samedi 24 septembre 2011

Saponissimo ! savon tout olive cuit au chaudron

Savon très roots mais dolcissimo


C'est en lisant les expériences de savon cuit au four chez Venezia qu'à mon tour j'ai été prise d'une envie irrépressible de me lancer dans la savonnerie à chaud.

Etant très mal équipée cet été à la campagne (pas de four, pas de balance de précision,  et un choix de gras limité), je m'étais promis d'essayer à mon retour à Rome. Las, le démon de la savonnerie ne m'a pas laissée en paix !

la boîte à savons
Et pourtant, j'avais promis de ne plus re-savonner jusqu'à épuisement de mes stocks de savon ! Autant dire jusqu'à une date fort éloignée...

Comme les promesses n'engagent que ceux qui les croient, j'ai fini par me convaincre que je pouvais bien m'octroyer un tout petit plaisir en faisant un seul et tout petit savon. 

OK, Loli, tope là ! je t'autorise un seul savon !

C'est donc contrainte et forcée (si, si je vous assure que c'est vrai !), que je me suis jetée à corps perdu dans la réalisation de mon premier savon à chaud.

L'entreprise ne s'est pas faite sans mal car en plus d'être peu et mal équipée, il est certain que je m'y suis prise comme un manche.  

Mais revenons d'abord  à notre petit savon.

Etant en plein dans mon trip "SIMPLE ET NATURE", je me dis que c'était l'occasion rêvée de m'essayer enfin à la réalisation d'un tout olive, qu'on appelle aussi Castille. Jusqu'ici je m'étais limitée à un 90% olive que j'avais complété avec une cire florale pour obtenir plus de dureté. Cette fois-ci j'ai opté pour un 100% olive et j'ai choisi pour ce faire une huile bien verte, espérant qu'elle donnerait ainsi une légère coloration au savon.

Et tant qu'à faire un savon tout olive, déjà réputé pour être peu détergent et très doux pour la peau, j'ai choisi de faire un savon très surgraissé afin de pouvoir l'utiliser pour la toilette du visage.

Puisque j'avais droit à un seul savon, je suis partie de 200 gr d'huile d'olive. Un surgraissage à 20% et une quantité d'eau moyenne.

Pour la méthode, vu qu'il n'y avait aucun gras dur à fondre, j'ai réalisé le mélange lessive de soude-huile immédiatement après avoir dissout la soude dans l'eau, sans m'occuper de température. J'ai mélangé au fouet à main jusqu'à obtention de la trace qui a mis environ 20 minutes. 

Une fois obtenue la trace, j'ai laissé épaissir le mélange comme une pâte à gateau.

Mon four ayant rendu l'âme, j'ai décidé de cuire mon savon au bain-marie à feu doux. Mais, au lieu d'utiliser mon bain marie habituel, qui aurait été parfait pour un savon, j'ai eu l'idée totalement incongrue d'utiliser un cuit vapeur en tolle émaillée. 
J'ai donc posé mon bol de pyrex avec la pâte à savon sur le panier supérieur, refermé le couvercle et mis à cuire à feu doux.

Au bout de 15 minutes, je suis allée soulever le couvercle (curieuse la Loli) et là "Oh! Oh!" ça avait commencé à déphaser. Un petit tour de touillage à la cuiller magique et tout semblait rétabli. J'ai donc laissé à nouveau sur le feu à couvert.

Au bout de 10 nouvelles minutes, je retourne mettre mon nez dans la marmitte et là
"Aë ! Aïe ! Aïe !" une mousse abondante s'était formée et s'apprêtait à s'enfuir du chaudron !

"Ben oui, ma pôv' Loli ! t'es pas ben maligne quand même ! tu mets de l'eau à chauffer, elle se transforme en vapeur ; elle traverse les trou-trou du panier cuit-vapeur ; elle atteint le couvercle, dont la température est plus froide. Et ça fait quoi, à ton avis la vapeur en contact avec du frais ?"

"Heu... ça donne des gouttes d'eau, non ?"

"Voilà, exactement ! ça donne de l'eau qui retombe en gouttelettes. Et à ton avis, elles tombent où tes gouttes d'eau ? Direct dans ta pâte à savon !"

"Oh, la la ! la cata !"

Vous voyez le désastre, hein ! une pâte à savon totalement déphasée et en train de faire des bulles.... Autant tout jeter aux orties, car j'avais peu de chances d'obtenir un savon.  Mais, en ces temps de crise, ça me faisait peine de jeter toute cette belle huile d'olive. C'est quand même dommage de gâcher, hein ?

C'est là qu'une idée m'a traversé l'esprit. J'ai re-touillé ma pâte puis décidé de la transvaser dans du film alimentaire, de l'y enfermer comme dans une papillote et de mettre le tout dans une jatte de terre, puis de laisser dormir la papillote toute une nuit, emmitouflée dans une couverture pour qu'elle reste bien au chaud.  

papillote de savon

Le résultat obtenu est assez déroutant : un peu grumeleux et encore très mou. J'ai donc remis le tout sous les couvertures et laissé reposer encore 48h00 avant de "démouler".

L'aspect est toujours peu orthodoxe, mais ça s'est raffermi et ça sent divinement bon le savon. Une vraie odeur de savon, douce et agréable. C'est ce qui m'a convaincue que la saponification avait bien eu lieu et que j'étais bien en présence d'un savon malgré les apparences.

J'ai donc retiré complètement le film alimentaire. Par précaution, j'ai utilisé de fins gants de caoutchouc ; après tout la cuisson n'a pas duré plus d'une demi-heure. Puis j'ai façonné cette grosse savonnette à la main pour lui donner une forme de savon. 

Malgré une jolie couleur d'un vert très doux, l'aspect est resté grumeleux : ça fait vraiment savon "roulé à la main sous les aisselles", comme dirait un célèbre personnage.

A peine déballé
J'ai encore laissé reposer pendant une semaine, puis pour j'ai décoré mon savon avec un outil à dents. Et voici le résultat !

Bien sûr je l'ai testé et je l'ai même déjà utilisé comme co-émulsifiant dans une petite crème dont je vous reparle bientôt.

Au bout de 3 semaines, il est encore mou et tendre au coeur (ça fait un peu fromage !) mais il est d'une douceur incroyable pour la peau, un vrai soin à lui tout seul ; pas étonnant avec un tel degré de surgraissage.  

Bien sûr, il mousse peu, mais il dégage un délicat parfum de "propre" et il a conservé sa jolie couleur vert pâle.

saponissimo e dolcissimo !

J'envisage de réessayer un savon cuit totalement en papillotte à la vapeur et encore un autre cuit au four. Bien sûr, sur un plan esthétique c'est loin d'égaler les savons à froid, mais sur la peau, on ne sent vraiment pas la différence et finalement j'aime bien ce côté un peu "sauvage".

17 commentaires:

  1. Alors là… le savon bain marie puis le savon papillote, c'est de la haute voltige!! Rien ne t'arrète.
    Effectivement, il a un peu l'allure d'un fromage primitif, mais un fromage qui fait des bulles, ça, c'est une première.
    Tout olive et surgraissé, il doit être d'une douceur incroyable.

    Lolitarose, tu lances la cosmeto à la sauvage…

    RépondreSupprimer
  2. Ma chère Loli, te voilà en pleine ébullition ..

    Je te donne le lien de mon savon au chaudron :

    http://www.terra-amata.com/akimiti/?p=5762

    car si j'ai adoré lire des aventures (quand donc te lanceras-tu dans l'écriture pour de bon ?), je peux te dire que l'on peut parvenir à ce que tu souhaitais de façon moins fatigante !

    Tu viens d'inventer une nouvelle façon de faire du savon : mais je te dis tout de suite que je ne serai pas adepte du savon papillote.

    Quand on fait un savon au chaudron, Madame, on ne le quitte pas des yeux.

    Ciao belle ragazza, merci de redevenir aussi aventureuse !

    Un savon cuit au four (je mets 2 heures à 60et deux heures à 65 degrés en chaleur tournante, et je laisse dans le four éteint jusqu'au lendemain) n'a aucune différence avec un savon CP, sauf qu'il est prêt plus rapidement. Attention, éviter le four avec des savons au beurre et même au lait.
    Enfin, de ma petite expérience ...

    Ciao belle ragazza .

    RépondreSupprimer
  3. Fichtre, tu l'as drôlement bien "customisé" ton doux savon olivier, j'aime beaucoup les pics de dents
    Lolitarose, tu fais de bien délirantes folies
    à l'italienne, extrême et fantasques
    mais tu ne frôles pas la camisole, tant tu as bien jonglé
    Tu es en pleine "comedia del arte" ma Lolita et je suis si contente de te relire et te voir à l'oeuvre
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Venezia, de l'acrobatie même, mais bien involontaire ! si j'avais bien préparé mon coup dès le départ, je n'aurais jamais mis ma pâte à savon dans un cuit-vapeur sans protection. En tout cas mon savon sauvage est vraiment doux, au sens non agressif ; c'est comme lorsqu'on se lave avec un lait de toilette à rincer. Parfait pour les peaux délicates.

    Irène, je déposerai certes pas le brevet d'invention de cette méthode qui n'en est pas une ! pour le dire de façon triviale, j'ai juste rattrapé mes conneries ! Mais heureusement à Rome, j'ai un four tout beau, tout neuf et j'ai bien l'intention de m'en servir pour faire un nouveau savon. mais je vais commencer par aller lire ton article.

    MLK, c'est plutôt la Commedia des râtés ;) mais tu as raison, je l'ai customisé et finalement je l'aime bien mon fromage grumeleux. Et puis il a une prise en mains très agréable avec ses jolies rondeurs.
    Mais bon promis, les copines je vais essayer d'améliorer un peu la technique et l'esthétique !

    RépondreSupprimer
  5. Lolitarose, j'aime bien le look de ton savon que tu as customisé avec des petits trous carrés.

    J'ai adoré lire tout ton procédé de fabrication avant d'arriver au résultat final.

    RépondreSupprimer
  6. Hum... façonné comme une belle mozarrella... apétissant ;)

    RépondreSupprimer
  7. J'ai lu ton aventure savonnesque avec plaisir et sourire Lolitarose. Bon, la technique est particulière mais le résultat es satisfaisant, il est bien "mimi" ce savon. Heureuse que tu te sois autorisée à en refaire un petit... à quand le prochain ? je suis certaine que tu ne pourras pas résister longtemps... hihihi

    RépondreSupprimer
  8. Merci Colchique ! je suis heureuse que mon savon plaise quand même à quelqu'un ! mais j'essaierai une méthode moins aventureuse la prochaine fois !

    Nansou, je n'avais pas pensé à une mozzarella et je me garderai bien d'en mettre sur ma pizza !!!

    Catherine, tu as bien raison ! la seule chose qui me fait résister c'est la perte (temporaire je l'espère !) de ma balance et ici pas facile d'en trouver. Mais je referai volontiers une petite expérience...

    RépondreSupprimer
  9. Récit truculent à suivre avec le sourire ! Merci !
    Ceci dit je l'aime, moi, ton savon tout olive. (Celui que j'avais fait à 75% est resté mon préféré.)

    RépondreSupprimer
  10. Kat, Pour moi je vois les savons tout olive avant tout comme un "soin" pour les peaux délicates et en particulier visage. C'est parfait également en co-émulsifiant (j'en reparlerai). Mais l'absence de mousse, comparé aux savons plus classiques, me fait quand même lui préférer d'autres formules dont les 100% coco surgraissés (si on veut rester dans les 100%).
    Mais je crois que finalement c'est savonner ou simplement cosméter que j'aime et donc je prends autant plaisir à faire de l'ultra simple que du plus sophistiqué. Tout est question de "mood" finalement.

    RépondreSupprimer
  11. Je te sens l'âme guillerette, expérimentant à tout va et te laissant porter par les événements qui pourraient sembler catastrophiques mais s'avèrent enrichissants.

    En tous cas c'est du bonheur de te lire ainsi, riant de toi même.
    Et au final il est formidablement joli ce galet rond et il ne demande qu'à être pris en main.

    Mais Lolita, on confirme de bien mauvaises nouvelles à propos de ces plastiques, évite de les cuire même si tu ne manges pas encore du savon ;)

    RépondreSupprimer
  12. C'est ce que j'appelle être vive d'esprit et savoir retomber sur ses pattes en toutes situations , en prime j'ai même l'impression que tu t'es bien amusée!
    Bravo loli, t'as assuré comme une bête, je le trouve très réussi !!!

    RépondreSupprimer
  13. Michèle, je n'utilise pas ces plastiques pour la cuisson, juste pour garder le savon au chaud. Il y a bien longtemps que l'on dit du mal de toutes ces matières plastiques qui nous envahissent et j'essaie d'en avoir aussi peu que possible (mais c'est bien difficile de tout éradiquer). A l'avenir, on fera le savon au chaudron en suivant tous les bons conseils, na !

    elle06, contente que tu parviennes à laisser un message, ça me désolait que même ce nouveau blog puisse poser problème. Merci de me dire que toi aussi tu l'aime mon saponissimo, ça me fait chaud au coeur !

    RépondreSupprimer
  14. j'aime autant les savons en cold process avec un beau fini que les savons rustiques ayant un look naturel. Et la il me plait beaucoup (naturel a souhait) et j'aime particulierement ta photo du haut qu'on pourrait mettre dans une publicite pour spa a l'ancienne...pis si en plus il peut servir d'emulsifiant, j'ai hate de voir la suite !

    RépondreSupprimer
  15. Merci Flo, je suis un peu comme toi j'aime autant les savons "esthétiquement parfait" que ceux "mal dégrossis. Tous ont leur charme et puis on les aime parce que C'ESTMOIKILAIFAIT !

    RépondreSupprimer
  16. moi aussi j'adore son côté un peu sauvage! il est très beau ce savon! En plus les castilles sont mes savons préférés donc il a vraiment tout pour me plaire!

    ça fait deux fois que je vois un castille surgraissé à 20% et franchement ça me titille!

    mais comment fais-tu pour avoir un stock de savon aussi important? les miens s'en vont comme des petits pains, il y en a même que je n'arrive pas à tester!

    RépondreSupprimer
  17. Pour le visage je trouve vraiment que le castille très surgraissé est la panacée, je n'utilise pas autre chose ! pour le corps je préfère des savons qui moussent plus comme les coco surgraissés.
    Si je déborde de savons c'est la "faute" aux copines savonnières qui sont très généreuses, il n'y a presque aucun savon à moi dans la boîte ! Mais j'en garde toujours un pour tester car je veux pouvoir me faire une opinion par moi même.

    RépondreSupprimer