samedi 20 août 2011

Crème fraîche au sucre pour peaux gourmandes


A l'instar de Marcel Proust, toujours à la recherche du temps perdu, je poursuis ma quête de simplicité cosmétique. Et après avoir revisité la formule du baume (promis les proportions vous seront données début septembre), j'ai choisi de réinterpréter un autre classique de la cosmétique naturelle à la portée de tous : la célèbre cold-cream.

J'avais déjà expérimenté une nouvelle formule de cold cream  ici (cérat panacea). Je constate d'ailleurs que c'est toujours dans mon refuge des Pouilles que naissent mes désirs de retour aux choses simples.

J'ai créé deux formules basées sur la recette de base du cold-cream, que je remets ci-dessous pour information, l'une destinée aux peaux normales et mixtes et au visage (si, si j'ai bien dit une cold-cream pour le visage) et l'autre qui ravira les peaux assoiffées et mâtures, réalisée à la demande de Lina et que je vous présenterai très prochainement.

J'ai élaboré la première, que j'ai rebaptisée "crème fraîche", pour moi et donc en me basant sur les caractéristiques de ma peau : mixte sur le visage et normale avec quelques zones plus sèches pour le corps.

Recette du cold-cream d'après la monographie de la pharmacopée européenne

-16 épaississant (cétyl palmitate ou alcool cétylique)
-8 cire d'abeille
-55 HV d'amandes
-16,50 eau de rose
-4 teinture de benjoin
-0,5 borax

Cette petite crème sans prétention, mais ô combien agréable et efficace, est un modèle de crème pour débutante en cosmétique naturelle. D'une certaine manière, je suis revenue plusieurs années en arrière lorsque je disposais d'un matériel limité et de très peu d'ingrédients. A une différence près quand même, l'expérience qui me permet avec ce même "peu" qu'à mes débuts de réussir un vrai soin cosmétique dont la texture n'a rien à envier aux crèmes du commerce ou à des formulations maison plus "expertes".

Côté matériel, comme pour la réalisation du baume fluide, deux bols en pyrex, un mini verre doseur gradué en mls de 5 à 20 ml maxi, une casserole et une cuillère magique suffisent amplement.  Toujours pas de balance, ni même de thermomètre.

Côté ingrédients, un émulsifiant (parmi les quelques ingrédients réchappés des cartons), celui de mes débuts d'ailleurs, un épaississant (un autre rescapé !), la cire d'abeille, l'huile d'olive (l'huile d'argan a fini dans le baume fluide), du beurre nilotica (qui fond comme un gelato au soleil des Pouilles), du savon maison râpé finement  (ça j'en ai à revendre !)et de l'eau de source, illimitée.

L'idée de départ était de faire simple (oui, oui je sais je radote !), surtout en l'absence de balance, et de me rapprocher le plus possible de la formule du cold-cream. Sauf que dans le cold-cream, on a une proportion d'environ 70% gras / 30% eau (cela dépend des formules, pour ma part j'ai réussi à repousser les limites jusqu'à 50-50) ce qui en fait un soin beaucoup trop riche pour ma peau, en particulier par temps chaud.

D'où l'idée d'introduire un émulsifiant "classique" afin de pouvoir modifier voire inverser les proportions sans risque de déphasage. Le terme de proportions est d'ailleurs un peu galvaudé, dans la mesure où les mesures justement ont été faites, comme pour le baume fluide, au moyen d'un verre doseur et passablement "à la louche".  Il est clair qu'il me faudra, une fois retrouvée ma balance, peser chaque volume de tel ou tel ingrédient, pour le traduire en poids puis en pourcentages. 

L'émulsifiant utilisé ici est un ester de sucre, le cétéaryl glucoside, connu également sous le nom de végétal (Bilby ou Aromantic) ou CG90. L'INCI du mien est exclusivement cétéaryl glucoside, sans ajout de cétéaryl alcohol comme on le trouve chez certains fabricants.

La très grande qualité des esters de sucre, et en particulier du CG, est leur grande compatibilité avec la peau, en particulier les peaux les plus sensibles, à laquelle ils apportent douceur, émolience et même fraîcheur tout au long de la journée. Sans avoir un effet mâtifiant, les émulsions réalisées avec le CG sont très adaptées aux peaux mixtes. J'ai constaté à mes débuts de tambouilleuse maison où le CG était mon unique émulsifiant, que l'utilisation régulière et prolongée d'émulsions en contenant avaient un effet régulateur sur la production de sébum, les déquamations ou même les petites poussées d'acné (non juvénile).

C'est donc toujours avec un grand bonheur que je reviens à mes premières amours. D'ailleurs, en parlant d'amour, vous ai-je dit à quel point j'étais en amour pour la cire d'abeille ? Voui, je crois que j'ai déjà dû vous le dire, mais là avec la chaleur qui ramollit mon pôvre cerveau je crois que je radôte de plus en plus !

 cire d'abeille
Pour résumer donc, comme le chantait la grandissime Joséphine : "J'ai deux amouurs !" la cire d'abeille et le cétéaryl glucoside. J'ai donc réalisé ma première version revisitée du cold-cream que j'ai rebaptisé "crème fraîche au sucre".

-Heu... Lolita, pourquoi au sucre ?
-Ben alors z'avez pas suivi mes explications ? le cétéaryl glucoside est un ester de SUCRE !!! Pfff !
Bon allez ! assez tourné autour du chaudron, je vous livre la formule, en ml et de manière très approximative sauf pour les liquides

Recette pour 100 ml  mesurés à la louche
Huiles

-20 HV olive (maison)
-5 cire d'abeille jaune en pastilles (Velan)
-3,75 alcool cétéarylique (Bilby)
-1,25 CG 90 (Copaïba)
-1 mini cc beurre nilotica (Zinette)

Eau

-65 eau de source très peu minéralisée
-5 savon râpé maison

Quelques gouttes d'huile essentielle d'Ylang-Ylang de Mayotte

L'introduction de savon dans la formule est liée à l'utilisation de cire d'abeille ( et non à une volonté d'ajouter du glissant comme dans les émulsions à l'olivem ) ; en effet dans les formules traditionnelles de cold-cream, la cire d'abeille est couplée au borax afin notamment d'aider à la stabilisation de l'émulsion, la cire d'abeille n'étant pas - je le répète - un émulsifiant. Ne souhaitant pas utiliser de borax, j'ai pris l'habitude de le remplacer par du savon, qui donne du coup de très belles cold-cream dans lesquelles il permet de "pousser" la proportion d'eau jusqu'à 50%. J'en avais déjà parlé ici (cérat panacea).  

La "fabrication" est aussi simple que la formule et ne nécessite pas d'utiliser un mixer, la cuillère magique suffit largement.

Pazapa

Avant de commencer, je rappelle les mesures d'hygiène toujours indispensables, mais rendues d'autant plus incontournables ici puisqu'aucun conservateur n'a été rajouté (perdu dans les cartons...). 
Plan de travail, ustensiles et mains ultra propres et passés à l'alcool. Stériliser tous les ustensiles pouvant l'être ( bols, béchers, pots, etc). 

1. Dissoudre le savon dans l'eau bouillante en mélangeant au bain-marie, puis réserver

2. Chauffer au bain-marie toute la phase huileuse dans un bol en pyrex à l'exception du nilotica ; quand tout est fondu, laisser encore quelques minutes sur le feu ( le CG a besoin d'être émulsionné à température élevée et sans thermomètre il vaut mieux laisser le temps de bien chauffer )

3. Incorporer le nilotica une fois le bol retiré du feu

4. Hors du feu, introduire en mince filet l'eau savonneuse en mélangeant à la cuillère magique sans discontinuer ; continuer de mélanger plusieurs minutes hors du feu puis remettre un peu au BM et mélanger à chaud jusqu'à quasi disparition de la mousse (on voit à la superficie de l'émulsion, à ce stade encore fluide, une mousse comme sur du lait qu'on fait chauffer)

5. Retirer du feu et mettre immédiatement dans un BM très froid tout en mélangeant encore ; changer l'eau plusieurs fois si nécessaire

6. Placer le bol au réfrigérateur une dizaine de minutes ; le ressortir et mélanger. Renouveler l'opération. On obtient une belle crème à la texture onctueuse

7.  Parfumer et verser dans un pot stérilisé à conserver au frigo. 

En l'absence de conservateur, il est recommandé de stocker l'émulsion dans des pots de petite contenance plutôt qu'un seul grand pot - moins d'ouvertures et autres manipulations répétées et donc de possibilités de contamination - d'utiliser une spatule désinfectée à l'alcool avant chaque utilisation et de conserver sa crème fraîche au frais si les températures sont un peu élevées. En plus votre peau vous remerciera, car ça rend le soin encore plus agréable à l'application.

le petit pot bleu
Pour ma part, j'ai opté pour un petit pot en verre bleu et couvercle en bakélite (j'ai racheté un petit lot sur une brocante), au design très sobre (je n'ose plus prononcer ni écrire les 6 lettres qui composent le mot S.I.M.P.L.E). J'aime bien ces pots en verre teinté - souvent bleu ou ambre - qui rappellent les préparations réalisées dans l'officine du pharmacien. En plus le verre a l'avantage de ne pas craindre les nettoyages intensifs et répétés et de très bien supporter l'alcool. Et puis dans une salle de bains, ça met une petite touche de raffinement... On est pas des sauvages tout de même !

Pour en revenir à ma crème fraîche, au final on obtient une émulsion très fine, couleur crème fraîche (ça tombe bien), glissant parfaitement sur la peau et vite absorbée sans laisser de trace blanche. Elle laisse en revanche un léger voile parfumé et velouté, comme c'est en général le cas avec les émulsions aux esters de sucre, sans effet gras.

Appétissante, n'est-ce pas ?
Et, cerise sur le gâteau, elle convient aussi bien au visage qu'au corps. Pas belle la vie ?

Et pour les pieds ou si on a la peau très sèche, il suffit de s'oindre d'abord d'une fine couche de baume fluide en massant bien ; puis de s'oindre à nouveau ( Hi ! Hi ! j'adore ce verbe totalement désuet ) avec la crème fraîche au sucre et le tour est joué : vous pouvez ressortir vos tongues et aller frimer à Saint-Trop avec vos jolis petons de jeune première. Bon, moi j'irai faire la belle sur la plage de Savellettri, j'y croiserai peut-être Franchette et le beau commissaire Gio ;)

Voilà donc encore un soin simple et minimaliste à l'italienne ! La version "riche" n'a d'ailleurs rien à lui envier.

Finalement, je vais peut-être jeter tous mes cartons de cosmétique sans même les ouvrir puisqu'on peut quasiment tout faire avec trois fois rien ! 

16 commentaires:

  1. Lolitarose, tu fais à la fois simple et sophistiqué, ce qui est quand même le comble du raffinement à mon goût!

    Cire d'abeille, savon mais aussi émulsifiant et épaississant qui doivent permettre l'ajustement de ces formules à ta peau mixte.

    La texture et la couleur donnent bien envie de venir couler quelques heures languissantes au bord de cette plage.

    Bravo, j'adore lire ce goût de simplicité chic!

    Pourquoi le frigo à plusieurs reprises à la fin?

    RépondreSupprimer
  2. Lolitarose, j'aime la simplicité de ce classique revue et corrigée à ta sauce.
    Le petit pot bleu lui donne un aspect classe et sobre. Te lire me donne l'envie de faire cette crème fraîche au sucre pour satisfaire ma gourmandise!

    RépondreSupprimer
  3. Lolitarose, ta crème a une texture magnifique et elle est très appétissante.

    J'aime beaucoup l'association pour émulsionner une crème CA + CG + savon.

    RépondreSupprimer
  4. Ma chère Lolitarose,

    Dès que je te lis, c'est comme si j'étais en voyage… un vrai bonheur! Mais quand je lis aussi "huile d'olive (maison)", là, une pointe de jalousie m'étreint… 

    La texture de ta crème fraîche a une apparence vraiment fondante et le parfum d'ylang doit parfaitement s'accorder à ton soleil méridional. l'alcool cétéarylique est un excellent co-émulsifiant.

    Même question que Michèle: pourquoi ces passages répétés au froid? (on faisait ça avec les beurres fouettés, je me souviens… )

    Si tu as un congélo, tu pourrais tout simplement congeler les pots de réserve, ça serait encore mieux pour la longévité de tes crèmes.

    je suis en amour avec la cire d'abeille depuis mes débuts en cosmétique… alors je comprends bien ton attirance envers elle! Je vole même au secours de sa réputation: dire que ce n'est pas un émulsifiant me semble un peu exagéré quand même, puisque on fait de merveilleux cérats, très stables, uniquement avec de la cire d'abeille.

    bises

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique de simplicité, superbe recette! Je note la technique "au savon" pour l'émulsion... très judicieux! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Lolitarose, je peux enfin lire tes articles, tu es installée, moi aussi ; je vais pouvoir me remettre à la cosmeto, quel bonheur.

    Je dois me refaire une crème pour le visage et ta recette me tente bien car j'ai juste ce qu'il faut pour, je n'ai pas encore refait le plein d'ingredients et j'aime bien aussi la simplicité, alors je pense que je vais me la faire dès que je pourrai.

    Merci et à bientôt.

    RépondreSupprimer
  7. Ton coldcream est vraiment brillant et lisse, on a l'impression qu'il va pénétrer instantanément.
    Tu crois que l'ajout de savon y contribue ?

    Comme Venezia, c'est la première chose que j'ai relevée, l'huile d'olive maison. La chance !

    Bises, belle Italienne.

    RépondreSupprimer
  8. Ha, le bonheur est total !

    Te lire, avec ta prose à la fois précise, pleine d'humour et qui nous "envole", et ta recette - je précise la deuxième - qui m'enchante.

    A part que tu vas bientôt me donner de graves complexes - ce que je pardonne par avance - je m'incline bien bas devant ma chère Lolita-San aussi simple et sophistiquée qu'une geisha qui glisse en silence et doux frôlement - comme ta crème !

    RépondreSupprimer
  9. Dis, ma Lolita, je lis et ressens ta pleine forme
    sophistiquée comme toujours et c'est un luxe pas si simple tout de même
    Je ne me formalise pas du tout que tu apprécies des crèmes riches, le savon "boit" le gras il me semble
    Cet été j'ai beaucoup apprécié enduire "oindre" mon corps d'un baume et comme toi ce mot se prête à merveille à l'évocation de l'onctuosité et l'apaisement qu'apporte ce genre de crèmes
    Merci et bises ma Loli "it be"

    RépondreSupprimer
  10. C'est la rentrée aussi?

    J'espère que tu es dans tes meubles et que la Dolce vita se poursuit malgré tout.
    Bises très fortes comme dit Mlk!

    RépondreSupprimer
  11. Alors vas tu en forme génialissime!
    Dolce Vita, hum! je le souhaite
    la rentrée est "casse pieds pour moi aussi
    et casse tirelire aussi, plus trivialement
    Es tu "connectée" envoie ton mail
    et puis surtout de tes bonnes nouvelles
    et une tite crème Romaine pour "overbookées"
    Bises tout plein

    RépondreSupprimer
  12. waoooo elle a une belle texture ta crème bravoooo

    RépondreSupprimer
  13. Me voici rentrée à Rome, à peu près installée (enfin presque, hum!) et surtout enfin avec une connexion Internet. Je sais qu'en Italie, on dit toujours "chi va piano, va sano", c'est à dire lentement mais sûrement, mais là ça m'a paru carrément long.
    Bon j'en ai profité pour jouer les romaines alanguies sur les nombreuses terrasses de café et je vous promets que je suis loin d'en avoir fait le tour !

    Mais bon me revoilà donc parmi vous, grâce à ce merveilleux Net qui efface si bien les distances.

    @Michèle, je crois qu'on est quand même plus dans le simple que dans le sophistiqué, même si au final j'ai trouvé la texture obtenue assez sophistiquée pour une cold-cream. Pour le frigo, ça me permet d'accélérer la prise de l'émulsion et surtout l'obtention de la texture définitive, tout en lui donnant plus de finesse puisque je touille et retouille entre chaque passage au froid.

    @loulou, sois gourmande alors ! et oui, les petits pots bleus sont un peu mon péché mignon, je l'avoue je les collectionne !

    @colchique, je ne sais plus me passer de savon, tant ça a été une révélation pour moi, et comme c'est un ingrédient inépuisable...

    @venezia, éternelle baroudeuse ! Pour l'huile d'olive, on les récolte un an sur deux, et cette année on redescendra dans les Pouilles fin novembre-début décembre pour refaire les stocks, tu n'auras plus qu'à faire un petit détour par ici pour venir en chercher !

    RépondreSupprimer
  14. Me voici rentrée à Rome, à peu près installée (enfin presque, hum!) et surtout enfin avec une connexion Internet. Je sais qu'en Italie, on dit toujours "chi va piano, va sano", c'est à dire lentement mais sûrement, mais là ça m'a paru carrément long.
    Bon j'en ai profité pour jouer les romaines alanguies sur les nombreuses terrasses de café et je vous promets que je suis loin d'en avoir fait le tour !

    Mais bon me revoilà donc parmi vous, grâce à ce merveilleux Net qui efface si bien les distances.

    @Michèle, je crois qu'on est quand même plus dans le simple que dans le sophistiqué, même si au final j'ai trouvé la texture obtenue assez sophistiquée pour une cold-cream. Pour le frigo, ça me permet d'accélérer la prise de l'émulsion et surtout l'obtention de la texture définitive, tout en lui donnant plus de finesse puisque je touille et retouille entre chaque passage au froid.

    @loulou, sois gourmande alors ! et oui, les petits pots bleus sont un peu mon péché mignon, je l'avoue je les collectionne !

    @colchique, je ne sais plus me passer de savon, tant ça a été une révélation pour moi, et comme c'est un ingrédient inépuisable...

    @venezia, éternelle baroudeuse ! Pour l'huile d'olive, on les récolte un an sur deux, et cette année on redescendra dans les Pouilles fin novembre-début décembre pour refaire les stocks, tu n'auras plus qu'à faire un petit détour par ici pour venir en chercher !

    RépondreSupprimer
  15. Oh! Oh! un loupé! bon, au moins vous savez où je suis ^-^

    RépondreSupprimer
  16. C'est une très bonne idée l'ajout de savon ! Il faudra que j'essaye un de ces jours (moi aussi, mes ingrédients cosmétiques se baladent dans des cartons depuis quelques mois...) !
    Je dois dire que je suis une grande fan des cold-cream réalisées avec palmitate de cetyl+ cire d'abeille une pénétration vraiment excellente et un côté très "hypoallergénique" qui me convient parfaitement^^. Un excellent soin réparateur...
    Ton panégyrique du cetearyl glucoside (et surtout ses effets sur les peaux à imperfections !) me donne bien envie de réessayer car je dois dire que mes premières émulsions avec étaient un peu décevantes...
    En tous cas, c'est un plaisir de lire ton odyssée dans la simplicité !
    Bonne fin de week-end !

    RépondreSupprimer