mercredi 28 décembre 2011

Baume 118 à la rose - Crème SOS anti déshydratation

Roses

Je suis sûre que vous connaissez tous vos classiques et peut-être que comme moi vous avez adoré Le père Noël est une ordure, dont je connais toutes les répliques par coeur ! Du coup, on se lasse un peu hein ? Alors, pour varier les plaisirs, je vous présente la version 2011 et made in Italy de ce chef d’oeuvre du café-théâtre français. Dans le rôle de l’ordure – heu... je veux dire du père Noël : l’ami Murphy. Quant aux autres protagonistes, victimes non-consentantes du Père Noël : votre dévouée Lolitarose et son Zhom chéri. 
Pour celles qui ne connaîtraient pas mon ami Murphy et ceux qui veulent s’offrir une tranche de rigolade (à mes dépends) en remplacement de la traditionnelle tranche de bûche glacée de circonstance, venez faire un tour par ici, vous ne le regretterez pas !
Allez, installez-vous confortablement dans un fauteuil douillet et délectez-vous des nouvelles mésaventures d’une parisiano-romaine en détresse.




Alors que je m’interrogeais sur comment organiser un premier Noël à Rome un peu original, mon ami Murphy qui n’avait  plus donné de ses nouvelles depuis notre arrivée à Rome, a décidé de s’inviter à notre table pour fêter le divin enfant en notre compagnie.
L’ami Murphy, disais-je, est donc de retour chez Lolitarose et zhom chéri. Comme le père Noël du Splendid, il est arrivé le 24 décembre au soir, mais comme le Renard de La Fontaine, par l’odeur alléché, il a décidé de débarquer à l’heure où je préparais le dîner. Il a gentiment attendu que le four soit allumé et là : Surprise ! Surprise ! Loli et Zhom chéri se sont retrouvés sans prévenir dans le noir le plus absolu. Plus d’électricité, c’est-à-dire plus de four pour cuire les pigeonneaux, plus de chauffage, plus de téléphone... Bref plus d’espoir de réveillon de Noël. 
La gentille plaisanterie a duré jusqu’au lendemain midi où SOS électricité – l’alter égo de SoS détresse-amitié-bonjour – est venue rétablir le courant.  Entre temps, Zézette – Loli avait hurlé de désespoir et versé toutes les larmes de son corps en maudissant ce pays de M... où rien ne fonctionne et ...
« Bouh ! je veux rentrer à Paris ! je veux voir mon Périph-Sud et sentir les pots d’échappement. Bouh ! je hais Rome, je hais l’Italie, je hais tous les italiens ! Bouhhhh !!!!  je veux mouriiiir !!!» .
Couchés 22h00 le ventre vide.
Le lendemain, jour de Noël donc, SOS détresse-amitié-bonjour, après moultes trifouillages dans les fils du réseau électrique de l’immeuble nous rebranche au paradis et nous nous apprêtons enfin à déguster un bon repas de Noël.
Après une entrée légère, c’est aux pigeonnaux de faire leur entrée dans nos assiettes... malheureusement accompagnés du toujours sympathique ami Murphy, que j’avais un peu trop vite perdu de vue.
Sitôt engloutie la première bouchée de viande, Zhom vire au rouge écrevisse, ouvre des yeux affolés, remue les lèvres tel un poisson cherchant à respirer hors de l’eau et commence à suffoquer et à s’étouffer sans moyen de se calmer. Le pigeonneau – ou l’ami Murphy – lui est littéralement resté en travers de la gorge. 

Paniquée, j’appelle le  118, numéro italien des Urgences, qui nous envoie aussitôt une ambulance. Et c’est ainsi que votre Lolitarose et son Zhom chéri ont passé le plus original de tous les Noëls, visitant ainsi le service des urgences de plusieurs hôpitaux romains. Vingt-quatre heures de stress et de fatigue dans une atmosphère chauffée à blanc avant que les hommes en blouse blanche  viennent enfin à bout de ce coquin de Murphy qui s’était subrepticement glissé jusqu’aux tréfonds du gosier de ce pauvre Zhom.

Quelle ordure !
Pu**in de Père Noël

Au bout de 24 heures d’un air sec et surchauffé, la peau de mon visage, habituellement mixte voire grasse, s’est totalement déshydratée, devenant fine, sèche, déquamée et avec des plaques rouges à hauteur des pommettes. Quant aux lèvres, elles étaient  tout simplement brûlées comme après un séjour dans l’air sec du désert. 
Une fois rentrée à la maison, après 48h00 de diète  (qui a dit qu’on grossissait pendant les fêtes de fin d’année ?)et une nuit sans dormir, mais avec un Zhom heureusement remis d’aplomb, je me suis jetée sur la seule crème riche que j’avais sous la main afin de chasser mon deuxième ami qui s’était également invité à l’insu de mon plein gré et caché lui dans la salle de bains, E.T. 
Une crème de ciste offerte par Michèle (je ne vous mets pas de lien car je n’ai pas retrouvé la recette sur Potions) et que j’utilisais ponctuellement en crème de nuit réhydratante, tant elle a un effet re-pulp immédiat, m’a littéralement sauvé la peau. Son seul « défaut » (qui est en fait en temps normal une qualité !) est son effet tenseur qui me gênait sur une peau qui tiraillait autant que la mienne. Dis Michèle, s’te plaît, tu veux bien nous donner la formule de cette petite merveille ?
J’ai ensuite réfléchi à une formule à réaliser, très simple (pas le temps, ni le courage, ni même l’énergie de me lancer dans l’élaboration d’un soin compliqué) avec un seul objectif : hydrater, hydrater, hydrater. J’ai d’abord pensé à une cold cream, puis je me suis souvenue d’une lecture sur les vertus cosmétiques de la lécithine (dont j’ai depuis perdu la trace mais qui mettait en exergue l'extrême compatibilité de cet émulsifiant un peu "grossier" avec la peau), également souvent vantée par ma copine MLK. 
Quelques lectures sur les blogs et forums (je n’ai jusqu’ici jamais testé la lécithine ni cosmétique ni alimentaire), quelques gribouillis sur un cahier et hop ! la formule du baume 118 était née. 
Baume 118 à la rose
Je l’ai baptisée « baume » bien que sa composition en soit assez éloignée, car le mot « baume » évoque pour moi l’effet réparateur, de soulagement tant physique que psychologique. C’est pour cette raison que je l’ai décliné en version « rose » (la fleur, pas la couleur), car je trouve que la vue comme le parfum d’une rose est immédiatement apaisant. Quant au 118, c’est en Italie le numéro des Urgences.
Je vous livre donc la recette du baume 118 à la rose.

Formule 100% + actifs et parfums 2,5%
Huiles et beurres 20%
-5% macérat de roses centifolia (Erboristeria antica- Rome) sur jojoba
-4,4% beurre de kokum (AZ)
-3,6% huile de coco (Aromafarmacoteca d’Alena-Rome)
-2% huile de rose musquée (Erboristeria antica-Rome)
-2% huile d’argousier (AZ)
-1% huile de coco fractionnée (The Herbarie-USA)
Pâte émulsifiante 65%
-50% hydrolat de lavande (maison)
-15% lécitine en granulés (Aromafarmacoteca d’Alena-Rome)
Phase aqueuse 15%
-10% gelée d’agar-agar (Algoplus-Roscoff) concentrée à 0,5% (avec conservateur à 0,7%)
-3% glycérine (Aromafarmacoteca d’Alena - rome)
-2% extrait hydroglycériné de roses centifolia maison ultra odorant(avec conservateur)
Ajouts 1,5%
-1% gelée royale fraîche (Laiterie Cisternino-Rome)
-0,5% conservateur (Cosgard AZ)
Parfum actif 1%,dont en gouttes pour env. 100 gr de produit fini
*10 absolue de rose (Bilby)
*8 HE bois de rose (AZ)
*3 HE ciste (Florame)
*3 HE géranium rosat (Fraisse & Quattrone)
*3 HE curcuma (l’Astérale)
Le mode opératoire est enfantin. Tout est réalisé à froid, si ce n’est la fonte au bain marie très doux du beurre de kokum et de l’huile de coco.
Préparer à l’avance (la veille par exemple et conserver au frigo) le gel d’agar-agar (et oui ! encore un ingrédient culinaire !). De préférence, la veille, ce qui lui permet de prendre la consistance voulue. Verser la poudre d’agar-agar dans de l’eau distillée. Mélanger. Faites bouillir le mélange 2-3 minutes en remuant à la cuillère. Eteindre le feu. Attendre que la température du mélange baisse un peu (pas trop quand même pour que ça n’ait pas eu le temps de gélifier) et introduire 0,7% de COSGARD pour éviter tout risque de contamination. L’agar-agar étant un excellent vecteur bactériologique, il est extrêmement important de respecter des règles d’hygiène très strictes et de conserver efficacement.
J’ai fait un gel aqueux à 0,5% mais pour une meilleure consistance pousser jusqu’à 0,7-0,8% de poudre d’agar.
Je ne m’étends pas sur les propriétés de l'agar-agar car j’ai une autre formule dans les tuyaux où j’en parlerai plus longuement.
Deux heures avant de commencer, mélanger l’hydrolat de lavande et la lécithine, qui se présente en granulés couleur beige-doré. Couvrir d’un film alimentaire et réserver au frigo pendant deux bonnes heures.
Au bout de deux heures, les granulés ont gonflé et se sont plus ou moins dispersés dans l’eau. Mélanger énergiquement à la cuillère magique ou mieux si la quantité le permet au mini mixer girafe. On obtient une sorte d’émulsion gélifiée qui ressemble fort à du jaune d’oeuf battu (normal, me direz-vous).
Verser les huiles végétales dans les beurres fondus afin de les ramener à une température inférieure à 40°.
Introduire un à un les ingrédients de la phase aqueuse dans la pâte émulsifiante. Mélanger énergiquement pour bien incorporer. 
Introduire ensuite lentement la phase grasse  dans le mélange lécithiné et mélanger vigoureusement  pendant plusieurs minutes afin d’obtenir une belle émulsion de consistance assez fluide. L’utilisation du mixeur est recommandée pour une meilleure stabilité et homogénéisation de l’émulsion, mais si on a le coup de main énergique on peut faire sans.
Incorporer la gelée royale et bien mélanger. Puis le conservateur et enfin la synergie parfumée, particulièrement agréable avec une pointe douce et suave qui ajoute à l’effet réconfortant de l’émulsion.
Le résultat après 12 heures de repos est une crème assez fluide mais qui se tient en raison du fort pourcentage de beurres solides (10% dont le kokum que j’ai privilégié au karité en raison de sa dureté presque cireuse), sinon les émulsions réalisées à la lécithine sans ajout d’épaississants donnent des textures très fluides (trop à mon goût). 
Texture caractéristique
C’est une crème moins onctueuse qu’une émulsion réalisée avec de vrais émulsifiants et co-émulsifiants, y compris le végémulse. Elle a en outre la couleur caractéristique beigeasse foncé des émulsions à la lécithine. Un peu de CO2 d’argousier (mais impossible de remettre la main sur le flacon...) ou encore une goutte de macérat d’orcanette l’auraient rendue plus alléchante.
L’application sur la peau n’est pas non plus aussi agréable – j’entends par là  avec ce petit côté sensuel des belles textures très travaillées dont les tambouilleuses maison ont le secret– qu’un soin classique : sensation de léger gras, voire un peu glu-glu si on met une trop grosse quantité et si on ne masse pas suffisamment. Une plus faible proportion de lécithine (<10%) aurait sans doute amélioré le résultat, mais avec un rendu plus fluide encore ce que je ne souhaitais pas.
Bon, je critique, je critique, mais l'émulsion n'est pas à jeter quand même ! Elle mérite juste d'être un peu sophistiquée. Elle n'en reste pas moins très agréable : légère, avec un bon glissant, émolliente et laissant un film doux sur la peau.
Et côté thérapeutique, c’est du 100% bonheur et ce, même en l’absence (volontaire pour tester le comportement de la lécithine) de tout actif hors la gelée royale. Sensation de fraîcheur et réhydratation de l’épiderme sont immédiates. Les ridules de sécheresse disparaissent instantanément, ainsi que les plaques rouges et le début de déquamation. Après une nuit sous une couche un peu épaisse, la peau est visiblement repulpée. En plus, malgré la présence de 10% de beurres, l’émulsion est bien absorbée par la peau et ne laisse aucun film blanc. 
Je suis convaincue qu’elle serait parfaite en association avec un ester de sucre. Et ça tombe bien, je viens justement d’en réaliser une version maison que je me faisais une joie de tester pendant le week-end de Noël. Mais ça n’est que partie remise !
Les cosméteuses italiennes préconisent d’utiliser la lécithine alimentaire après l'avoir laissée macérer à chaud dans l'huile pendant une vingtaine de minutes. Le résultat serait une crème plus claire (plus près du blanc cassé) mais également une odeur forte pas forcément plaisante dans un soin cosmétique. A suivre...
En conclusion, si la lécithine de soja n’est pas l’émulsifiant le plus sophistiqué à disposition des tambouilleuses maison, elle a en revanche des qualités incomparables en raison de son affinité avec la peau et mérite amplement de figurer en bonne place sur les étagères du placard à cosméto-kitchen. 
Si l'ami Murphy ne revient pas me pourrir la vie pendant ma semaine de repos à la campagne, je vais essayer de démarrer 2012 avec de nouvelles expériences très cosméto-kitchen.




23 commentaires:

  1. Lolitarose, j'espère que Murphy va te laisser tranquille et quitter l'Italie pour qui tu puisses passer de bonnes fêtes de fin d'année.

    Je suis très en colère après Murphy qui t'a pourri ton Noël.

    Merci beaucoup pour tes impressions sur la lécithine de soja fortement dosée, qui vont dans le même sens que mon ressenti lors de mes expériences avec cet émulsifiant.

    Personnellement, j'apprécie la lécithine de soja si elle ne dépasse pas 2 % dans une préparation, donc en coémulsifiant.

    Je te souhaite de passer un excellente réveillon.

    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Oh, ce Murphy alors, il commence à m'énerver... mais, en même temps, il me permet d'apprécier ton humour et ton don pour la narration, mais quand même, j'espère qu'il va quitter l'Italie !

    Je suis moi aussi certaine que la lécithine est un bon ingrédient mais je n'apprécie pas du tout la couleur qu 'il donne et le côté glu-glu. Je ferai peut être bientôt un essai en l'utilisant à petite dose comme le fait Colchique car ma peau est un peu bousculée par le froid dont elle avait perdu l'habitude.

    Je te souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année et t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  3. La vache...j'ai commencé par sourire puis beaucoup moins en lisant la suite...Je n'ose imaginer la panique aux urgences en Italie un soir de Noël! j'espère que Mister loli s'est bien remis ?!?!
    j'aime ta recette simple, j'ai commencé a utiliser à petite dose la lécithine en duo avec du gelisucre dans un démaquillant, ma peau de "sharpey" aime bien :)
    je te souhaite une bonne semaine de vacance et oserais-je ... un bon reveillon pour terminer l'année sur une note heureuse !

    RépondreSupprimer
  4. ma loli, brève je serai
    Belle année ma coupine qui me manque
    Tu vois à Paname, l'ami Murphy avait trop peur de tes copines sorcières pour montrer le bout de son nez
    Je vais revenir lire et commenter ta mayonnaise
    Bises et à demain, à l'année prochaine tiens!
    Moi, je vois un somptueux petit déjeuner sans l'ami Murphy

    RépondreSupprimer
  5. Ah non!
    Il va falloir faire intervenir les sorciers si ça continue.

    Moi j'aime beaucoup la liste des fournisseurs italiens. Mais ... sans liens bouhh comment on va faire pour aller lécher les vitrines?

    Je n'ai pas publié la crème de ciste ayant déjà une longue, trop longue liste de publications dans les tuyaux de Potions.
    Mais je suis contente que tu aies apprécié; l'effet tenseur serait-il dû à l'alcool dela teinture de ciste?
    Je n'ai pas la formule en mémoire.

    Je pense qu'Alikéa et son ode à la lécithine a appuyé ce que Mlk s'évertue à nous dire et faire tester depuis qu'on la connait.
    Mlk, tout arrive pour qui sait attendre ;)

    J'adore la gelée royale en soin cutané!
    Bises ma Loli, je sors les poupées et les aiguilles contre Murphy et ses maléfices!

    RépondreSupprimer
  6. Ouh la la Chère Lolitarose, Ce Murphy quel obstiné!…
    sais tu qu'après avoir passé le 24 chez toi avec panache, -dis donc, il a mis les petits plats dans les grands meme sans pigeonneau!-
    il a filé le 31 en Bretagne, où je me suis moi aussi retrouvée aux urgences après avoir dérapé dans la rue, tandis que presque au meme moment une copine invitée chez nous juchait sa voiture sur une grosse pierre en faisant marche arrière…

    Je te prépare de la teinture de ciste grec (avec en plus du labdanum) qui fait des merveilles pour tout réparer, tu pourras en incorporer dans tes cremes.

    je suis ravie que tu apprécies l'association ciste-gelée royale: c'est la base de mes sérums depuis quelques mois.

    quand je lis "hydrolat de lavande maison", hum, je serai presque jalouse…

    Porte toi bien, excellente année ma belle romaine, continue de nous enchanter avec tes histoires et tes recettes et ne t'inquiète pas: j'ai de quoi saouler Murphy au champagne rosé pour qu'il nous oublie un peu…

    RépondreSupprimer
  7. Saoûler Murphy n'est pas suffisant Venezia, pour moi il faut l'abattre ! non mais....

    RépondreSupprimer
  8. La totale ... tu as eu la totale pour ce réveillon et ce jour de Noël. J'admire tes capacités de réaction de de régénération après de telles contrariétés et frayeur.

    Rassure-toi - si c'est possible - ma Loita-San, M. Murphy sait largement se démultiplier et être à plusieurs endroits à la fois. Mais nous sommes plus fortes que lui, na !

    Toujours tes talents de conteuse qui me tiennent en haleine mais un reproche, un gros un énorme reproche : j'utilise pas mal la lysolécithine et j'en suis vraiment contente. Et je n'ai pas de couleur "bégeasse" : aucun des produits akimitiens ne saurait, d'ailleurs, présenter cette couleur. Et cela révolterait la coloriste que je suis !

    Je suis, avec ma parigote, adepte et défenderesse de la lécithine mais je ne l'ai jamais utilisée en granulés. Ma lysolécithine a d'ailleurs des talents cachés dont je parlerai dans un prochain article : c'est une sauveuse ! Oui, une sauveuse de produit "raté" ou "au résultat non attendu".

    Bravo pour ta saine réaction et ton baume 118 qui doit être bien agréable ...

    Des bises ma Loli.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis une fan du "Père Noël est une ordure" et j'ai même porté le surnom de Zézette pdt des années suite à une imitation, des imitations à répétition...
    Je suis bien contente que ton Homme soit sain et sauf et que ce satané Murphy (quoique sa présence du côté de Rome soit l'occasion d'apprécier encore plus ton écriture - et sa présence en Bretagne soir aussi l'occasion de récits ayant du "piquant" - en fait, je ne sais pas laquelle de ces deux histoires je préfère, la tienne ou celle de Vénézia... je sais, je suis sans coeur!)
    Ce baume 118 pourrait convenir pour les températures de ces derniers jours -25, -28°C... bref, des températures a ne pas laisser traîner une Loulou dans les rues.
    Lolitarose, tu parles des cosméteuses italiennes : as-tu trouvé une gang digne de ce nom?
    Bon, je dois aller coudre une trousse de toilette, j'ai un échange à honorer moi!
    Bises à vous deux et tous mes voeux pour une année pleine de découvertes et avec Murphy au panier!

    RépondreSupprimer
  10. Bon, il est parti Murphy?
    Ma Loli, imagine les essais que j'ai pu faire avec ces lecithines et autres soja
    très culinaires
    J'ai même tenté, jadis , naguère une émulsion avec de la farine , je crois même amidon de soja et cela marche, grossièrement certes, mais les lecithines sont de formidables émulsifiants au look très "mimi cracra" de prime abord, mais très perfectibles et pour cela je te fais confiance
    Pourquoi n'as tu pas utilisé la lécithine poudre acheté chez G. Detou? qui gélifie à très petites doses et dans la phase eau?
    Elle se marie fort bien avec les cires florales ou autres
    Pour les utiliser au mieux, rien ne vaut le décorticage des Inci des marques bios allemandes
    J'ai souvenir d'un goulbi goulba, à la lecithine et mf, qui m'avait servi pour tout faire, du scrub, du démaquillant etc...
    et j'ai persévéré, car c'est vraiment un produit très bon pour les peaux dites "atopiques" et vraiment naturel
    Donne nous les liens des cosméteuses Italiennes, juste pour voir comme elle fonctionne
    J'avoue pour ma part ne pas apprécier le modèle anglo saxon!!!
    J'ai bien envie de connaitre leurs pattes
    Bises ma Loli et "haro sur Murphy"

    RépondreSupprimer
  11. Belle romaine, c'est vrai qu'il ne vous a pas raté, ce Père Noël là !
    Je te souhaite d'oublier 2011 et ses déboires (si rigolos vus de loin, pardon !)et d'entamer la nouvelle année avec passion et bonheur,
    ... aux oubliettes, le Murphy
    Au cas où il reviendrait, j'ai un mantra très efficace ^_^

    J'utilise la lécithine liquide pour mon nettoyant moussant, que je revisite à chaque fois. Il est bien beigeasse - ça ne me gêne pas - mais j'en aime moins la texture qu'avec d'autres émulsifiants. Trop aqueux, trop glissant mais s'émulsionne bien sur la peau avec de l'eau.
    Pas de panique, à 90 ans, nous aurons trouvé le produit parfait pour notre peau (sauf si Murphy est encore en liberté) Bises

    RépondreSupprimer
  12. Colchique, heureusement l'ami Murphy semble m'avoir oubliée et j'ai pu avoir un réveillon et un début d'année sans encombre, bien qu'un peu retournée par les évènements.
    Tu as sans doute raison sur la nécessité d'utiliser la lécithine en co-émulsifiant et en faible dose, bien que cette formule très fortement dosée se soit en fait avérée idéale pour réhydrater ma peau en un temps record.

    RépondreSupprimer
  13. Catherine, j'ai remarqué que lorsque j'étais totalement anéantie par un stress violent, coucher les choses sur le papier en les tournant en dérision était finalement un excellent exutoire. Je m'oblige à rire des évènements et du coup ça va mieux. Mais si en plus ça fait rire mes lectrices, c'est du tout bénef !

    Je suis bien d'accord avec toi pour la couleur si on utilise la lécithine à forte dose ; j'ai refait un essai à 5% c'est beaucoup plus acceptable. Et je pense vraiment qu'elle doit apporter un plus en co-émulsifiant. A suivre donc !

    RépondreSupprimer
  14. Elle06, passer son Noël aux urgences est effectivement une sacrée expérience, dont je me serais bien passée. Mais vu que finalement tout s'est bien terminé, je ne garderai que les "souvenirs sympathiques". Mister Loli s'est parfaitement bien remis, mais moi ça m'a abattue et j'ai mis toute la semaine de vacances à la campagne pour m'en remettre !

    RépondreSupprimer
  15. Michèle, tu ne crois pas si bien dire car au point culminant de ma déprime j'en étais à penser qu'une méchante sorcière nous avait jeté un sort !

    je n'ai pas mis de lien pour les fournisseurs italiens car il s'agit de magasins bien réels ; pas de site pour l'aromafarmacoteca qui est en fait un fournisseur des étudiants de la fac de sciences voisine. On n'y trouve donc pas tout ce qu'on souhaiterait pour la cosmétique et ils ne vendent qu'en quantité de 500 gr ou 1 kg : sympa pour les huiles mais un peu trop pour d'autres ingrédients.
    Quant à l'erboristeria, elle est surtout interessante pour ses herbes (c'est une vraie herboristerie) mais très chère pour les huiles. Je n'ai trouvé à ce jour qu'un seul site de matières premières cosmétiques mais je ne l'ai pas testé car je crains que les colis ne se perdent (gardienne et Poste peu fiables !).

    RépondreSupprimer
  16. Venezia, j'espère que ton dîner aux chandelles avec Murphy n'a pas eu des conséquences trop graves, tu ne t'es rien cassé ?
    J'espère bien qu'avec ta copine vous avait noyé Murphy car nous arrivons en Bretagne le 21 et j'aimerais bien qu'il nous laisse tranquilles ! Et le champagne, je trouve que ce serait gâché de le donner à ce bougre de Murphy !

    J'adore la teinture de ciste et également de labdanum et je raffole également de l'HE de ciste qui selon les associations donne un parfum très balsamique ou au contraire, comme ici, donne du caractère au parfum de rose.

    Venezia, aux beaux jours il faudra que tu vienne dans les Pouilles faire tes propres distillations. Le plus difficile sera de convaincre les douaniers de te laisser monter dans l'avion avec toutes tes fioles parfumées et non estampillées "Duty Free".

    RépondreSupprimer
  17. Irène, avant il y avait la dream team et maintenant il y a la Murphy's team !

    Irène, j'ai beaucoup apprécié la lécithine sur ma peau mais à 15% de granulés alimentaires je t'assure que l'émulsion est vilainement beigeasse, c'est pourquoi je l'ai conditionnée dans un flacon ambre. Je considère mon baume 118 comme un soin, donc exceptionnellement je lui pardonne son vilain défaut. Mais tu imagines bien qu'un cosmétique lolitien ne saurait d'avantage présenter cette nom couleur !
    Je suis impatiente de lire tes expériences avec la lysolécithine, que je n'ai pas d'avantage utilisé jusqu'ici.
    Un ingrédient qui n'a pas fini de faire parler de lui !

    RépondreSupprimer
  18. Loulou, je ne te connaissais pas ces talents d'imitatrice ! tu n'y couperas pas à notre prochaine rencontre !
    -28° !!! alors que ici j'ai allumé le chauffage hier pour la première fois ; tu me fais éternuer, tiens ! Je pense que pour de tels froids tu peux même rajouter une couche de cire d'abeille.
    Côté tambouilleuses italiennes, je dois dire que pour l'instant je reste vraiment sur ma faim : il y a bien quelques blogs (beaucoup moins que chez nous) et surtout un Forum mais je ne suis pas pleinement convaincue, c'est pour ça que je n'ai pas encore fait de post sur la tambouille italienne. Il faut que je creuse un peu plus.

    RépondreSupprimer
  19. MLK, oui Murphy semble avoir pris le large et c'est tant mieux !
    Je sais bien que tu es la reine de la lécithine ! Et je ne reproche pas à ma lécithine de ne pas gélifier, mais de ne pas épaissir si elle est utilisée sans co-émulsifiant ou de donner un côté gluglu si on l'utilise à un fort pourcentage comme je l'ai fait. L'idée était avant tout de tester cet émulsifiant qui m'était inconnu et de le faire à froid. Maintenant, je sais ce que je ne veux pas et mes prochains essais seront construits différemments. Je pense vraiment qu'elle devrait faire merveille avec l'@pimulse et un peu d'alcool cétéarylique.
    Je vais donc retourner à mes fourneaux !

    RépondreSupprimer
  20. Chabou, je veux bien de ton mantra efficace car j'ai bien plusieurs bouddhas que je pensais protecteurs mais cela n'a visiblement pas suffi !

    Ton idée de nettoyant visage m'interesse. Mets tu une grosse quantité de lécithine ? j'essaie de trouver un remplaçant à mon eau micelaire du commerce (dont je ne peux me passer) mais je n'arrive pas à trouver de formule satisfaisante. Et comme tout comme toi je suis trèèès jeune, attendre jusqu'à 90 ans me semble vraiment trop loin !

    RépondreSupprimer
  21. JE VOUS SOUHAITE A TOUTES UNE EXCELLENTE ANNÉE 2012 ET VOUS ENVOIE UN ÉNORME BOUQUET DE BISES

    FELICE ANNO NUOVO A TUTTI !!!

    RépondreSupprimer
  22. Bonne année à toi chère romaine

    si tu passes le 21 en Bretagne, serais-tu un peu parisienne juste avant?
    Bises

    RépondreSupprimer
  23. A nouveau à toutes merci de vos messages et commentaires et désolée de ne pouvoir être plus présente sur la Toile, mais c'est un peu compliqué en ce moment.

    Venezia, je serai à Paris début Mars et j'espère bien qu'on pourra causer Bretagne devant un bon verre !
    Bises

    RépondreSupprimer