dimanche 19 février 2012

Au bonheur des algues (I) : gommage-peeling pour pieds stressés


Gommage peeling aux algues

Attention Mesdames et Messieurs, dans un instant, ça va commencer.
Installez vous dans votre fauteuil bien gentiment

1, 2, 3, 2, 1, 0 partez !

Alors, oui installez-vous bien confortablement dans votre fauteuil ; versez-vous même une bonne tasse de thé blanc aux algues bretonnes (j'ai testé c'est délicieux !) et apprêtez-vous à suivre la nouvelle série (bientôt) culte qui va vous tenir en haleine toute la saison.

Vous avez dévoré "Desperate housewises" ; vous avez adoré "Dr House".  A partir d'aujourd'hui vous vous délecterez d'algues à toutes les sauces. Car je vous promets que ce feuilleton porte bien son nom car les algues, quand on y a goûté : c'est que du bonheur !

Je trouve que les algues sont un peu les mal-aimées de la cosmétique comme elles le sont encore trop dans nos cuisine d'ailleurs. Au mieux on les trouve exotiques  associées  aux sushis japonais. Elles ont également acquis leurs lettres de noblesse dans les centres de thalassothérapie bretons. Mais ni la cosmétique traditionnelle - de luxe ou de masse -  ni la cosmétique naturelle ne leur ont offert la place qu'à mes yeux elles méritent vraiment.

Et pourtant elles contiennent quantité d'ingrédients fort enviables : anti-oxydants, vitamines, protéines, oligo-éléments, phytostérols et même pour certaines d'entres elles des acides gras tels que l'excellentissime oméga 3, sous la forme de l'acide docosahexaénoïque à chaîne longue(22:6; DHA. Une feuille de nori (l'algue qui justement enveloppe les sushis)contient autant d'oméga 3 que deux avocats. Rien que ça !

Tour d'horizon des principales familles d'algues et leur composition

Les algues brunes 
-Laminaria digitata (kombu breton): iode ; sucres de grande qualité ; acide alginique, glutamate naturel ; fer, calcium, magnésium, potassium, sodium ; vitamines A, B2, B6 ; oméga 3 ;

-Laminaria saccharina (kombu royal), assez proche de la précédente : iode (mais peu) ; sucres de grande qualité ; acide alginique en très grande quantité, glutamate naturel ; fer, calcium, magnésium, potassium, sodium ; vitamines A, B2, B6 ; oméga 3 ;

-Undaria pinnatifida (wakamé), l'une de mes chouchou en cuisine : iode ; protéines ; vitamines A, B1, B2, B6, B9, C, K ; calcium, fer, aluminium ;

-Himanthalia elongata (haricot ou spaghetti de mer), excellente avec des crustacés, du poisson : vitamine C ; fer, magnésium ;

Les algues vertes
-Ulva (laitue de mer) : protéines ; fer, zinc, calcium, magnésium, phosphore ; vitamines A, B3, B9, C ;

-Enteromorpha (aonori) : protéines ; magnésium, fer, calcium ;

Les algues rouges
-Palmaria palmata (dulse ou goémon à vaches) : glucides ; protéines ; potassium, iode, fer, manganèse ; vitamine A, B3, B12, C ; oméga 3
-Gracilaria verrucosa (agar-agar) : voir ici  

-Porphyre (nori) : protéines ; Fer ; vitamine A, C ; taurine ; oméga 3 ;

-Lichen carrageen (chondrus crispus ou pioca) : protéines ; fer, zinc ; lipides.

Riches en pigments (chlorophylle, fucoxanthine - béta-carotène, phycoérythrine) qui jouent le rôle de super anti-oxydants.

Monique à la récolte
En France, 90% des algues sont récoltées en Bretagne. De nombreux laboratoires de recherche y sont donc installés afin de tirer le meilleur parti de tous ces trésors sous-marins. C'est à Roscoff que je vais chercher les miennes directement chez le goémonier, c'est ainsi que l'on nomme les ramasseurs d'algues. Mes goémoniers à moi, s'ils ont commencé avec une brouette, des bottes en caoutchouc et leur folle énergie comme seul outil, sont devenus aujourd'hui une sympathique entreprise où l'algue est reine sous toutes ses formes : en paillettes, en conserve incorporées dans  des soupes ou d'excellentes rillettes de poisson, associées au sel, micronisée pour les enveloppements, en vrac...

Encore un grand merci à Monique Poulet pour la visite spécialement organisée et toutes ces merveilleuses algues qui ont rempli ma valise et ont littéralement déchainé mon imagination cosmétique. Car, assez tergiversé, c'est bien de cosmétique qu'il s'agit. 

Mais avant de passer au plat de résistance, pour en savoir plus sur les algues ici. 

Ou encore ici, en direct de Roscoff, où je suis moi-même allée chercher les miennes.

Et en version papier deux excellents livres :

Aux éditions La plage, "Algues" de Anne Brunner, très bien documenté, avec de belles recettes et une très belle iconographie ; et tout récemment, aux éditions Marabout, un petit ouvrage très bien fait et qui m'a fortement inspirée, "Les algues" de Régine Quéva.

C'est justement en lisant le livre de Régine Quéva que j'ai découvert une recette de "gelée d'algues", qu'elle nomme alginate, bien que le procédé de fabrication maison indiqué ne permette pas d'obtenir les divers alginates tout droit sortis des laboratoires.

Petit focus sur les alginates

Les alginates proviennent du mucilage produit par les laminaires (algues brunes) lorsqu'elles subissent une hydrolyse légèrement basique. L'alginate, de par ses propriétés gélifiantes est très utilisé comme additif alimentaire, sous les noms de code E 400 à E405. Plus récemment, les grands chefs de la cuisine moléculaire l'ont remis au goût du jour pour des créations originales. Mais ses capacités à absorber l'eau tout en formant un gel bactéricide ont également intéressé le domaine pharmaceutique, où les alginates sont intégrés à des pansements contre les plaies ou les brûlures. Il sert à mouler les prothèses dentaires (vous savez ces trucs roses que manipule votre dentiste). En cosmétique, on connaît principalement les masques peel-off (on en trouve même chez AZ) qu'on retire d'un coup. 

Laminaria saccharina
Dans son ouvrage, Régine Quéva propose une recette à partir du kombu breton (laminaria digitata), mais je lui ai préféré le kombu royal (laminaria saccharina), beaucoup plus riche en polysaccharides. C'est d'ailleurs sa richesse en sucres qui lui a donné son nom anglo-saxon de sugar kelp. 
Je l'ai baptisé phycocolloïde, de phyco=algues et colloïde=gel. Alginate me semblait quelque peu impropre et gelée d'algues trop générique, vu que j'ai réalisé plusieurs types de gels à partir d'algues très variées.


Fabrication du phycocolloïde au Kombu royal   

Prélever 5-6 morceaux d'algues laminaria saccharina (env 15 cm de long chacun, soit +/- 10 gr en tout)) et les faire tremper dans de l'eau distillée additionnée de vinaigre d'alcool blanc  (j'ai laissé environ un quart d'heure) ; rincer à l'eau distillée. 

Sécher et déshydrater les algues au four à 60° ; plusieurs heures sont nécessaires. En hiver, on peut aussi les laisser sécher dans une gaze sur un radiateur.

Couper les algues en paillettes.

Mettre dans une casserole avec 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude et recouvrir d'eau distillée (selon la consistance désirée on peut varier de 250 ml à 1000 ml d'eau ; moins on aura d'eau plus on réduira la quantité de bicarbonate). Chauffer et porter à ébullition pendant au moins 5 minutes, puis éteindre le feu et laisser reposer pendant deux bonnes heures.

Les algues auront gonflé et produit une gelée de consistance plus ou moins visqueuse en fonction de la quantité d'eau.

On pourrait à ce stade filtrer le gel comme on le fait avec le gel de graines de lin. Outre que c'est "galère", j'ai préféré suivre les conseils de Quéva et tout mixer, ce qui permet ainsi de bénéficier de tous les bienfaits de l'algue elle-même et pas uniquement du mucilage. Le "défaut" est la couleur vert-marron du gel définitif, pas très glamour.

Mixer le tout finement au mixer électrique (le plus fin sera le mieux). 

On a une gelée assez gluante, de couleur vert-marron assez foncé et à la légère odeur de marée. Ce n'est pas insupportable mais c'est quand même très peu cosméto-compatible en l'état. Une fois stocké au frigo, ça diminue un peu et heureusement ça ne se sent plus du tout dans les produits finis.

Ajouter 0,6% de cosgard si on n'utilise pas tout de suite et conserver dans un récipient hermétique de préférence au frigo. 


J'ai réalisé deux phycocolloides, l'un avec un litre d'eau et la seconde plus concentrée, que j'utilise au choix en fonction des formules. 

Aussitôt réalisé, aussitôt testé sur la peau. C'est frais, glissant, extrêmement doux façon silicone, pas gras bien sûr, et il est possible de l'utiliser dans une multitude de recettes où il apporte un toucher doux, du glissant, mais aussi une véritable hydratation aussi bien pour la peau que pour les cheveux.

J'ai déjà réalisé deux crèmes, un sérum visage, un shampooing, un sérum cheveux, un masque visage, un gommage pieds et je cogite encore ... 

Pour que vous ne restiez pas sur votre faim, je vous offre en première recette, un gommage-peeling pour pieds stressés

Je n'aime pas mes pieds. je les ai toujours trouvés moches. Du coup, je les néglige beaucoup, sauf en été car étant une inconditionnelle de la tong, je suis bien obligée de bichoner un peu mes extrêmités mal-aimées. Je leur ai donc concocté un petit soin sur mesure, qui les laisse tout beaux tout doux.

Formule du gommage-peeling pour pieds stressés

1CS de paillettes de dulse (très riche en béta carotènes)
1CS de paillettes de nori (très riche en béta carotènes)
1CS de baies roses (favorise la circulation veineuse)
1CS de paillettes de son d'avoine (adoucissant)
5CS de sel semi-fin (ici j'ai utilisé du sel de l'himalaya)

Moudre le tout au moulin à café ; réserver dans un bol.

Huiles et cires
-Coco indien
-pépin de raison
chacune pour moitié

Recouvrir généreusement les algues, baies et sel d'huiles.

On obtient au total 232 grammes

Rajouter 2 gr de cire d'abeille

Phase aqueuse
- 26 gr phycocolloïde concentré
- 50 gr hydrolat de criste marine (cueillie et distillée dans les Pouilles)

Phase 3
-3 capsules de spiruline (une autre micro-algue)
-0,5% conservateur

Parfum : synergie d'HE de ciste, fleur d'oranger, criste marine, agastache.

Mode opératoire

Mettre à chauffer les paillettes, sel, baies, huiles et cire d'abeille au bain-marie doux. Lorsque la cire a complètement fondu, incorporer le phycocolloïde et mélanger à la cuillère magique en laissant au chaud. Incorporer tout doucement l'hydrolat sans cesser de mélanger. 
Passer le "gloubi-boulga" obtenu au mixer électrique à vitesse élevée pour bien homogénéiser l'ensemble. Remettre quelques minutes au feu. Laisser légèrement refroidir et introduire les HE et le conservateur. Verser en pots.
Le phycocolloïde épaissit l'émulsion à la chauffe, mais on ne le voit qu'une fois bien refroidie, donc attention au dosage. La couleur est moins verte que sur la photo, plutôt un vert-brun comme les algues brunes. Mais pour un gommage, ça le fait ! 

Conseils d'utilisation

Prélever une noisette de gommage-peeling et appliquer sur peau propre et sèche. Masser en douceur mais en insistant sur les callosités et parties rugueuses. Au bout de quelques minutes, le gommage granuleux se transforme en gommage peeling. Rincer à l'eau fraîche, pas besoin de savon. Les pieds en ressortent doux (c'est lavé avec Mir laine ?), hydratés et parfaitement relaxés. Après le gommage je les masse avec une crème spécial pieds, également à base de phycocolloïde, mais on pourrait quasiment s'en passer. 

Moulage de petits pieds aux alginates
Depuis que j'ai testé ce gommage, j'adoore regarder mes pieds ! vivement la canicule que je ressorte les tongs !

Je ne vous cache pas que cette "gelée d'algues" est un vrai coup de coeur cosmétique. C'est simple, je ne peux plus m'en passer. C'est mieux que le gel d'aloé vera dont j'usais et abusais auparavant. Avec le phycocolloïde, on a un super effet silicone en plus, ce qui n'est pas rien. Et pas de peluche, comme cela pouvait se produire parfois avec l'aloé. 

Le seul défaut (il en fallait bien un), la couleur foncée qui ne permet pas d'obtenir des produits finis bien blancs, ni même crème clair. Les patientes filtreront donc leur gel pour le dépouiller de toutes les paillettes.

Si ce nouveau feuilleton "Au bonheur des algues" vous a plu, ne manquez pas le prochain épisode où je vous conterai par le menu, la réalisation d'une émulsion baumée "les pieds dans l'eau", toujours avec des algues bien sûr. 

Si les algues vous intéressent mais que vous n'osez pas vous lancer dans la chimie maison, AZ propose un choix assez vaste d'actifs de tous poils à base d'algues, très intéressants. 



58 commentaires:

  1. C'est passionnant ! Et comme d’habitude, tu nous époustoufles par tes recherches suivies de réalisations toutes plus créatives les unes que les autres !
    Pas difficile de trouver ces sortes d'algues dans les magasins bios. Par contre j'aimerais savoir à quoi sert le bicarbonate de soude dans l'élaboration du gel ? Et tu indiques que la quantité d'eau est variable suivant la consistance désirée : donc il faut faire des essais pour être sûre ?
    En tous cas, ton "gloubi-boulga/Mir laine aux algues" est très réussi et fait très envie. Mais je ne sais pas si je réussirai à faire ton phycocolloïde !
    Merci pour les références des livres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kat, si j'ai bien fait quelques recherches avant de me lancer, c'est seulement après avoir lu le bouquin de R. Quéva qui semblait présenter une recette toute simple pour faire ses alginates. Et si, comme je le dis dans ma réponse à MLK, on n'obtient pas véritablement un alginate, la réalisation du phycocolloïde est finalement assez simple et son utilisation encore plus. Donc, tu aurais tort de te priver, surtout si tu as la possibilité de te procurer des algues facilement.
      J'ai répondu plus bas pour la raison de l'utilisation du bicarbonate, mais je te réponds sur les quantités car en effet je n'ai pas donné de proportions précises.

      En fait pour un phycocolloïde relativement fluide, j'ai mis 10-12 gr d'algues pour environ 1 litre d'eau et 1 cuillère à soupe de bicarbonate. C'est le phycocolloïde vraiment passe-partout.

      J'en ai refait une seconde version avec 10 gr d'algues, 250 ml d'eau et 1 cuillère à café de bicarbonate. Là j'ai une gelée franchement épaisse dont je ne fais pas le même usage. J'ai constaté d'ailleurs que plus le phycocolloïde est épais au départ, plus son pouvoir épaississant sera important, même à faible dose.

      Kat, si tu as fini par te mettre à la savonnerie - et avec quel talent - il n'y a aucune raison que tu ne te mette pas à hydroliser les digitata !

      Supprimer
  2. Ah! j'adore et je l'attendais avec impatience cette saga alguérit tout
    Comme dit kat c'est absolument passionnant et je suis ravie que ce soit toi qui t'y colle
    Normal, vu que ton approvisionnement est familial et que tu vas nous en bien nourrir
    Pour ma part, je fais ma gelée de chondrus crispus pour mes conditionneurs avec la poudre et les algues séchées entières achetées chez Ormenis
    Je vais revenir car ce post est aussi riche et vaste que la mer porteuse de ces algues
    De même je détourne le masque peel of de Bilby ou Az pour texturer certaines de mes émulsions et en ces là, je ne mets pas d'autres gommes
    Cela fonctionne très bien par exemple dans les démaquillants et masques émulsionnés et même dans les crèmes corporelles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MLK, tu fais ton gel avec et des algues et une poudre ? est-ce juste du chondrus micronisé ou du gel déshydraté ? Quel est l'intérêt d'avoir les deux ?
      Les masques peel-off qui contiennent des alginates, amis pas seulement, doivent à la fois contribuer à la stabilité de l'émulsion et son épaississement. je n'ai pas souvenir d'avoir lu une de tes recettes en contenant, ce serait peut-être l'occasion, non ?

      Supprimer
  3. Kat, je pense que Loli a mis du bicarbonate aussi pour rectifier le PH non? et adoucir les petons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai répondu plus bas pour l'usage du bicarbonate ; c'est sûr qu'au passage ça neutralise aussi l'acidité et donc ramène le pH au bon niveau.

      Supprimer
  4. Re moi, je suis reviendue ma copine aux bonnes idées
    J'ai aussi fait un macérât huileux de chondrus crispus toujours et en effet l'huile est gluante un peu, j'y pensais pour un savon au vu de l'odeur malgré le fait que j'ai mouillé auparavant avec de l'alcool qui sera ensuite évaporé
    Ici le lien trouvé chez Bluehttp://huilesinfusees.canalblog.com/archives/2008/07/11/9887020.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai imprimé le lien, mais pas encore eu le temps de le lire. Faut que je regarde ça de près, parce que la liposolubilité des algues...

      Supprimer
  5. Je squatte grave
    Il y a aussi le Klamath plus rare et c'est moi qui me ferait un plaisir de vous l'offrir;)http://www.soleil-levant.org/presse/article.php3?id_article=640

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu que mon expérience semble déjà soulever quelques questions, je profite d’une courte pause pour apporter déjà les premières réponses « chimico-scientifiques » (heu... étant quand même précisé que je ne suis pas chimiste mais blonde ^_^).

      Comme je le dis dans l’article, mon phycocolloïde n’est pas, sur le plan chimique, un alginate ou du moins pas que ça.

      D’abord il y a différents alginates, de sodium, de calcium, de magnésium... Ici , il s’agissait d’obtenir un alginate de sodium et comme je le disais, certes de manière un peu sybiline (histoire de ne pas me la jouer « ‘suis chimiste et j’me la pète !»), pour obtenir un alginate (de sodium), on procède par une hydrolyse légèrement basique.

      Pour rester dans la plus grande simplicité, l’hydrolyse basique consiste à faire réagir un élément xx avec de l’eau en utilisant un cataliseur (l’agent qui va permettre la réaction) alcalin. Et là, je suis sûre que les savonnières que vous êtes commencent à réagir.
      En savonnerie, on prend acide xxique + alkali (soude) = xxate de sodium
      Pour fabriquer un alginate de sodium, on prend acide alginique + bicarbonate de soude = alginate de sodium

      Pour fabriquer l’alginate de sodium selon les règles, il faut longuement baigner les algues dans une solution acide ; on préconise l’acide sulfurique pour obtenir un pH 2. Je me suis contentée de ce que j’avais dans mon labo-kitchen, soit du vinaigre. Cette opération a pour objectif de dissoudre les sels minéraux et d’avoir l’acide alginique.
      C’est cet acide alginique (comme en savonnerie nos acides gras) que l’on fait réagir avec une solution aqueuse légèrement basique, pH 11, d’où l’utilisation de bicarbonate de soude bien moins alcalin que la soude caustique.

      En chauffant, on obtient un mélange d’alginate de sodium et de cellulose (un gel en somme). C’est là que j’ai arrêté l’opération, comme en savonnerie à froid, on arrête à la trace.

      Normalement pour obtenir juste l’alginate, il faudrait filtrer , puis remettre dans une solution acide à pH 1,8 ce qui permet aux sels d’alginate de se précipiter et d’être récupérés par nouveau filtrage.

      Donc, mon phycocolloïde est en réalité un composé gélifié d’alginate de sodium, de cellulose et d’algues, ce qui en fait un ingrédient encore plus précieux puisque :

      -la partie alginate me permet un effet épaississant à la chauffe, très intéressant en émulsion (on peut travailler avec une dose homéopathique d’émulsifiants et quasiment sans co-émuls ni épaississants)

      -la partie gel se comporte sur la peau – et surtout sur les cheveux – comme un simili silicone doublé d’un actif hydratant-apaisant
      -les algues (puisque je les mixe avec la gelée) apportent les actifs qui n’ont pas été détruits.

      Je repasse plus tard, pour continuer ce passionnant papotage !

      Supprimer
  6. Ben justement chez G.Detou, il y a de l'alginate de sodium
    ce qui implique donc, qu'au lieu de me faire suer à faire mon silicone, il me suffit donc de moléculer direct!
    Tu n'aurais pas une autre petite pause au goûter ih!ih!
    Merci blonde chimiste à 2 neurones et néanmoins copine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MLK ké pa blonde, alginate et silicone sont deux choses différentes ! avec l'alginate de GDetout, je doute que tu obtiennes un silicone. D'ailleurs, non contente de faire mon phycocolloïde, je fais aussi mon silicone (de chondrus) qui a des propriétés différentes.

      Supprimer
  7. Comme c'est intéressant Lolitarose cet article sur les algues, les commentaires aussi. Je pense aussi qu'on ne se penche pas encore assez sur les algues et que nous avons tord tant elles sont intéressantes pour la santé intérieure et celle de notre peau. Je vais suivre avec grand intérêt ce feuilleton sur les algues et tes recettes toujours aussi originales.
    Tu vas finir par les adorer tes pieds, c'est beau un pied, quelque soit sa forme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Catherine tu as raison, les algues sont encore trop souvent le parent pauvre tant en matière de nutrition que de cosmétique. Et au final c'est notre beauté qui en pâtit car ce que nous mangeons nous rend aussi belles que ce que dont nous tartinons nos minois.
      Quant à mes pieds, mon adoration ne dure en général que les quelques minutes qui succèdent au soin que je leur accorde... quelques maigres fois par an. Mais maintenant que j'ai réalisé un soin sur mesure, je n'ai plus d'excuse, pas vrai ?

      Supprimer
  8. Tiens c'est étrange ! Lorsque j'ai écrit mon commentaire à 12h27 il n'y avait aucun autre commentaire.... les mystères du net ! Je comprends mieux ta réponse ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kat, lorsque je me suis connectée il y avait ton message et 3 ou 4 autres de MLK à la suite, mais je vous ai fait des réponses dans le désordre chronologique. Au final, tout le monde aura quand même sa réponse.

      Supprimer
  9. Ma Loli je fais mon gel de silicone avec la poudre de chondrus et ou avec les algues séchées de chondrus
    Mes derniers bébés démaquillants sont à l'olivoyl et au beauty mask à environ 2%
    et sur potions j'avais fait une crème corps avec oliwax et lecithine et alginate
    mais, ce sont des essais cosmétoculinaires qui sont ravis de trouver une tête chercheuse blonde...permettant d'affiner
    Pourtant, l'alginate de G Detou a toutes les caractéristiques que tu mentionnes, style silicone like?

    Catherine, je pense que c'est un de ces essais renouvelés que tu as chez toi! au beauty mask

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, MLK mais je réitère ma question : si tu as algues (en vrac) + algues (en poudre), ça sert à quoi ? une seule sorte aurait suffi pour le même résultat, non ?
      Je suis curieuse de voir cet alginate GDetout, d'ici que je sois dans l'impérieuse obligation d'y aller aussi ! aïe que je sens que la valise va déborder ! Trève de plaisanterie, il se présente sous forme de poudre que tu mélanges à l'eau, je suppose. Mais est-ce de l'alginate de sodium ou de calcium ?

      Supprimer
  10. Coucou Mlk, non de n'ai pas de masque chez moi ! hihihi mais j'ai du condrus crispus que j'avais acheté il y a un moment, sur tes conseils, cela me donne des idées.

    RépondreSupprimer
  11. Lolitarose, très intéressante recette et article.

    Tu es vraiment une femme super géniale, car grâce à toi on n'apprend toujours des choses très intéressantes.

    Je me permets de mettre ci-dessous un lien que je trouve également très intéressant :

    http://www.cuisine-et-molecule.fr/ingredients/gelifiants/54

    Très intéressant sujet que celui des algues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cochique ! j'avais vu ces sites en effet et ça m'avait soufflé plein d'idées à détourner en cosmétique, reste à me faire sponsoriser par mon employeur pour que j'arrête de travailler et que je puisse consacrer tout mon temps à mes tambouilles !

      Supprimer
  12. Lolitarose, j'ai oublié également le lien ci-dessous :

    http://www.cuisine-et-molecule.fr/ingredients/gelifiants/53

    RépondreSupprimer
  13. Moi j'adore l'élégance de Monique à la récolte.
    On aurait dit une photo de magazine de mode pour un reportage color-block.
    Je trouve d'ailleurs qu'on devrait réhabiliter la salopette, ça peut-être très racé en crêpe de soie, j'aimais beaucoup...

    Bon tu nous donnes encore quelques neurones à réhabiliter aussi avec ce magnifique message.

    Ce que je n'ai pas compris c'est pourquoi déshydrater tes algues puis les réhydrater ensuite.
    Est-ce pour une raison technique, une façon d'activer les composants?

    Je trouve aussi que ces gels aux polysaccharides sont filmogènes et très efficaces pour toutes les peaux qui ont besoin d'une hydratation confortable, pas seulement aqueuse.

    Avec les alginates, on tombe encore dans l'une des spécialités de Mlk qui a déjà eu raison avec les lécithines ;)
    Je demande à voir ce que ça donnera ;)

    Mlk on n'a pas défilé pour Gaulthier pour rien, c'est ça l'avant-garde ma belle!

    Bon je crois que j'ai encore de la lecture pour plus tard, merci Lolitarose... et bravo, bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michèle, je n'ai pas pris la photo, mais je crois qu'elle était parue dans un magazine, en effet (pas de mode, de reportage !) et c'est vrai que c'était très sympa l'époque salopette, j'en avais d'ailleurs une du même jaune avec en plus des rayures horizontales violettes (ultra discret, quoi !).

      Michèle la première étape n'avait pas vocation à réhydrater les algues mais à les nettoyer de tous les sels minéraux. J'imagine donc qu'ensuite on déshydrate pour "vider" l'algue de toutes les substances aqueuses et hydrolyser la matière sèche restante. Et surtout il faut hydrolyser des petits morceaux d'algues (en paillettes) pour que la réction soit plus complète alors qu'il est plus facile de laver et rincer des grandes lanières.

      Pour les lécithines, je ne les ai pas toutes testées et donc pour l'instant, elles restent encore à apprivoiser avant d'être adorées, alors que pour les algues, c'est LOVE STORY !

      Supprimer
  14. CathNc
    Tu as le "toilettant visage" dans lequel j'ai inclus un peu de poudre "beauty mask" de Bilby, il y a dedans, alginates, silice, corail...je crois

    Lolitarose, je crois que l'on va faire toutes les boutiques et les marchés
    j'ai les deux chondrus pour voir si l'un est plus pratique que l'autre à manipuler

    Michèle j'étais jeune et belle et rebelle ih!ih!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça oui, ma MLK, je sens qu'il faut que j'emporte de bonnes chaussures et un grand cabas à courses ! et bien sûr mon petit rectangle gold, pour dégainer easy ;)

      Supprimer
  15. Je suis tres interessée par cet article ,qui donne envie de mieux connaitre les algues .il y a quelques mois j avais fait un troc avec une bretonne et j avais fait un gel de chondrus crispus ,je l ai utilise dans des cremes ,mais surtout dans un schampoing ,il me semble que ton gel d algues a un effet plus silicone que mon gel carraghenanes.j attends avec impatience la suite !!!bonne journee et merci.sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de donner tes impressions sur le gel de chondrus, Sylvie. A ce jour, c'est un gel que je n'ai pas utilisé seul, donc il m'est difficile de comparer avec le phycocolloïde. Mais du coup, je vais le tester dans mon prochain shampooing (je fais des shampooings- minute, du coup je peux choisir mes ingrédients en fonction de mes envies du jour )et j'en parlerai dans un prochain article "soin des cheveux aux algues".

      Supprimer
  16. Magnifique article,

    Je dois dire que les algues, je me contente surtout d'en manger, notamment l'osmonde, un délice poivré que j'ai appris à identifier et à ramasser… j'ai trouvé à Noel chez tes potes proches du nori breton (donc pas pressé en feuilles, on ne sait pas faire en France, mais en fines paillettes) que j'utilise beaucoup dans mes salades, je le trouve délicieux;Je milite moi aussi beaucoup pour les algues … en cuisine, si riches en minéraux.

    je vais venir relire ton article pour voir comment je peux convertir -voire sacrifier… - mes provisions gourmandes en ingrédients cosméto.

    j'utilise le kombu, très riche en mono glutamate, pour accélérer la cuisson des légumineuses et rehausser leur goût.

    Merci chère exploratrice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Venezia ! moi aussi j'adore manger les algues, en particulier le wakamé que je glisse partout (riz, poissons, soupes...) et en paillettes les nori, dulse, ulva. En revanche, j'ai réservé le kombu royal à l'usage exclusif cosmétique.
      Il n'est pas facile de savoir quelle algue utiliser et comment en cosméto, car certains principes sont liposolubles, d'autres ni lipo ni hydro. Ceratins sont glycosolubles mais nécessitent que l'algue soit au préalable micronisée pour que les cellules (ultra-résistantes et surtout de trop grande taille pour pénétrer dans l'épiderme) libèrent leurs précieux trésors. Bref le feuilleton "Au bonheur des algues" ne fait que commencer, tant il y a à expérimenter et à dire avec ce véritable "or marin".

      Merci à toi, grande exploratrice "pour de vrai".

      Supprimer
  17. Merci Lolitarose pour cette "Love Story" à épisodes!
    Je viens de manger de l'algue violette. Pour moi, les algues sont comme du bonbon.
    Je cuisine aussi bcp (par période) avec l'agar agar.
    J'ai ramené des algues de gaspésie il y a qq mois en pensant en faire qq chose en cosméto. Merci d'avoir débuté le sujet.

    RépondreSupprimer
  18. Comme je trouve ce nom "algue de gaspésie" exotique ! sais-tu de quel type d'algue il s'agit ? Si ce sont des laminaires ou des fucus tu pourras en tirer des "alginates" et si ce sont des rouges, des carraghénanes. Je suis curieuse de voir ce que tu en feras. J'attends donc ta recette avec impatience !

    RépondreSupprimer
  19. J'ai pris un peu de fucus et un peu de laminaire. Les deux sont vertes.
    La prochaine fois, je chercherai si il y a d'autres variétés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! ces deux algues sont riches en alginates, tu vas donc pouvoir te lancer !

      Supprimer
  20. Merci Lolitarose pour ces informations.

    J'en profite pour te mettre un lien vers un blog italien que tu connais peut-être déjà :

    http://mieicosmetici.blogspot.com/

    Ciao!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michèle, oui j'ai eu l'occasion d'aller visiter ce blog qui est d'ailleurs un des seuls qui m'ait intéressée (il y en a de toute façon assez peu), mais je ne saurais expliquer pourquoi, j'ai du mal à accrocher. L'état d'esprit sans doute. Finalement mon coeur de tambouilleuse reste très français !

      Supprimer
  21. Bonsoir, je pense que nous sommes allés au même endroit... peut-être aux mêmes dates, qui sait... (fin janvier pour moi) j'ai aussi ramené plein d'algues dans mes valises, de chez Monique et comme toi j'utilise mes algues en cuisine. Je cherche comment les incorporer à mes cosmétos. J'espère que nous pourrons échanger sur nos découvertes !!!! Au plaisir de se lire !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Valou, j'étais effectivement à Roscoff fin janvier où j'ai fait la visite d'Algo+, nous n'étions pas très nombreux, mais nous avons pu déguster quelques bonnes rillettes. Que malheureusement je n'ai pu ramener, faute de place dans mes valises (les compagnies aéroennes sont terribles !). mais j'ai au moins fait un petit ravitaillement d'algues en paillettes et en vrac. Du coup, c'est algues à tous les repas et comme tu peux le lire surtout cosméto. Je fais tout un tas d'expérimentations très intéressantes et je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin !
      Je vais aller faire un tour chez toi pour "piquer" quelques recettes de cuisine.
      A bientôt !

      Supprimer
    2. J'y étais le jeudi 26 janvier... si ça se trouve nous nous sommes vues !! Facile de me reconnaître, j'étais avec mon mari (trèèèès grand !!) et mon petit garçon dans sa poussette... J'ai pu ramener de la nori, wakamé, dulse, persil de la mer, court-bouillon, du tartare (avant de découvrir la recette !), des rillettes, du pâté... et même de la crème d'algues pour le bain et le massage ! Mais pas de kombu... je n'ai su qu'après que c'était cette algue qui convenait pour la cosméto.
      Tu peux piquer mes recette culinaires, pas de soucis !!! D'autres viendront plus tard, au fil de mes découvertes.
      Je continue ma lecture de ton blog qui est très intéressant !!!! A bientôt et je suis ravie de t'avoir trouvé !!!!!!

      Supprimer
    3. Quel ravitaillement ! Pour nous en avion c'était trop lourd donc je me suis limitée aux algues séchées. On n'a pas fait la visite ensemble car il n'y avait pas d'enfant lorsque je suis venue, mais on aurait pu ... Et finalement c'est autour des algues qu'on se rencontre virtuellement, c'est très drôle. Au bonheur des algues, donc !

      Supprimer
  22. bonjour et merci

    je vous lis depuis un moment et je ne faisait qu'aprécier votre écriture et m'inspirer mais là en voyant ces soins "spécial pieds" qui manquent sur la blogosphère et en plus à base d'algues je me suis laisser aller et je l'ai réaliser du moins essayer donc j'ai fait le gel d'algues qui est très beau et bien gélatineux ensuite j'ai voulu faire la recette du gommage mais j'ai l'impression qu'il y a quelque chose qui ne va pas

    je suis débutante j'ai changé 2 , 3 ingrédients mais pas ceux qui permettent l'émulsion j'ai mis de la vigne rouge à la place de la baie rose (je n'en avait pas) et j'ai mis du paprika (béta carotène) à la place des algues dulse et nori!

    cependant je me demande doit il y avoir une émulsion j'ai procéder comme vous mais aussitot que j'arrete de mélanger les huiles et les eaux gels se séparent ?

    auriez vous un conseil merci beaucoup

    très sympa cette petite série ainsi que l'apimulse j'ai beaucoup aimée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Anonyme, merci d'avoir pris la peine de vous arrêter sur ce blog et surtout de me faire un retour sur votre expérience. Ma première réponse à votre question est une question : avez vous bien mélangé tous les ingrédients à chaud ? C'est en effet la chaleur qui booste le pouvoir épaississant du phycocolloïde et cela est vrai quelque soit le degré de concentration du gel. Au bain marie chaud, il faut mélanger tranquillement et bien vite on voit le "mélange" se transformer en une émulsion lisse et homogène. Mais l'épaississement véritable a lieu au bout de 24 h00. Au départ mon gommage avait une consistance plutôt gommage crème souple puis il s'est fortement densifié. Je n'ai eu aucun déphasage et je m'étonne que cela se soit produit dans votre cas, surtout que les ingrédients qui se sont substitués aux miens ne sont pas spécialement aqueux. Etes vous sure de la quantité de cire d'abeille utilisée ?

      Vraiment, il n'y a pas de raison que cela ne fonctionne pas. Remettez sur le feu et revenez me dire, je suis sure que ça va fonctionner !

      Encore merci pour vos commentaires enthousiastes !

      Supprimer
  23. bonjour et merci de votre réponse

    j'ai suivi votre conseil et j'ai recommencé effectivement au bout de quelques minutes j'ai eu une émulsion mais dans mon enthousiasme j'ai éteint le feu et cesser de remuer il y a donc eu déphasage (aurai je du donc continuer à mélanger à chaud)

    j'ai reessayé sans y parvenir j'ai tellement chauffée que tout mes actifs doivent plus avoir d'effet maintenant j'ai fini par arretez

    je n'ai pas de cuillère magique je le fait au fouet à main? peut etre est ce cela?

    Je ne sais pas pourquoi ça ne veut plus prendre ? Ai je trop chauffée?

    merci pour vos conseils

    naturalwoman ;-)

    RépondreSupprimer
  24. rebonjour c'est encore moi

    j'ai finalement recommencé , en voyant que ça ne marchait pas "pas d'émulsions" j'ai rajouté 2gr de VE maison j'ai fait chauffer 5 bonne minutes et j'ai mélangé ensuite j'ai mis dans un bain marie "froid et j'ai continuée à mélanger jusqu'à complet refroidissement

    et ça a marché j'ai une belle creme lisse magnifique ;-)

    mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi ça n'a pas pris est ce mon gel d'algues ???

    la crème est orangée (paprika) très jolie on dirait une crème

    dois je la laisser au frigo?

    MERCI beaucoup c'est ma première crème réussi sans savon ;-)

    j'en profite pour vous demander autre chose lorsque je fait mes crèmes avec le savon comme seul émul j'ai eu beaucoup de difficultés à obtenir une crème j'obtenais une mousse pleine de bulles ?

    il a fallu que je rajoute de la cire d'abeille pour avoir une vrai crème ?

    Savez vous d'ou ça peut venir

    je suis vraiment content et attends votre réponse ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet étonnant que ça n'ait pas pris, car tant pour le gommage que pour la crème baumée, je n'ai eu besoin de chauffer que très peu de temps et à feu relativement doux pour que l'amalgame se liquéfie légèrement et se transforme en une émulsion bien lisse.
      Comment avez-vous réalisé votre phycocolloïde ? en version concentrée comme moi ? et en suivant le même protocole ?
      pouvez-vous donner le détail de votre formule pour qu'on voie ce qui pourrait éventuellement "clocher".

      Pour les émulsions au savon, la mousse est normale, il faut continuer à touiller tranquillement jusqu'à ce qu'elle finisse par disparaître. L'ajout d'un épaississant de type acide stéarique, ou alcool cétéarylique permet de stabiliser et de donner de la consistance à l'émulsion. C'est encore mieux avec de la cire d'abeille qui est je trouve l'alliée parfaite du savon.
      Par contre le savon sans autre ajout aura tendance à donner un lait mais pas une crème.

      Un exemple de formule simple de cold cream parmi d'autres

      100 ml d'eau
      100 ml d'huile d'olive
      1 verre de 20 ml de cire d'abeille en copeaux pas trop petits (la mesure se fait en volume par rapport au verre, donc si on a de la cire en mini pastilles il en faudra sans doute moins)
      1/2 verre soit 10 ml d'acide stearique
      1/2 verre soit 10 ml de savon râpé maison

      on obtient une vraie cold cream.

      Sinon, le savon apporte un vrai plus utilisé comme co-émulsifiant avec des émulsifiants classiques comme l'olivem ou le glyceryl stearate par exemple. On peut décliner à l'infini...

      A vous de jouer !

      Supprimer
  25. bonjour et merci de prendre du temps pour me répondre je vais essayer d’être précise afin que l'on trouve ou plutôt vous m'aidiez à trouver le problème déjà hier j'ai commencée à avoir un doute sur le gel d'algue donc j'ai fait la crème baumée "les pieds dans l'eau " et je l'ai réussie du premier coups !

    voici la photo
    http://www.casimages.com/img.php?i=120302085506125810.jpg

    la texture est comme vous la décrivez entre un baume et un beurre ;-)

    pour le phycolloide je l'ai fait en version semi concentrée je vous explique j'avais déjà des algues séchées kombu royal dulse et wakamé mélangée j'ai pris 5GR de ce mélange sec que j'ai mis à bouillir avec 500ml d'eau + moins d'une c à s de bicarbonate de soude 5min et que j'ai laissée reposée toute la nuit le lendemain j'ai mixée le tout et ça m'a fait un gel, je suis obligée de le mélanger car l'eau et les algues se séparent ? est ce normal ? une fois mélangée ça ressemble bien à un gel

    voici une photo

    http://www.casimages.com/img.php?i=120302090257315855.jpg

    maintenant pour le gommage je n'avais pas tous les ingrédients donc j'ai fait avec ce que j'avais

    2CS de paprika
    1CS de vigne rouge
    1CS de farine d'avoine
    5CS de sel fin

    ensuite j'ai ajoutée
    91GR de hv coco
    91 gr de macérat d'avocat dans huile de tournesol

    ce qui donnait au total 232 gr

    j'ai rajoutée 2gr de cire d'abeille
    Phase aqueuse
    - 26 gr phycocolloïde semi concentré
    - 50 gr hydrolat d'hysope

    Phase 3
    -epp (40 gouttes) c'est tout ce que j'ai

    ensuite j'ai suivi votre protocole et vous connaissez la suite

    il a fallut que je rajoute 2gr de VE pour avoir ce résultat

    voici la photo

    http://www.casimages.com/img.php?i=120302091111317580.jpg

    la consistance est très dure et ne ressemble pas à votre photo?
    j'ai essayée aujourd'hui le gommage sur mes mains donc je trouve qu'il est gras? mais effectivement il me rend les mains toute belles mais surtout toute douce mais j'ai été obligée de me relavée les mains au savon?? Car trop gras est ce normal?

    Merci lolitarose j'espère avoir été claire si vous avez besoin d'autres renseignement je suis là

    merci pour votre recette de cold cream qui a l'air bien interessant mais j'ai du mal avec les volumes je prefère les grammes savez vous comment convertir des volumes en gr?

    naturalwoman ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Naturalwoman (j'aime bien comme pseudo !), ne cherchez plus d'où vient le "problème", vos explications m'ont éclairée. Il s'agit bien de votre gel d'algues, qui contrairement au phycocolloïde est fait à partir d'un mélange de plusieurs algues. Or toutes les algues n'ont pas un pouvoir gélifiant, et seules les laminaires produisent des alginates. Donc il est normal que votre gel ne soit pas stable: il y avait un peu d'alginate qui surnageait dans un "jus "d'algues. Résultat un pouvoir épaississant-émulsifiant bien moindre. Cela explique pourquoi vous avez bien réussi la crème qui contenait déjà un système émulsifiant plus conventionnel, alors que le gommage ne contient quasiment pas d'émulsifiant (2 gr de cire d'abeille seulement). La solution est donc d'augmenter la cire d'abeille à 8-10 gr et peut être y rajouter de l'alcool cétéarylique 2 gr. Sinon, il ne vous reste plus qu'à trouver du kombu tout seul pour réaliser un phycocolloïde pur et utiliser votre gelée d'algues comme un actif.

      En tout cas la crème sur la photo a une très belle consistance.

      Pour la cold cream, je l'avais réalisée en volume, car tout mon matériel cosmeto était perdu au fond des cartons du déménagement (j'avais pris des petits verres de cuisine), mais je l'ai refaite depuis en remplaçant les ml en gr et le résultat convient aussi bien. Ensuite, avec l'expérience vous pourrez ajuster les dosages en fonction de vos préférences.

      Bon week-end de tambouilles donc !

      Supprimer
  26. Merci je savais que c'était le gel d'algue ! du coup j'en ai refait un hier pour voir en le concentrant un peu plus j'ai suivi le meme protocole sauf que j'ai mis 250ml d'eau au lieu de 500ml et bien je vois nettement la différence c'est très épais et stable j'ai regardée ce matin et y'a pas de "déphasage"

    sinon j'ai mis du premier "gel d'algue" dans mes cheveux hier et bien ils ont aimé ils sont tout doux et vraiment soyeux moi qui est les cheveux sec je crois que j'ai trouvée quelque chose qui leur fait du bien

    je voulais savoir concernant le gommage est ce que le votre est gras?

    en tout cas merci beaucoup lolitarose ;-)

    j'ai hate de voir la suite de cet épisode

    bon week end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. e suis contente que vous ayez trouvé la bonne formule pour votre gel ; c'est intéressant de voir qu'on peut également obtenir un gel avec un mélange d'algues.
      Mon gommage n'est pas vraiment gras, du moins à sec ; je pourrais quasiment me rhabiller sans rincer. En revanche, dès que je mouille, on voit bien la légère pellicule grasse sur la peau. Personnellement je ne trouve pas ça gênant et une fois séchée, la peau reste douce et hydratée. D'ailleurs, j'utilise le gommage sur tout le corps et selon les cas soit je savonne après, soit pas. Je trouve que ça ne laisse pas la peau grasse, juste veloutée. Mais les goûts et les algues... ;)

      Pour les prochaines recettes il faudra attendre mon retour.
      Bonne semaine

      Supprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  28. merci pour votre réponse bonne semaine à vous également ;-)

    RépondreSupprimer
  29. J'ai tout lu ... Tout. L'article, bien sûr et les commentaires également.
    Alors,j'ai de la patience, je cherche, parfois je trouve, mais là, je passe mon tour !

    Pour la salopette, c'est super, sauf pour faire pipi ...

    J'avais fait quelque chose avec tes algues familiales mais je ne sais plus quoi. Cela avait étonné Venezia qui les mets dans la cuisine.

    Merci pour toutes ces informations, ces liens.
    Mes respects et affection ma Lolita San.

    RépondreSupprimer
  30. Ben Irène, qu'est-ce qui t'arrive ? Y a pas formule plus simple que ce phycocolloïde ! Ah, ça la salopette c'est sûr c'était bien le problème, la pause pipi ! mais qu'est-ce que j'ai adoré en porter.
    N'avais-tu pas mis des algues dans un savon ? je ne me souviens plus non plus. Depuis que je les ai découvertes en cosmétique, il y a des algues partout : à table et dans la salle de bains. Que du bonheur, ces algues !

    Bises Ileno-San

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour,

    Je viens de faire mon phytomachin!!!
    Testé sur la main cela fait exactement l'effet de la farine d'avoine hydrolysée en gel: une peau très douce, satinée, sans film ni peluches. C'est très hydratant en effet.

    Il ne me reste plus qu'à tenter une formule plus compliquée.

    merci,

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour Lalla, super que toi aussi tu aies tenté et réussi le phycocolloïde. Je ne connais pas la farine d'avoine hydrolysée, tu m'intéresse du coup, on trouve ça où ?
    Je vais guetter avec impatience ta création aux algues alors, car je crois bien que je n'aurais assez de temps pour tester toutes les possibilités qu'offrent ces algues. je t'attends donc de pieds ferme !

    RépondreSupprimer
  33. La farine d'avoine hydrolysée est un actif que j'avais acheté chez Ingredients to die for.
    http://www.ingredientstodiefor.com/item.php?item_id=117&page=2&category_id=6

    The herbarie en vend (pas exactement la même, plus de beta glucane je crois) sous le nom de Venasilk.
    http://www.theherbarie.com/VenaSilk-pr-61.html

    Ça sert à épaissir, apaiser, hydrater, nettoyer, adoucir,un très bon actif pour la peau et les cheveux et c'est soluble dans l'eau, dispersible dans l'huile. Je m'en sers beaucoup depuis que je l'ai acheté.

    Je cogite encore pour une formule. Merci beaucoup pour cette idée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'en ai du venasilk et je n'avais pas réalisé que c'était de la farine d'avoine hydrolisée. Mais donc pour avoir essayer le venasilk et le phycocolloide dans une crème je trouve que le second donne des textures nettement plus fines et glissantes. il faudrait que j'essaie d'utiliser le venasilk autrement, comme un gel en fait. Encore d'autres essais en perspective...
      Merci a toi Lalla.

      Supprimer
  34. Peut-on faire la même chose avec du fucus (algue brune aussi)

    merci

    RépondreSupprimer