mardi 8 mars 2011

Crème à l'@pimulse n°2 ou Beurre de mandarine pour Sirènes

Beurre de mandarine pour Sirènes

Il s'agit ici du second test réalisé avec mon tout nouvel émulsifiant maison, dont je vous ai longuement parlé ici : l'@pimulse. Voici donc comme promis l'@picream n°2.

A l'occasion de la venue à Paris d'une belle Sirène,  championne de natation - oh ! je devine déjà le commentaire qui ne manquera pas d'arriver :

comm de la sirène " : lolitarose, tu exagères, je suis loin d'être une championne !  je me contente juste de plonger dans la piscine et de  faire quelques longueurs de bassin ...

réponse de lolitarose : "lolitarose ne plonge jamais dans la piscine, on la pousse énergiquement ; quand lolitarose tombe dans la piscine (après moults hurlements et moulinets de bras), lolitarose avale des litres d'eau chlorée avant de couler droit tout au fond du bassin.  

Donc, chère Sirène, de grâce, pas de modestie déplacée !  Tu es définitivement  une championne de natation !"

Je disais donc que, à l'occasion de la venue à la capitale d'une belle Sirène dont les séjours prolongés dans les eaux turquoises d'une piscine olympique ont quelque peu malmené la peau, j'eus l'idée  de lui réaliser un beurre corporel très fin et très glissant mais au pouvoir relipidant intense. Un soin également filmogène et dont elle pourrait même s'enduire le corps avant de plonger afin que l'eau glisse sur l'épiderme et y cause moins de dommages.

Venant de tester un beurre fabuleux (offert par une Fée des Neiges), je voulais que la sensation sur le corps ressemble à celle laissée par la chantilly neige et crème fraîche d'Irène. Attention je parle de l'effet sur la peau pas de la texture ou de la composition.

Ben oui, pourquoi faire simple quand on peut se compliquer la vie ?

La Fée Irène, donc, a créé une recette merveilleuse à tous points de vue : un beurre doux, léger, glissant et qui me laisse la peau veloutée et hydratée pendant 24 h 00.  Vous voyez une raison pour y changer une virgule vous ? 

Moi non. Sauf que voilà, depuis aussi longtemps que je me souvienne, j'ai toujours eu en horreur de faire comme les autres. Entendons nous bien, je n'aime pas me faire remarquer non plus, je suis très dans la norme (ben oui, je suis normale, hein ?!).  

Si le magazine ELLE écrit que l'autruche c'est THE trend of the winter et qu'une fashionista digne de ce nom ne peut aller au marché bio des Batignolles sans son boa en plumes autour du cou, alors Lolitarose aussi suivra la tendance et partira derechef à la chasse à l'autruche.

D'ailleurs, en parlant d'autruche, et pour en revenir à nos moutons ou plutôt à nos tambouilles, c'est justement vers la graisse de ce charmant volatile - qu'on devrait appeler beurre tant la consistance au toucher est celle du beurre alimentaire que nous utilisons dans nos cuisines - que ma longue réflexion a fini par me porter. 

Aïe ! j'entends déjà gémir ma pauvre Sirène à l'idée de s'envelopper dans un boa, pardon dans de la graisse de bête à plumes. Mais il s'agit juste d'un ingrédient cosmétique comme un autre, que dis-je mieux qu'un autre car ses propriétés sur la peau en général et sur les peaux agressées en particulier, sont réellement incomparables.

Michèle en a fait des savons. J'en avais également incorporé dans mon calmobôm qui s'est avéré particulièrement adapté sur des peaux souffrant de sécheresse et de "gratouillis".

J'ai donc décidé de récidiver et de sortir du frigo "mon truc en plumes, ..."

T'as d'beaux yeux tu sais !
Pour accompagner au mieux le gracieux volatile j'ai décidé de lui adjoindre quelques beurres et huiles eux aussi reconnus pour leurs bienfaits sur les peaux en quête d'hydratation intense, j'ai nommé l'huile de coco (hydrogénée), l'huile de macadamia (de chez Copaïba), l'huile de tournesol oléique (the Herbarie) en macérat de camomille pour l'effet apaisant, l'huile d'onagre et enfin le beurre nilotica (macosmetoperso) pour l'effet réparateur.


Pour limiter la perte en eau et constituer un effet filmogène mais non occlusif et bien sûr non gras (lolitarose hait le gras !) j'ai fait appel au beurre de cupuaçu (celui de the Herbarie est définitivement mon chouchou !) et à mon nouvel émulsifiant maison que je vous ai présenté il y a peu, l'@pimulse, et dont j'ai renforcé les bienfaits au moyen d'un autre trésor de la ruche, reconnu pour son haut pouvoir hydratant et cicatrisant, le miel.

"Eh ! dis donc, lolitarose, t'avais pas dit que c'était un beurre à la mandarine ton truc en plumes ?"

Bien sûr ! mais où avais-je la tête ? En plus, notre âme aime tellement la mandarine ! Ici c'est le Petit grain que j'ai incorporé, donc l'huile essentielle issue des feuilles et non des zestes. Pour tout savoir sur les huiles essentielles de petit grain, je vous renvoie vers cet article de Michèle. 

feuilles & fleurs d'oranger
J'étais déjà fan de l'huile de petit grain bigaradier dont j'use et abuse dans la plupart de mes crèmes visage. Je l'aime tant mon PGB que j'en rachète chaque fois que j'en croise sur mon chemin, je les collectionne, les compare et en fonction des formules ou de mes humeurs je choisis une marque ou une autre. 

Et puis un jour de ballade parisienne, bien accompagnée d'une copinaute, ma route  - ou plutôt mon nez - a croisé un nouveau PG, le mandarinier de chez Purissime, commercialisée par Herbeus, rue du Poteau dans le XVIII° arrondissement (celui où un jour de juillet au coeur d'une rose, a vu le jour votre dévouée lolitarose): et là, ça a été le coup de foudre immédiat. Et pourtant, il n'est pas facile à accommoder le mandarinier, il demande un petit effort, mais après c'est pour la vie.     

Pour renforcer ce parfum de mandarine j'ai réalisé un macérat de zestes de mandarines bio (italiennes) dans de l'huile de jojoba. On pourrait se contenter de l'utiliser nature tant le parfum est subtil. Mais il s'est très bien marié à l'orange douce et au benjoin. Et puis pour casser le côté agrumes un peu doucereux, j'y ai jeté un soupçon de basilic. Voilà pour le parfum. 

Allez, jolies Sirènes, je ne vous fais plus languir 

La formule pour 200 gr d'@picream n°2

Phase 1 ( 95 )

40 graisse d'autruche
16 @pimulse
10 beurre de cupuaçu
10 huile de coco hydrogénée
10 cétyl palmitate
5 HV macadamia 
4 isopropyl palmitate (zinette)

Phase 2 (75 )

75 HA de neroli et de sureau

Phase 3 (à froid) ( 25 )

5 nilotica
10 onagre
2 CO2 argousier
1 CO2 carotte
2 complexe botanique LSC (the Herbarie) 
2 c. à dessert bombées argile blanche (pour atténuer l'effet gras)
2 HE dont absolue de benjoin, petit grain mandarine, orange, basilic
1 conservateur

J'ai procédé de la même manière que pour mon premier test, fonte des cires et versement de l'hydrolat chaud dans les cires fondues en prenant donc soin de ne verser que la moitié de la phase eau dans un premier temps. 

l'émulsion
Après mixage à la cuillère magique au bain marie chaud, puis à température ambiante et enfin à froid, j'ai introduit petit à petit le reste d'hydrolat  tiédi dans l'émulsion déjà formée et épaissie.

Il est très important de procéder en deux étapes et tout en douceur sinon on risque de voir l'émulsion se séparer. Il en va de même pour les ajouts de la phase 3. Leur introduction est une opération très délicate et l'on sent que l'émulsion est prête à "craquer" à tout instant. Aussi je n'ai pas hésité à laisser reposer la crème au frigo quelques minutes entre chaque ajout.

J'ai d'ailleurs constaté lors de mes différents tests avec l'@pimulse, que cet émulsifiant devenait d'un maniement, sinon difficile, du moins délicat si l'on cassait le juste équilibre entre la phase eau et la phase huile.

Si l'on met une forte phase aqueuse en une seule fois dès le départ (70% par exemple), la "mayonnaise" ne prend pas. C'est vraiment comme avec la mayonnaise, il faut verser l'eau en mince filet tout en mélangeant sans cesse pour former l'émulsion. Et surtout il ne faut pas "noyer" l'émulsion en y intégrant une trop grosse quantité d'eau d'un coup ou tous les actifs de la phase 3.

Et finalement, si ce beurre de mandarine me donne toute satisfaction sur un plan strictement cosméto-thérapeutique, son aspect cosméto-esthétique est à revoir (je suis perfectionniste, c'est comme ça je n'y peux rien !). On n'a pas à proprement parler un déphasage, mais la texture n'est pas lisse et uniforme comme elle le devrait et on s'attend à ce qu'elle lâche à tout instant.


on voit le léger déphasage sur les bords
En revanche, c'est un régal sur la peau, surtout si on le laisse au frais. Le beurre durcit et lorsqu'on en dépose une petite noisette sur la peau, il fond à son contact et glisse avec bonheur en laissant un voile protecteur et relipidant tout au long de la journée. J'ai cru bon de rajouter un peu de cher isopropyl palmitate pour un glissant maximum comme je l'avais fait dans un précédent beurre.



Pour autant, je me demande  si cet ingrédient, qui est un ester aux propriétés émollientes, est tout à fait compatible avec l'@pimulse et s'il n'aurait pas sa part de responsabilité dans la tenue de l'émulsion. J'ai constaté que les crèmes avec savon, et l'@pimulse est finalement composé de savon d'esters de cire, réagissaient avec certains composés en raison de leur nature alcaline. Il faut que je creuse d'avantage et que je refasse des tests avec et sans IPP.

Beurre à la mandarine


Et maintenant attendons le verdict de la Sirène des swimming pools et de mes gentilles cobayes parisiennes.


A venir prochainement les tests de crème visage en version nuit avec l'@picream 
n°3 et en version jour avec l'@picream n°4.

25 commentaires:

  1. Bôa, Lolitarose
    je ne sais si je viens chercher une formule ou m'offrir une bonne tranche de clémentine....Pardon de rire et de plaisir de lecture
    Ta plume est aussi frétillante que ton autruche, une vraie tête de mascotte, ta plume, elle c'est du Mistinguette
    Ton bestiaire eh! oui, entre sirène, bôa, autruche est quasi "pataphysique"
    Je vais encore une fois m'empresser de tester et te dire qui du bôa ou de l'autruche me donnera une peau de belle sirène et fera chanter mon nez
    basilic petit grain je me damne
    Pour le déphasage non encore constaté, je pencherai plutôt pour les co2

    RépondreSupprimer
  2. Re!
    Si on fait rire les cobayes, c'est gagné belle Loli

    RépondreSupprimer
  3. Ohhhhh l'autruche , quels yeux O_O
    pour le beurre il est super et belle texture , j'imagines son odeur de mandarine !!
    Bravo et bisouuuus

    RépondreSupprimer
  4. Alors, la "championne" de natation qui se fait très vieille (et qui d'ailleurs reprend ce soir l'entraînement) a bien ri à la lecture de ton article !

    La graisse d'autruche ? En testant le beurre, je n'y aurais pas songé ! je suis d'ailleurs bluffée que tu sois parvenue à masquer l'odeur !!!

    Ce beurre est fabuleux, j'en suis très très friande. Je ne l'ai pas encore testé après natation, je le ferai ce soir, mais je pense qu'il va faire des merveilles ! Et personnellement, son aspect ne me rebute pas du tout !

    Bref, ton cadeau va devenir un compagnon d'entraînement, pour mon plus grand plaisir !!!

    PS : si tu tombes dans une piscine, ne hurles pas,c'est ça qui fait rentrer l'eau et qui te fait boire des litres d'eau dont le chlore n'est pas le plus grand mal... ;)

    RépondreSupprimer
  5. Comme d'habitude, j'ai bu - pardon lu - avec bonheur ton article.

    Ah, avant que je n'oublie, toutes mes félicitations : quand on est citée dans le journal Elle comme l'un des trois blogs de référence en matière de home-cosméto, ce n'est pas rien.

    Bon, je ne sais pas trop ce qui reste de ma fabuleuse crème neige/chantilly tellement, effectivement, tu l'as mise à ta sauce mais si elle t'a tant soit peu inspirée, tant mieux.

    Tiens, j'ai vu du basilic ; voir du basilic, c'est voir Lolitarose !

    Mais bravo pour le mariage avec le petit grain mandarinier, l'odeur doit être à tomber !

    D'ailleurs, je n'en peux plus : entre le livre sur l'apithérapie offert par Venezia et tes essais avec la cire d'abeille, je sais que je vais tomber dedans ... à ma manière.

    Ti voglio bene Lolita San !

    RépondreSupprimer
  6. Rien que la couleur me fait craquer mais....pour moi ce sera sans graisse animale, végé convaincue oblige !
    Le parfum doit être divin ! Encore une belle réussite.
    (HS : pour répondre à ta question, je tousse encore beaudoup et suis victime d'une énOOOrme fatigue ! Tout va rentrer dans l'ordre, patience et merci de t'enquérir de ma santé ! Bises.)

    RépondreSupprimer
  7. hum, ce beurre a la mandarine doit être un régal ! Merci Lolitarose

    RépondreSupprimer
  8. @mlk, si je te fais rire c'est déjà pas si mal ! je n'aurais au moins pas travaillé pour rien ... et merci d'être mon cobaye à l'insu de ton plein gré. Le déphasage n'est pas flagrant, dans mon pot le beurre se tient bien mais on voit que la texture n'est pas parfaite.

    @Sonya, oui cette bestiole m'a vraiment fait de l'oeil ^_^ et le parfum est vraiment mandariné, très doux et apaisant, comme tous les petits grains

    @Nansou, ma graisse d'autruche a fait un séjour assez long au frigo et il semble qu'elle ait perdu son odeur car elle ne sentait pas quand je l'ai utilisée, alors que j'ai souvenir qu'elle puait quand Michèle me l'a offerte. Elle se bonifie en vieillissant.
    Je suis heureuse que ce beurre te plaise, ça m'encourage à le retravailler pour parvenir à la texture parfaite.
    Nansou, c'est facile pour une sirène-championne de ne pas hurler, mais pour une lolitarose aquaphobe, c'est une réaction incontrôlable !

    RépondreSupprimer
  9. @ Irène, de ta fabuleuse crème, en vrai il ne reste rien car j'ai tout utilisé tant je l'ai adorée ; de ta recette rien, puisque je ne l'ai pas suivie. Ce que je recherchais c'était le toucher sur la peau et là, ça n'est pas pareil, mais on s'en approche, la tienne était plus crème fraiche, donc plus fine. Là c'est plus un beurre, mais une fois sur la peau la sensation laissée est assez proche.

    Irène, si tu te mets à l'apicosméto toi aussi, ça va donner ! je suis impatiente de voir ce que tu vas nous concocter. Pour ma part, je continue de tester les crèmes pour m'assurer que la peau apprécie cet émulsifiant (ou au contraire qu'elle le boude) et pour ça il faut le faire sur la durée, donc je reviendrai faire mes commentaires. Et je vais poursuivre mes formulations avec cet apimulse et m'essayer à moultes associations. Bises

    @Kat, je me doutais que mon truc en plumes ne serait pas ton truc ; mais écartes-tu également la cire d'abeille qui est d'origine animale ? Soigne toi et repose toi.

    @Nepenthès, merci de ton commentaire. Si on aime la mandarine, c'est un parfum très agréable en effet.

    RépondreSupprimer
  10. Superbe article, j'ai trop ri tout en apprenant, ce qui n'est pas rien, ce qui est rare, ce qui fait du bien! je m'en vais voir ce que cet @pimulse a dans le ventre!
    des bisous belle Parisienne..
    ps: c'est vrai que tu es dans ELLE?
    je m'en vais chercher ça...

    RépondreSupprimer
  11. Lolitarose, magnifiques essais très passionnants à lire et à regarder.

    Merci beaucoup pour tes photos qui montrent bien la texture de tes crèmes.

    Je ne sais pas quel HLB fait la cire saponifiée, mais en te lisant concernant notamment le rajout d'eau, j'aurais tendance à penser que la HLB de la cire d'abeille n'est pas suffisamment élevée pour émulsionner la quantité d'eau de ta crème.

    Peut-être que si tu utilises du cetyl alcohol à la place du cetyl palmitate ou tout autre coémulsifiant avec une HLB d'au moins 15, ça te permettrait de résoudre ce problème.

    Cetyl palmitate HLB 10
    Cetyl alcohol HLB 15,5

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour cet article et tes essais passionnants ;-)
    Et j'ose à peine imaginer l'odeur de ce beurre ...
    Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
  13. Pour répondre à ta question : je suis végétarienne. Pas encore franchi le pas du végétalisme qui est celui de n'utiliser aucun sous-produit animal non plus. Donc j'utilise la cire d'abeille bio (qui garantit à priori le bien-être animal).
    Mais tu sais que je ne fais pas de prosélytisme laissant à chacun le soin de ses convictions.
    Et je rejoute que j'ai oublié de te dire que tes photos sont, as usual, superbes ! Bises (je tousse toujours comme une malade !)

    RépondreSupprimer
  14. @ ZsaZsa, tu as raison de rire, je suis une vraie cata face à une piscine, je cherche toujours la pataugeoire des tout petits ^_^
    Il me fallait donc trouver une sirène pour jouer les cobayes avec mon apibeurre.
    Voui, voui on a un peu parlé du blog dans ELLE, à la rubrique beauté il y avait un dossier consacré aux cosmétiques maison et Potions était cité, ainsi que le blog de Prfum, Caly également. Il semble que l'on s'intéresse à nos tambouilles ;)

    @Colchique, en lisant ton commentaire, je crois trouver en effet des réponses à mes interrogations. Je pense que tu es sûrement dans le juste en parlant du HLB de l'apimulse (que je ne connais pas) mais en effet, ma première apicream avec cétyl alcool n'a eu aucun problème de stabilité, c'était parfait et j'ai bien conscience qu'il va falloir que je reprenne mes essais en partant de mes observations et en particulier que je tourne autour de la formule de l'apicream 1. Merci de ton aide.

    @Mystic, merci c'est vrai que cette mandarine basiliquée est très gourmande.

    @Kat, pour être sincère je te posais la question, car je t'ai choisie "à l'insu de ton plein gré" comme cobaye pour certaines de mes apicreams (dont j'ai remis à Venezia quelques échantillons pour toi) et après coup, j'ai eu peur que tu n'utilises pas du tout la cire d'abeille. Mais puisqu'il n'en est rien, tu seras donc toi aussi condamnée à tester mes délires cosméto.
    Ma pauvre Kat, je ne sais pas d'où est arrivé ce méchant virus, mais il a l'air très tenace, j'ai des collaborateurs qui sont dans ton cas et qui traînent vilaine toux et fièvre sans parvenir à s'en défaire. Soigne toi bien. Bises

    RépondreSupprimer
  15. J'ai cherché partout pas de n°2, à moins que l'espèce d'espèce qui est ma fille se soit envolé avec!!! on lui demandera donc ce qu'elle en a pensé
    Bon week ma Lolita

    RépondreSupprimer
  16. Ne me dit pas que je t'ai oubliée ? il m'en reste un pot sinon, je te le mets de côté au cas où.
    Bon week-end à toi aussi ma jolie

    Bises

    RépondreSupprimer
  17. Que j'aime ta plume... et pas celle de ton "truc"!

    Ton beurre semble être un vrai délice. Je sens que je vais m'inspirer de ton macérat de mandarine. J'ai hâte de lire la suite de la saga @pi...

    RépondreSupprimer
  18. Merci beaucoup Loulou ! rien de plus facile que de faire ton macérat de mandarines et c'est très gratifiant au niveau olfactif. Je n'en utilise bien sûr qu'en hiver car il est photosensibilisant, mais c'est un régal;
    Je ne suis pas totalement satisfaite de la texture de mon beurre mais j'ai repris mes expérimentations et j'ai enfin obtenu un petit beurre pas mal du tout. Dis moi si ça te tente, je te prépare un échantillonnage complet pour ta venue.

    RépondreSupprimer
  19. Ma chère Lolitarose, j'ai décidé de faire ma crème à la cire d'abeille avec mon émulsifiant @nomulse.
    Je n'en pouvais plus de me sentir aussi nulle !

    Des bises ma Lolita San et garde moi un échantillon de celle de tes crèmes que tu trouveras la plus réussie !

    RépondreSupprimer
  20. Irène, je ne vois pas en quoi tu pourrais être "nulle" ^_^ ; on est surtout là pour prendre du plaisir.
    J'ai lu ton article à la va vite ce matin dans le métro mais je retourne examiner de près ton @nomulse.
    Je te fais une gamme complète d'apicreams adaptées à ta peau et je te les envoie : il va juste te falloir attendre que j'ai réalisé tous mes tests !

    RépondreSupprimer
  21. Lolitarose,je te croise souvent dans les blogs,mais je viens seulement de découvrir le tiens,avec tes belles recettes et ta plume alerte.
    C'est un réel bonheur de te lire. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  22. @Lys blanc, sois la bienvenue sur ce blog et mille merci pour ton adorable commentaire

    RépondreSupprimer
  23. Quoi, pas de number two dans mon paquet??!!

    Bon tu as mis une jolie autruche et tu n'as pas trop critiqué son odeur alors je te pardonne ce faux pas ;))

    La texture donne vraiment envie d'y plonger les doigts.

    J'ai acheté en courant lors de notre passage chez Sommerard, un PG mandarinier à l'odeur bien plus délicate que celle de Florame qui l'a retiré de son catalogue. Grrr!!

    J'adore les PG effectivement et celui là est vraiment très délicat, c'est peu dire.

    Merci Lolitarose pour la suite. J'attends de pieds fermes comme MLk, j'ai du n°3 je crois ;))

    RépondreSupprimer
  24. la texture de ta creme est magnifique , elle fait vraiment envie surtout quand on aime les odeurs d'agrumes...bon, il faut que je trouve le magazine ELLE maintenant...felicitations a toutes.

    RépondreSupprimer
  25. @Michèle, oh la la je sens que j'ai mis les number two à notre Princesse Baroudeuse et à Kat (mais qui ne l'aura qu'au retour de la Princesse). Pour me faire pardonner je mets de côté un échantillon d'un nouvel essai de beurre sans râtage sur la texture.
    Et c'est vrai que le gras de la bêbête ne pue pas du tout, alors que j'ai ce souvenir d'une odeur épouvantable !
    Bon, je me mets au boulot et je poste très vite la n°3.

    @Flo, merci beaucoup. Tant que l'hiver est là c'est vraiment l'occasion de se repaître des parfums d'agrumes et les macérats de zestes sont vraiment odorants.
    Si tu veux consulter le ELLE, va sur leur site à la rubrique beauté, dossier cosmétiques maison ou quelque chose comme ça.

    RépondreSupprimer