Lolitarose c'est mon après soleil, un vrai nuage de peau, aussi frais et doux que de la neige fondue.

Zhom chéri : put*** c'est sûr tu déconnes complètement ! JE - TE - DIS - KI - FAI - FROID !!! FRIO, FREDDO, COLD !!!

Lolitarose : Bien sûr Zhom chéri, mais tu vois le froid, le chaud, finalement tout ça n'est qu'une question de  psychè...

Zhom chéri : de psy koi ?

Lolitarose : psychè, mon nounours ! tu vois, il suffit de croire très fort qu'il fait méga chaud et ta psychè fait disparaître toute sensation de froid...

Zhom chéri : ???

Lolitarose : du coup tu vois, j'ai mis mon bikini et là ... ben faut que je mette ma crème réparatrice parce que j'ai attrapé un coup de soleil

Zhom chériAh ça c'est sûr ! ma pôv' Loli, t'en as même attrapé un bien carabiné ! A mon avis ça t'a même cramé ta psychè. Pfff ! complètement tarées ces gonzesses ! 

Nuage de peau H2Ô

Alors oui, pour conjurer la mauvaise météo qui s'est abattue sur notre vieille Europe - comme si elle n'avait pas assez de la crise, Mamie Europe ? - j'ai décidé de faire un soin après-soleil. Un soin pour les jours de canicule, quand on a trop chaud pour s'enduire de gras mais que notre peau réclame quand même son verre d'eau fraîche.

Bon, bien que je ne me sois pas exilée dans une île aussi lointaine que paradisiaque pour échapper à la crise financiaro-météo, je vous avoue que j'use et j'abuse de mon nuage de peau au quotidien et qu'il s'avère parfait pour ma peau non assoiffée. 

émulsifiant CoCobello
Comme j'avais fait un beurre lors de ma première expérience avec l'émulsifiant CoCobello, j'ai voulu cette fois m'essayer à une texture plus aérienne. Pas un lait toutefois, même si il serait tout à fait envisageable de la conditionner en flacon pompe.

Pour apporter cette touche de légèreté, ce côté "nuage", j'ai choisi d'inclure un gel dans la phase aqueuse. Mais j'ai réfléchi un moment avant de me décider : xanthane, cellulose, konjac, acacia... Toutes ces gommes ont de nombreuses qualités, mais je ne parvenais pas à me décider quand, en regardant du côté du placard à cuisine (Aïe ! j'espère que la mère Lolie - l'autre, hein - n'est pas dans les parages), mon regard s'est arrêté sur le pot d'agar-agar. Et là, votre Lolitarose s'est aussitôt dit : "Mais oui ! mais c'est bien sûr !"

Et comme je recherchais vraiment un côté frais, apaisant pour peaux échauffées (après une douche ou un bain brûlants, on peut aussi mettre un après-soleil, non ?), j'ai décidé de réaliser une gelée de lavande à l'agar-agar.

La réalisation est très simple : j'ai mis dans une casserole 200 gr d'hydrolat de lavandes maison et 0,6 gr d'agar-agar ; j'ai porté le tout à ébullition en remuant sans arrêt pendant deux-trois minutes, puis j'ai réservé. L'agar-agar, dont je vous dis tout après vous avoir donné la formule complète de mon petit Nuage, a besoin d'être porté à ébullition quelques minutes pour que la gélification puisse avoir lieu. Le gel, en revanche, ne prendra sa consistance qu'en refroidissant, à 40°.


Formule du Nuage de peau H2Ô 

Système émulsifiant  8,1%

-4,5% CoCobello
-2% @pimulse blanc
-1,6% alcool cétéarylique

Huiles et beurres 22%

-6% macérat de calendula sur olive (le tout de mon jardin)
-4% HV coco indien
-4% HV macadamia (Copaïba)
-4% HV coco fractionné ( The Herbarie)
-2% squalane végétal
-2% HV ricin (aromafarmacoteca d'Alena)

Phase 2 65,5%
-60,5% gelée de lavande à l'agar-agar (Algoplus - Roscoff)
-5% glycérine 

Phase 3 4,4%
-1,5% D-Panthenol
calendula officinalis
-1,5% hydratant intense 
-1% CO2 de calendula
-0,4% CO2 d'argousier

Phase 4
- cosgard 0,5% du poids final 

-parfum env 1% du poids total dont
-bergamote (Fraisse et Quattrone)
-gingembre frais (Astérale)
-géranium rosat (Fraisse et Quattrone - le seul que je supporte et que j'adore)
-absolue de thé blanc (macosmetoperso)
-absolue feuilles de violette (macosmetoperso)
-santal

Mode opératoire

Avant de vous donner le pazapa pour réaliser très simplement ce soin, je voudrais procéder à une petite MISE EN GARDE à l'adresse de toutes les tambouilleuses maison et qui m'a été inspirée suite à un échange avec une apprentie sorcière.

***

JOUE PAS AVEC LE FEU
La cosmétique maison n'est pas une activité dangereuse, du moins pas plus que la cuisine ou autres tâches ménagères. Il y a en effet peu de chance que de la cire d'abeille brûlante "vous saute au visage". Toutefois, comme pour nos activités quotidiennes de "ménagère de moins de cinquante ans", nul n'est à l'abri d'un accident. Un peu de prudence et beaucoup de bon sens, outre au respect de strictes règles d'hygiène devraient cependant vous épargner tout désagrément.
Au feu !!!
N'oubliez pas que comme en cuisine, l'eau ou l'huile bouillante renversées sur la peau peut causer des dommages sérieux. Le feu ça brûle ! 
N'oubliez pas que l'alcool est inflammable, alors soyez prudentes lorsque vous chauffez de l'alcool, notamment lors de la fabrication de vos esters maison. Les crêpes flambées au calva, c'est super (et de saison) mais la tignasse flambée, c'est carrément dangereux !
N'oubliez pas que la soude est caustique, donc ne la manipulez pas comme n'importe quel ingrédient, protégez-vous. La soude ça brûle ! 
N'oubliez pas que les huiles essentielles ça n'est pas que du "sent bon", respectez les doses prescrites et les contre indications. Mais surtout ne les manipulez pas à mains nues, certaines d'entre elles peuvent causer des brûlures importantes (j'ai un gobelet en plastique dans lequel j'avais mis mon mélange d'HE à verser dans un savon qui a littéralement fondu !).
Je mets autant de soin que possible dans les explications des recettes que je publie sur ce blog. Cela étant, certaines choses peuvent sembler obscures ou peu claires. N'hésitez pas à poser des questions dans les commentaires ou par mel, j'y répondrai avec plaisir. 
Alors jouez aux apprenties sorcières, mais n'oubliez pas : le feu, ça brûle !

***


Fondre au BM toute la phase grasse. Rajouter la glycérine. Incorporer 100 gr de gelée de lavande non encore parfaitement solidifiée, mettez le reste au frigo pour accélérer la prise. Mélanger hors du feu à la cuillère magique longuement. 
Lorsque l'émulsion est bien formée et homogène, incorporer le reste de la gelée, cette fois-ci totalement solide.
Prendre le mixer girafe et homogénéiser le tout en restant sur la puissance la plus faible. 
A ce stade, on obtient une belle émulsion légère et blanche. 

Incorporer un à un les actifs de la phase 3 et bien mélanger à la cuillere magique. Le complexe hydratant fluidifie légérement l'émulsion ; heureusement que je savais qu'elle reprendrait de la tenue après un petit repos-fraîcheur de 48 heures. Avec les CO2, la crème a viré du blanc au jaune, sans donner une belle teinte orangée, mon flacon d'argousier étant malheureusement fini (encore un truc à ramener de ma prochaine virée parisienne !). 

Pour améliorer la texture (c'est une lubie très personnelle mais comme j'y crois dur comme fer...) j'ai placé l'émulsion au congélateur quelques minutes ; touillé quelques minutes ; remis au congélateur ; re-touillé.

Rajouter le conservateur et les HE.  Et laisser dormir au frigo 48 heures.

Le parfum est finalement dominé par les absolues et en particulier la feuille de violette. C'est frais, presque zen, mais je regrette que le petit côté piquant de la bergamote et du gingembre ne soient pas plus présents.

J'ai obtenu une texture légère, aérienne, vaporeuse tout en n'étant pas mousseuse, mais qui se tient bien. Sur la peau, on a la sensation d'appliquer comme une mousse d'eau (d'où le nom). La crème glisse merveilleusement et sans l'ombre d'une trace blanche, ce qui est un plus pour un soin après-soleil. Immédiatement absorbée, elle laisse juste la peau douce et hydratée (grâce aux actifs ciblés comme le D-Panthenol et le complexe hydratant et l'incomparable calendula, ami de toutes les peaux s'il en est) mais pas de film gras.

Légère comme un nuage

Une crème que les adolescents (des mâles, des vrais, des qui supportent pas le gras)devraient adorer, surtout ceux qui ont tendance à avoir les épaules bourgeonnantes. 

Peaux sèches et très assoiffées, passez votre chemin ou augmentez l'épaississant à 3,5%-5% selon vos besoins. 

Autre avantage : ce soin fonctionne aussi bien sur le  corps que sur le visage en solo ou en double couche avec un sérum ou une crème plus riche ; dans ce cas elle fera office de sérum hydratant.

Focus sur l'agar-agar

J'inaugure ici une longue série d'articles à venir sur les algues. Ayant fait récemment un bref séjour en Bretagne, j'ai fait provision d'algues dans tous leurs états et depuis mon retour, je n'ai cessé d'expérimenter toute une pléïade de soins extrêmement agréables pour la peau. Vous n'avez pas fini de m'en entendre parler !

agar de chez Algoplus
Mais regardons de plus près cet agar-agar

On le connait comme additif alimentaire sous le nom de code E 406. Les japonais qui en sont de gros consommateurs (en alimentaire) le nomment kanten. On le trouve facilement dans les boutiques diététiques ou japonaises où il est vendu comme gélifiant pour les flans et pâtisseries notamment. 

Qu'est-ce au juste donc que cette poudre blanche qui devient gel sous l'effet de la chaleur ?

L'agar-agar provient d'une ou plusieurs catégories d'algues rouges, les gélidium et les gracilaria. 1/5 de son poids est constitué de fibres.  C'est une algue également très riche en glucides (50%), en protéines (15%), en calcium, en iode comme toutes les algues et elle contient également un peu de fer. 

Les japonaises en font un usage immodéré car avec un apport calorique proche du néant, sa capacité d'absorption d'eau une fois avalée, en fait un excellent aide minceur. En alimentaire, on l'utilise comme gélifiant dans une multitude de recettes. 

Un ouvrage sur le régime minceur à l'agar-agar : "Agar-agar la nouvelle arme antikilos - mincir comme à Okinawa" d'Anne Dufour et Carole Garnier aux Editions Leduc

Un autre, fort bien illustré, qui présente une multitude de recettes faciles à réaliser et excellentes : "Agar agar - Secret minceur des Japonaises" par Cléa aux Editions La Plage.

Sur un plan chimique, les agars sont des polysaccharides au fort pouvoir gélifiant (en effet, il faut très peu de poudre pour obtenir un gel - en cuisine, selon que l'on désire une crème ou de la gelée solide on mettra 2gr pour 0,5 litres ou 2gr pour un litre). C'est un gel dit thermoréversible : il se fige aux alentours de 50-40° mais on peut le faire "fondre" en rechauffant et ainsi de suite. 



C'est un gel assez sensible aux bactéries, il est donc important de travailler dans des conditions d'hygiène irréprochables et de confectionner son gel au dernier moment. C'est un gel qui se conserve mal. Il est important donc d'utiliser un conservateur, de type geogard, l'EPP ne me semblant pas offrir une protection suffisante.

Au plan cosmétique, ce qui m'a intéressée, c'est la structure du gel que l'on obtient. J'ai tenté un gel à 0,3% d'agar  pour un résultat ferme, mais facilement mixable. Si l'on prélève une noisette de gel et qu'on l'éclate sur la peau, on a la sensation en effet d'une membrane qui enfermerait l'eau ; ça donne une sensation de fraîcheur très intense. C'est pourquoi j'ai introduit le gel déjà formé dans les huiles et cires fondues. Une autre matière de procéder, pour une sensorialité sans doute différente, eut été de verser dans les huiles fondues le mélange eau-agar une fois bouilli. 

L'inconnue pour l'instant est la stabilité de l'émulsion sur le plus long terme. En fait, en cuisine, j'ai constaté que si l'on ne mangeait pas la préparation dans les quelques jours qui suivent, celle-ci avait tendance à relarguer de l'eau. Je n'ai rien constaté de tel pour l'instant (mes pots sont conservés au frigo, comme tous mes cosmétiques d'ailleurs), mais je guette.


Mon constat maintenant sur le comportement du CoCobello que j'ai ici aussi associé à l'@pimulse et à l'alcool cétéarylique car je trouve que ça fonctionne plutôt bien.  Avec une relativement faible proportion de système émulsifiant, 8% épaississant compris si je ne compte pas l'huile de coco, on peut obtenir une émulsion très légère et non grasse malgré une phase grasse de 30%. Cet émulsifiant est donc, comme je l'indiquais déjà lors du premier test, particulièrement indiqué pour réaliser des soins adaptés aux peaux fuyant le gras (peaux jeunes, mixtes ou grasses) mais ayant besoin d'un important effet nourrissant et/ou anti-déshydratation, comme c'est souvent le cas pour les peaux mixtes et mâtures ou des peaux grasses trop décapées.

Autre constat et non des moindres, après plusieurs semaines d'utilisation quotidienne des deux soins réalisés avec le CoCobello : une parfaite affinité avec la peau. 




28 commentaires:

  1. J'ai du mal à me lancer dans la réalisation d'émulsifiant maison mais quand je lis la description de la texture de ton produit, c'est vrai que ça donne envie. Se tartiner la peau d'un nuage, qui n'en rêve pas?!Par contre, j'ai beau essayer de me persuader qu'il fait 40°,ça ne fonctionne pas sur moi...

    RépondreSupprimer
  2. Julie moi aussi j'ai du mal a me convaincre qu'il fait chaud, sauf au sortir du bain ! Mais faut y croire !
    Je pense qu'il est possible de realiser une émulsion assez proche avec des émulsifiants déjà prêts type olivem + VE ou ceralan faiblement dosés et en mettant des huiles plus legeres ou de l'IPP pour alléger.
    Il y a sans doute plein de possibilités, c'est juste le temps de toutes les essayer qui manque.
    Merci de ta visite et bienvenue chez Lolitarose et Zhom !

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui le temps...Mon prochain essai sera cire n°3 car c'est mon préféré pour le glissant qu'il apporte tout en légèreté et ester de sucre. Je ne l'ai jamais travaillé à chaud mais je pense que le résultat sera pas trop mal. Merci pour l'accueil!

    RépondreSupprimer
  4. Oups il faut que je te relise.

    Tu aimes l'expérimentation dis donc :agar-agar en cosmétique!
    Pourquoi l'avoir incorporée en deux fois?

    Voulais-tu faire un genre de liposomes en mettant le gel de lavande dans les huiles? C'est là qu'un peu de lécithine aurait eu tout sa place, c'est drôlement intéressant.

    Je reviendrai relire attentivement pour la partie cosméto mais dis à zhom qu'il faut faire attention à son langage ;)

    RépondreSupprimer
  5. J'adore, j'adore, j'adore les dialogues entre Zhom et toi et ceux aussi juste entre toi et toi!
    Lolitarose, tu es bonne pour venir ici quand il fait -30°C, tu pourras essayer le bikini!
    Ton @pimulse d'origine était jaune. Si je comprends bien tu en as refait un avec de la cire d'abeille blanche. Pourquoi?
    As-tu vu une différence entre tes deux @pimulses?
    Chic, des algues à venir...

    RépondreSupprimer
  6. Quelle jolie crème jaune ! Ta façon de faire me déroute toujours un peu puisque tu ajoutes peu à peu les ingrédients sans tenir compte des températures et je suis étonnée de lire que tu mets la glycérine après les corps gras... MAIS, et c'est cela qui est intéressant, tu arrives à réaliser des émulsions fantastiques !
    Quant à l'agar-agar, que j'emploie depuis longtemps et souvent en cuisine, je me demandais toujours s'il était possible de s'en servir en cosméto et comment : tu m'as apporté la réponse ! Merci ! (Il existe maintenant un agar-agar bio en Biocoop.)

    RépondreSupprimer
  7. Lolitarose, très belle recette et très belle crème ! Bravo !

    Oui, je trouve aussi que l'association d'un émulsifiant fait avec une huile estérifiée + du savon + un coémulsifiant avec un soupçon de gélifiant, permet d'obtenir une crème très belle et très agréable sur la peau.

    En plus, grâce à ton @pimulse associé à ton CoCobello, ton pH est bon dès le départ.

    Est ce que tu as remarqué que ton @pimulse blanc émulsionne plus que ton @pimulse jaune, comme c'est le cas pour mes Olivem 1000 ?

    A mon avis, plus un émulsifiant et un savon sont purs et plus le pouvoir émulsifiant est augmenté.

    RépondreSupprimer
  8. Ne choquons pas notre Mimi la souris entre ton zhom au langage peu châtié et mon Johnny Johnny qui peut faire mal;) mais nous sommes des filles de mots qui jouent, rien n'est donc sérieux
    J'avoue préférer des blend émuls maison , à des émulsifiants maison que l'on doit de toutes les façons associer à d'autres co émulsifiants et etc...
    Mais le challenge est passionnant et tu en parles et analyses fort bien les potentiels possibles
    Je suis une fan des algues en cosmétique, utilisant ma gelée de chondrus crispus maison pôur améliorer l'hydratation
    J'espère que tu vas poursuivre en ce sens car les algues sont très riches et bonnes à presque tout
    J'ai fini l'hydrolat acheté en ta compagnie, de salicorne et je pense que ces actifs de la mer sont vraiment magnifiants et actifs;)
    J'ai hâte essentiellement de te serrer dans mes bras
    Bises ma Loli

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Merci Cosmeto ! j'ai pensé que H2Ô ça ferait genre scientifique (lol)

      Supprimer
  10. Ne serais tu pas grisée par l'air romain qui te donne cet envie de chaud par temps froid? Mais je reconnais qu'on peut avoir d'irrésistibles et impérieuses envies cosméto, quelle que soit la température… (et l'heure)

    As-tu vu que AZ avait mis de l'agar à son catalogue? Il propose d'ailleurs des trucs rigolos à faire avec (mais non,pas des cochoncetés… ) j'en utilise pas mal en cuisine, et depuis longtemps. mes observations:

    - comme tu le soulignes, mieux vaut faire bouilloter quelques minutes (et non 20 à 30 secondes comme le suggère AZ!)
    -autre chose importante à souligner: une gelée à l'agar mise au froid continue à durcir, il faut en tenir compte quand on prépare à l'avance (au bout de 2 jours par ex, c'est nettement plus ferme qu'au bout d'un jour). On l'avait vraiment constaté en préparant une terrine de foie de lapin aux lentilles, un peu trop ferme au final.
    -en cuisine, je ne trouve pas que ça relargue du liquide, je dis bien en cuisine. En oosmeto, je ne sais pas. Sans en être sure à 100%, il me semble que bien faire cuire l'agar limite ce risque. J'ai plus d'une fois préparé du lait de coco à l'agar (donc du liquide… ) ça ne bouge pas au froid. Hors du froid, je ne saurais dire.

    je pense que tu pourrais tenter des HG aux algues, tu as de quoi faire avec la gamme Algoplus.

    (Ce Noel, j'ai acheté du nori breton que j'utilise dans mes salades, j'aime beaucoup.)

    je ne souhaite assez de soleil pour tester ce joli nuage et je rage de ne pouvoir te voir bientôt

    Bises

    RépondreSupprimer
  11. pourquoi @pimulse blanc?j ai du louper un episode!
    la texture à l air superbe,felicitations!merci .sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sylvie, comme je le disais plus haut à Loulou et kat, j'ai fait un premier @pimulse avec de la cire naturelle jaune et j'ai donc obtenu un émulsifiant jaune et j'en ai réalisé un second avec de la cire blanche pour obtenir un émulsifiant tout beau tout blanc. Voilà tu connais tous les secrets de l'@pimulse !

      Supprimer
  12. @Michèle
    Ouh la la ! j'ai pris plein de retard ! mais je vois que tu as l'air encore plus débordée que moi ! Il y a très longtemps que je tourne autour du pot d'agar car j'avais très envie de tester en cosméto. Mais avant de me lancer, j'ai utilisé un rat de laboratoire. Donc je l'avoue ce soin cosmétique a bien été testé par un animal le lolitamouse ! J'ai réalisé un gel d'agar à l'eau distillée puis j'ai incorporé du cosgard et conservé au frais pour examiner l'évolution physique, olfactive, dermatologique et éventuelle apparition de moisissure. J'ai mis en bocal et conservé au frigo comme je le fais pour tous mes cosmétiques. Et toutes les semaines je suis allé regarder, humer et me tartiner (sur l'avant bras). Au bout d'un mois sans réaction apparente (ce qui ne veut pas dire que le gel soit totalement exempt, mais idem pour les émulsions que l'on fait maison après tout), j'ai décidé de me lancer et d'introduire un gel fraîchement réalisé dans un soin. Et j'utilise ma crème quotidiennement depuis 3 semaines pour voir si il y a là aussi une évolution.

    Pour les liposomes, j'avoue que mes neurones de blonde ^_^ n'avaient pas poussé la reflexion jusque là ! Non, ce que je recherchais c'était vraiment la sensorialité qui m'avait frappée lorsque j'avais testé de la gelée sur la peau et que je souhaitais retrouver dans le produit fini. Mais tu lances une idée là... surtout que je sais que les chercheurs ont beaucoup travaillé à l'élaboration de liposomes d'algues, mais je n'en ai pas encore trouvés dans un produit cosmétique. A suivre donc....

    Reviens ma Michèle que nous poursuivions cette discussion !

    RépondreSupprimer
  13. @Loulou, je me défoule à écrire des bêtises (ça me change des notes graves sur l'économie et la finance qui emplissent largement mon quotidien !) ; et avant de venir tester mon nouveau bikini dans ton froid pays, je crois que je vais essayer de me concocter une émulsion auto-chauffante !
    Loulou, j'ai fait un @pimulse blanc, pour qu'il soit blanc (Lapalisse !) et qu'il me donne des émulsions bien blanches. Ici, vu que les CO2 ont tout coloré j'aurais pu utiliser l'original ! La principale différence entre les deux est le parfum miellé de celui réalisé avec de la cire naturelle ; la saponification s'est avérée un exhausteur de parfum. Dans les crèmes baumes, il m'arrive de ne pas rajouter d'HE pour conserver le parfum de l'@pimulse.

    @Kat, quel plaisir de te retrouver ! J'ai constaté que dans les émulsions réalisées avec de la cire d'abeille et avec l'@pimulse également, il était possible de rajouter la phase aqueuse totalement froide dans la phase grasse chaude sans risque de déphasage et on obtient des émulsions différentes que par la méthode traditionnelles, plus "fraîches", vraiment comme si la crème délivrait ses molécules d'eau. Ici ça m'intéressait particulièrement de le tenter en raison du comportement de l'agar-agar.
    Comme toi Kat j'ai toujours hésité car j'avais lu que l'agar était un vecteur de bactéries. Mais pour l'instant, je ne suis toujours pas couverte de pustules ou autres rougeurs.
    Les algues et le bio, tout un programme qui fait beaucoup parler en Bretagne notamment, en raison du fort lobbying de certains goémoniers.

    RépondreSupprimer
  14. @Colchique, merci ! et je re-re-confirme que cette association s'avère vraiment épatante. Mes deux @pimulse me semblent avoir le même pouvoir émulsifiant, la méthode de fabrication étant rigoureusement identique, seule la cire de départ est de couleur différente. Ce qui, si je me souviens bien est différent pour tes olivem où tu as testé plusieurs formules.
    Pour ta dernière remarque, je suis d'accord, j'ai trouvé qu'un savon de marseille déglycériné du commerce émulsionnait plus ferme que mes savons glycérinés et surgras !

    RépondreSupprimer
  15. @mlk, tu l'as dit "ce ne sont que des mots" mais la souris du couvent des corbeaux, grande habituée du bitûme de Paname, n'est pas choquée elle, pas vrai ?
    Qu'appelles-tu tes blend-emuls maison ? ici finalement j'utilise mon émulsifiant maison comme je le fais avec n'importe quel émulsifiant du commerce, donc en l'accompagnant. Même ce cher olivem qui émulsionne parfaitement tout seul, et bien je le préfère en compagnie. Mais je t'avoue que j'avais bien pensé à réaliser un mélange cocobello+@pi+alcool cétéarylique pour en faire un auto émulsifiant, mais je me déciderai définitivement après avoir testé d'autres associations.

    Pour les algues, j'ai plein d'expériences en cours et en projet et ça me ravit, j'adore les travailler ! Un prochain article très bientôt !

    Moi aussi il me tarde de retrouver mes souris et princesses parisiennes.

    RépondreSupprimer
  16. @Venezia, c'est sans doute cette abondance de neige après un été interminable qui m'a toute tourneboulée !
    Oui, j'ai vu qu'AZ fait honneur aux algues et qu'il y avait de l'agar-agar, donc si eux oui pourquoi pas nous ? je n'ai pas été voir les cochoncetés dont tu parles, mais ce que j'avais vu sur les sites de cuisine moléculaire avait déclenché chez moi un feu d'artifices d'idées que je n'ai pas encore finalisé, mais ça cogite dur !

    Pour le relargage, je ne l'ai constaté que pour les gelées "molles" genre crème mont-blanc, mais pas sur mon test pour rat de labo, ni mon H2Ô où en effet tout semble se tenir.

    On peut faire plein de choses avec les algues, mais pour un glycériné il faut microniser les algues, sinon elles refusent de "lâcher" leurs principes actifs ; c'est pourquoi certains labos du côté de Roscoff se sont spécialisés dans l'algue micronisée. Mais j'ai dégotté sur un vide grenier un vieux moulin à café des années 60 qui avec un peu de technique et beaucoup de patience me permet de microniser tout un tas d'ingrédients dont les algues. J'en parlerai dans mon prochain article.
    J'adore la saveur du nori et mon autre chouchou est le wakamé que je mets partout. Algoplus a élargi son offre lorsqu'on fait la visite d'entreprise et propose maintenant des algues en vrac, en feuilles, du fucus micro... bref j'ai rempli la valise !

    Ma Princesse, si je n'avais peur d'écorcher les chastes oreilles de Mimi la souris, je te dirais à la façon de zhom "Put** Princesse ! tu fais ch*** de te barrer quand j'arrive !"

    RépondreSupprimer
  17. Coucou Loli
    Moi, je fais pas C...r, je serais là ih!ih!
    Je dis blend émuls comme mon soja émuls( hv de soja+ve+cire d'abeille et esterifiée
    selon la méthode de Célimène en gros
    Ce qui m'a permis de faire un baume, une crème et un lait sans rien rajouter de plus, hormis une gomme
    Bon, cela facilite les choses

    RépondreSupprimer
  18. Bon, je suis trrèèès choquée mais je serai là quand même!

    RépondreSupprimer
  19. Oh non Michèle, sois pas chokie !! Je suis very happy de vous revoir toutes et vraiment triste de râter notre baroudeuse.

    @mlk, mouais les blend c'est bien, mais c'est un peu la solution facile, non ? J'aime bien aussi quand je veux aller vite sans me louper et sans prendre le temps de composer une formule complexe. Sinon, je préfère pouvoir doser individuellement chaque composant du système émulsifiant. Mais comme dirait Irène, je suis du genre à faire compliqué quand on pourrait simple !

    RépondreSupprimer
  20. Ben! oui, toi tu es une vraie blonde ih!ih!

    RépondreSupprimer
  21. En pleine forme !
    J'ai tout lu, tout apprécié mais j'aimerais que tu m'explique une chose : en avons nous assez parlé ma parigote et moi de l'Amigel, ce produit extraordinaire qu laisse par terre mon ennemie intime la xanthane, que j'ai tant de fois utilisé. Dans pratiquement toutes mes recettes, en tout cas celles à froid. Et même dans les autres car tu sais que j'aime faire plusieurs phases à différentes températures.
    Essaie le au moins une fois.
    A moins que, vraiment, décidément, définitivement, tu aimes faire compliqué !

    Autrement, ne change rien à ton style.

    Bises ma Lolita San, bientôt maître Yogi qui transpire dans la neige !

    RépondreSupprimer
  22. Irène, je n'ai rien contre ton amigel, mais je ne sais par quel hasard, je n'en ai jamais eu dans mes placards et pourtant j'ai de tout : xanthane, cellulose, guar, konjac, agar, fucogel, simulgel, acacia... et maintenant chondrus et alginates. Pendant très longtemps j'ai beaucoup utilisé xanthane-cellulose qui donne de beaux résultats. mais là, je voulais simplement me rendre compte de ce que donnerait ce gélifiant, d'abord en solo, puis plus tard je testerai en synergie avec d'autres gels.
    Ici ce qui m'a interessée, c'est le résultat très aqueux, aérien, extrêmement léger. Et puis également de voir la stabilité d'une émulsion contenant de l'agar, réputé "mouvant". Et j'ai pu constater en effet, que tant que la crème est maintenue au frais, la texture ne bouge pas. En revanche si on la laisse à 25°, le gel fond, mais cela n'entraîne pas le déphasage de l'émulsion. On touille et on remet au frais et l'émulsion reprend sa forme initiale.
    C'est pour ça que je souhaite l'essayer avec d'autres gommes, comme la konjac pour voir le résultat final.
    Mais, promis dès que j'en ai l'occasion, je teste l'amigel.

    Bises printanière, ici la neige a bien fondu et les nombreux touristes se baladent déjà bras nus et en sandales !

    RépondreSupprimer
  23. C'est bien ce que je disais : tu fais des essais ... pointus.
    C'est bien ma Lolita San, tu travailles pour nous et ton partage est magnifique !
    Tu viens d'inventer la crème à géo --- thermie variable !
    Bises

    RépondreSupprimer
  24. Pas pointus, Irène ! je testes et je regarde ce que ça donne comme texture, sur la peau et comment ça réagit sur la durée, car l'agar-agar est un des rares gélifiant alimentaire qui ne fait pas l'objet d'une utilisation en cosmétique et il est très difficile de trouver un mode d'emploi. Donc ça m'oblige à tester. CQFD ;)

    RépondreSupprimer
  25. Lolitarose, merci beaucoup pour cette crème que j'ai testé avec le plus grand plaisir.

    J'aime beaucoup ta composition émulsifiants/coémulsifiant et le CoCobello est un émulsifiant que tu m'as drôlement donné envie de faire.

    Cette crème est une pure merveille au niveau texture, parfum, résultat sur la peau et couleur.

    Bravo !

    RépondreSupprimer