samedi 3 décembre 2011

Soap on the rocks : savon à l'alcool

Soap on the rocks


Pétronille : "Eh ben ! ma Loli, où t'étais passée ? ça fait un bail qu'on t'a pas vue ?"

Lolitarose : "Vouiii, je sais, mais là tu vois, c'était pleine saison des olives ; alors je suis descendue côté sud et j'ai fait ma récolte."

Pétronille : "Naan ! t'as été ramassé des olives ? trop cool, on va pouvoir se faire de supers apéros olives et martini on the rocks. J'adôôre !"

Lolitarose : " Mais non, ma Pétronille, les olives c'est pas pour l'apéro. Je les ai portées au moulin pour les presser et faire mon huile d'olive.  750 kg d'olives que j'ai ramassé et le moulin m'a rendu 100 kg  d'huile ; ça va en faire des savons, hein ma Pétronille ?"

Pétronille : "Ah, ben vouiii !  mais heu... qu'est-ce qu'on va faire avec 100 kg de savon ? on va passer la journée à faire des bulles dans la salle de bains. Dis, Loli, tu crois qu'on peut les vendre les savons ?  ça pourrait aider à renflouer les banques ? "

Lolitarose : " Oh la la ! t'en as de chouettes idées Pétronille ! Je vais vite envoyer un e-mail aux copines parce que si on s'y met toutes, pffft, adieu la crise !"

la récolte

Alors, oui j'avais donc disparu pour la bonne cause, puisque Novembre est le mois de la récolte et je suis donc descendue dans ma belle vallée d'Itria pour faire mon huile d'olive. Avec l'aide de Zhom chéri, nous avons réussi à faire 3 récoltes de 250 kg chacune (poids minimum pour pouvoir faire son huile à la presse traditionnelle à froid). 

Trois récoltes différentes qui chacune a  donné une  huile à la saveur particulière de la plus douce à la plus verte à l'arrière goût légèrement amer. Des huiles du Sud. Des huiles de caractères. 

Laissées à décanter dans des bidons d'inox, elles seront parfaites dès Noël. Et alors, à moi les bons petits plats (de pâtes) et bien sûr la tambouille et la savonnerie à outrance ! Bon, j'avoue que je n'ai pas pu résister et que j'ai quand même réalisé un premier savon avec la nouvelle huile (encore en cure, mais je vous le présente très bientôt).

roses abandonnées

Entre deux séances de cueillette d'olives, je ne me suis pas reposée et j'ai profité du temps absolument printanier pour cueillir roses, lavandes (si, si les lavandes étaient à nouveau en fleur !), cyclamens de Naples et calendula et réaliser macérats et hydrolats (je vous en reparle bientôt). Et histoire de ne pas m'endormir, j'ai également relancé la "machine à savon". Bref, la maison s'est transformée en officine aromacosméto et ça sentait la rose et la lavande à plein nez !

Avant mon départ pour le Sud, j'avais suivi les expérimentations savonnesques de Venezia et Colchique qui toutes deux s'initiaient aux savons transparents, l'une avec ajout d'alcool et l'autre de glycérine, avec des résultats vraiment intéressants. J'ai immédiatement eu envie de leur emboîter le pas et de tenter à mon tour un savon à l'alcool. 

Je suis plutôt partie de l'architecture de Venezia, c'est à dire d'une recette de savon, disons traditionnelle, à laquelle j'ai rajouté de l'alcool à la trace en petite quantité. Je pense que l'effet légèrement translucide ou plutôt "perlescent" qu'on obtient est d'avantage dû à la phase de gel, accentuée par l'alcool, qu'à une véritable réaction dûe à l'ajout d'alcool.  Il en faudrait de plus grosses quantités je pense.

Pour revenir à ma propre expérience, donc, je souhaitais faire un savon spécial peaux très sensibles utilisable sur le visage au quotidien en complément d'un démaquillage à l'huile. J'ai donc construit une formule de savon surgras (très surgras même) avec une mousse à la fois crémeuse, bulleuse et ultra douce (je parle de douceur au toucher). Saison des olives oblige, j'ai tout de même fait la part belle à l'huile d'olive qui compte pour un peu plus de 65% de la formule, que je vous livre sans plus tarder.

650 gr HV olive
250 gr HV coco indien
100 gr HV son de riz
80 gr HV ricin

Surgras  de 20% calculé avec le calculateur espagnol mendrulandia que je trouve particulièrement pratique.

Eau : j'ai pris la valeur moyenne dont j'ai soustrait la quantité d'alcool, soit au final 250 ml

Vodka ajoutée à la trace 75 ml, valeur que j'ai choisi un peu "à la louche".

Comme je souhaitais un savon de couleur, j'ai réalisé un macérat très corsé à partir de poudre de racine de rhubarbe, de racines de garance et d'écorces de grenade. J'ai dans un premier temps obtenu une pâte à savon d'un superbe rouge sombre. Mais la forte phase de gel a évidemment modifié la couleur et c'est finalement un savon d'un brun profond, avec des reflets presque lie de vin que j'ai obtenu.
la pâte juste versée

Une formule minimaliste donc mais qui, après maintes expériences, s'avère ma préférée en termes de qualité de mousse obtenue pour un savon réalisé sans huile de palme. Et je trouve même qu'il est plus "doux" et crémeux que tous les savons où j'avais respecté la règle d'or coco-palme plus autres huiles. 

Evidemment comme j'ai largement "chargé la mûle" côté surgras, c'est un savon qui est resté très mou longtemps et qui même maintenant, 3 semaines après sa réalisation a conservé une texture non dure. Je doute d'ailleurs qu'il durcisse véritablement.   

Côté "mode opératoire", j'ai utilisé une méthode que je baptiserais volontiers "chaud-froid", car comme pour les savons 100% coco, j'ai versé la lessive de soude sitôt diluée (donc chaude) directement dans les huiles qui sont elles à température ambiante, autour de 19-20°. J'ai mélangé longuement au fouet à main, puis au dernier moment, hop ! un petit coup de mixer (quelques secondes) pour obtenir une trace légère. J'avais filtré le macérat pour réaliser le savon avec une huile fluide, mais j'ai rajouté le fond d'huile avec les poudres colorées à la trace très légère. Après quoi, j'ai versé la vodka, redonné un coup de fouet puis de mixer. J'ai cru un instant que cela allait déphaser, mais non.

Après quoi, j'ai versé dans un moule rectangulaire en plastique tapissé de papier sulfurisé pour faciliter le démoulage, sur une couche de 5 cm environ. J'ai recouvert d'abord d'un film plastique, puis enfermé le tout dans un sac en plastique et emmitouflé tout ça dans deux grosses serviettes éponge. Et j'ai laissé dormir sur un fauteuil au coin du feu pendant 48 heures. 

J'ai résisté à la tentation d'aller voir. Mais lorsque je suis aller toucher le "paquet" quelques heures plus tard c'était chaud bouillant. J'en déduis que le savon a connu une méga phase de gel.

chaud, le savon !

Au bout de 2 jours donc, grand déballage, mais il était encore trop tôt pour démouler. Le savon avait foncé, mais surtout il semblait avoir beaucoup transpiré. Lorsqu'enfin j'ai démoulé et touché le savon, j'ai eu l'impression d'être en présence d'une pâte de fruit : même texture molle et gélatineuse, même couleur... Il était recouvert d'une fine couche huileuse.

L'odeur était quant à elle peu affriolante. En fait, le savon, que je n'avais pas parfumé, puait carrément. Une odeur étrange que je ne saurais pas définir, mais assez tenace. Cela fait maintenant 3 semaines que le savon est fait et l'odeur commence enfin à s'évanouir. J'ai refait un savon à la vodka par la suite, mais qui a moins "chauffé" que celui-ci et du coup l'odeur, présente également au début, s'estompe déjà au bout d'une semaine. Il faut peut-être que j'essaie avec un autre alcool.

Le résultat est assez surprenant car, sans être véritablement transparent, le savon a vraiment une consistance et une apparence de pâte de fruit gélatineuse. Si j'avais moins dosé la couleur, j'aurais peut-être eu quelquechose de plus translucide. J'ai fait une nouvelle expérience, mais avec une autre formule (je n'avais plus d'huile de coco ni d'huile de ricin sous la main) et un autre moule qui n'a pas autant favorisé la montée de chaleur et donc la phase de gel. Et du coup, le résultat est moins intéressant. 

Après une petite chirurgie esthétique et un petit marquage au tampon, j'ai parfumé mes savonnettes en les badigeonnant d'HE au moyen d'un chiffon. Cela semble tenir. 

Je les trouve très rock et il me tarde de réessayer avec d'autres couleurs plus légères et peut-être un court séjour au four tiède.

Sur les mains, ils semblent très doux et pas caustiques, mais je vais quand même attendre deux semaines de plus avant de les tester sur le visage.

Soap very rock !



Et là, je cours me servir un petit apéro on the rocks, parce qu'à Rome c'est une habitude SACREE à laquelle on ne déroge pas. Alors, à la vôtre !









14 commentaires:

  1. Magnifique.Tout est magnifique!
    Faire son huile d'olive,, obtenir un savon lie de vin avec sa propre huile, parfumer à l'aide d'un frottage à l'HE...

    C'est superbe!
    Ne leur laisse pas les fonds de cuve au moulin, ça donne de superbes savons pleins d'insaponifiables mais ne surgraisse pas trop

    D'ailleurs, pourquoi as-tu voulu un si fort surgras pour en formule riche en huiles liquides?

    L'huile de son de riz est si riche en acide palmitique que tu n'as pas forcément besoin de palme avec elle.
    J'ai presque terminé le litre que tu nous as offert.

    Je t'embrasse belle romaine!

    RépondreSupprimer
  2. Quelle merveille cette couleur!

    Et puis obtenir du (lie de) vin avec de la vodka, chapeau!
    Ma chère Lolitarose, l'idée lumineuse de ton frottage aux He est certainement à creuser… je viens de lire dans un bouquin de Melinda cross (que j'ai offert, je l'ai feuilleté avant de ficeler le paquet… ) qu'elle recommandait de verser les He sur des ingrédients solides (style pétales de fleurs séchés, poudres, etc… ) avant de verser le tout dans la pate à savon pour mieux fixer les parfums


    Quant à faire son huile puis à l'utiliser, je jubile pour toi (avec une pointe de jalousie quand même, il faut bien l'avouer)


    J'ai moi aussi de très grosses phases de gel quand je verse en grand moule si j'ajoute de l'alcool; j'ai une série, non encore postée, dont tout le cœur est désormais rouge foncé!

    L'écorce de grenade très riche en tanins est utilisée pour nuancer les hennés (j'en avait fait il y a longtemps la très hasardeuse expérience, je me suis retrouvée avec la chevelure queue de vache… c'est après ça que j'ai renoncé au henné que je pratiquais pourtant depuis moult années… )

    bises parisiennes, tu nous manques

    RépondreSupprimer
  3. @Michèle, oui ça a été une très belle expérience de récolter nos olives, les porter au moulin au milieux de tous les paysans qui venaient déverser leurs quintaux d'olive, puis revenir chercher nos bidons et pouvoir gouter notre huile. Zhom était tellement emballé qu'il se verrait bien installer son propre moulin à la maison !
    Depuis que j'ai testé un 100% olive surgraissé à 15 et que j'ai vu la différence sur la peau du visage, ça m'a donné envie de faire des savons très surgras juste pour le visage. C'est fabuleux pour retirer l'huile démaquillante sans effet de tiraillement ni déssèchement. Pour les savons de douche, 7% est bien suffisant.

    @Venezia, je n'ai jamais testé les teintures naturelles ni henné sur les cheveux car j'ai toujours eu peur de me retrouver poil de carotte, mais ces couleurs résistent au moins à la soude, il suffit de savoir les doser pour obtenir la bonne intensité.
    Les filles, j'ai largement de quoi savonner pendant des siècles avec toute mon huile, alors je vous prépare un petit kit de dégustation après les fêtes (je retourne passer la fin de l'année à la campagne, j'en profiterai pour mettre en bouteilles).
    Je vous embrasse mes belles !

    RépondreSupprimer
  4. Tu t'es tu pendant un moment, mais là, ce bavardage fait drôlement plaisir
    Et les aventures savonnesques continuent...Que du bonheur
    je jubile et m'éclate avec toi
    Quel grand bonheur de récolter ses olives, de faire son huile, ses savons avec ses matières premières
    et se rouler dans les roses et lavande
    Ah! loli, mieux que toutes les Dolce Vita
    j'aime beaucoup ce rouge obtenu, l'écorce de grenade mêlé aux autres , pas mal du tout
    Loli, tu nous manques mais ton bonheur est si grand que...
    Ne tardes pas trop à venir fêter cela avec nous
    Je trinque avec toi, j'aime bien ce genre d'habitude sacrée
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. un savon a la vodka ! il fallait y penser ... j'adore l'effet de transparence que ca a donne et sa couleur. Il est beau et en plus il fait classe...

    RépondreSupprimer
  6. Très intéressant ton test, Lolitarose ! Merci pour les détails que tu donnes :-)

    RépondreSupprimer
  7. Lolitarose, que je suis contente de te relire !

    Idem Michele, tout est magnifique et je me régale de te lire et d'admirer tout ton travail de passionnée.

    J'aurais tendance à penser que c'est le surgraissage à 20 % qui te donne un savon long à durcir.

    J'adore l'alcool dans les savons et contrairement aux idées reçues, je trouve que l'alcool apporte la douceur du sucre ou de la glycérine en savonnerie.

    Tu m'as donné envie de faire des essais avec la vodka.

    La couleur lie de vin que tu as obtenu est superbe.

    RépondreSupprimer
  8. @mlk, toujours aussi poétesse ! je ne me suis pas roulée dans les roses et les lavandes, je les ai juste cueillies ! et oui j'ai adoré travailler de mes mains (récolter, porter les caisses, faire mes savons et mes hydrolats...), ça donne un vrai coup de peps ! J'ai bien pensé à toi en faisant mon macérat car j'espérais obtenir un rouge et je l'aurais sans doute eu sans la phase de gel car c'était bien parti.
    Je n'ai pas encore fixé la date de ma venue à Paris, sans doute pas avant fin janvier, mais moi aussi nos rencontres non virtuelles me manquent. Et je bois à ta santé, ma belle !

    @flo, merci beaucoup ! j'ai mis de la vodka car je n'ai pas osé versé l'alcool à 96° qui me semblait un peu fort, alors j'ai pris ce qui me tombait sous la main.

    @jazz, merci je n'ai fait que suivre la trace d'autres savonnières téméraires

    @Colchique, ton commentaire me fait plaisir. C'est sûr qu'un tel surgraissage est pour beaucoup dans la "mollesse" du savon ; il a d'ailleurs sué gras un bon bout de temps. J'ai trouvé aussi ce savon extrêmement doux, mais je n'aurais pas su dire si c'était le fait de l'alcool. Ton retour d'expérience m'intéresse. J'ai un 2° savon à l'alcool qui sèche (avec une recette différente), il me tarde de le tester pour voir si en effet l'alcool a cet effet adoucissant. Et j'essaierai bien une formule avec alcool et sucre, peut-être un p'tit vin chaud à la cannelle, après tout c'est de saison.

    RépondreSupprimer
  9. Quel bonheur de te lire ma Lolita San !

    Je suis très heureuse pour toi de toutes ces belles choses que tu vis.
    Bravo pour la couleur de ton savon, merci pour ton enthousiasme et tes expériences.
    Je viens d'en faire une avec un savon au vin rouge et épices . une épopée !

    Comme toi, j'aime bien le calculateur espagnol, surtout pour recalculer automatiquement les quantités !

    Bien sûr que tu nous manques mais l'important es que tu existes.

    Je m'incline je ne sais plus devant quoi, mis je m'incline affectueusement !

    RépondreSupprimer
  10. Quel bonheur de te lire chère Lolita , tu as bien raison de profiter de ce que la nature veuille bien nous offrir Et de trinquer On the Rocks :-)
    Ton savon m'interpelle assez et après ma série de savons érotiques , je ferai sans doute des tests avec de l'alcool
    Merci pour tes expérimentations
    et surtout déjà de très belles fêtes avec ceux que tu aimes

    RépondreSupprimer
  11. @ Nansou, merci !

    @Irène, ah ! je suis curieuse et impatiente de découvrir ton savon au vin épicé... et de lire les aventures de la fée Irène ;)
    Cesse donc de t'incliner mon Irène, tu vas te faire un lumbago !!!

    @Mystic, coucou ma belle ! oh, la la des savons érotiques ! faut que j'aille voir ça, j'ai pris trop de retard dans la lecture des blogs.
    De bonnes fêtes à toi aussi.

    Bises Romaines à toutes !

    RépondreSupprimer
  12. ce superbe savon à la vodka est la sélection du jour sur le blog blogsofsoap. Merci pour le partage sur ce test à l'alcool.

    RépondreSupprimer
  13. La couleur est fabuleuse, vin chaud, brûlant, enfin, je pense que c'est lui;)
    Je trouve qu'il est très lisse et bien fini
    Il est carré, mais super hot, j'adore son extérieur pour l'instant

    RépondreSupprimer