samedi 5 mars 2011

Cire émulsifiante @pimulse

Après avoir expérimenté le savon-émulsifiant dans différentes formules  ICI, puis avoir re-découvert les cérats et autres cold-creams, je me suis découvert une nouvelle passion cosmétique pour la cire d'abeille, ingrédient trop souvent délaissé en raison de sa rusticité et de ses possibilités cosmétiques réputées limitées.

Mais j'aime les défis et j'ai eu très envie de m'essayer à mon tour à un émulsifiant créé à partir de cire d'abeille. 

On trouve aujourd'hui quelques produits très intéressants sur le marché des ingrédients, le Céralan (INCI Polyglycéryl-3 beeswax) ou encore le  Zenibee, qui offrent tous deux des textures riches et protectrices - entre le baume et le cérat-crème -  mais avec un fini très cosmétique, c'est à dire plus adapté à nos besoins de citadines pressées qui, sitôt sortie de sous la douche, doit sauter dans son jean et filer prendre le métro.

En m'intéressant d'un peu plus près à la cire d'abeille et plus particulièrement à ses composants, j'ai compris qu'il y avait vraiment matière à explorer cette nouvelle voie.

cire d'abeille et @pimulse


Petite histoire chimique de la cire d'abeille

La cire est élaborée par l'abeille mellifère - apis mellifica - elle constitue les rayons et les alvéoles hexagonaux dans lesquels l'abeille dépose le miel.
Son INCI en cosmétique est cera flava  ou cera alba si elle a été blanchie. 
Son point de fusion est d'environ 63°C. Si on la chauffe jusqu'à 85° elle blanchit. A 200° elle se vaporise. Elle est bien sûr hydrophobe - c'est à dire qu'elle ne se dissout pas dans l'eau.
En cosmétique on la connaît surtout pour l'élaboration des cérats ou cold creams et bien sûr des baumes. Pour plus d'informations, voir l'excellent article de la Princesse au Petit Pois. 

Sur le plan de sa composition, plus de 280 composés chimiques - dont je vous épargnerais la fastidieuse énumération à la Prévert - sont à son actif ; c'est dire si, sous des dehors d'une immense simplicité,  cet ingrédient est en fait complexe.
On peut toutefois présenter ses grandes familles de composants :

-les esters pour environ 68 % au titre desquels on trouve notamment des palmitates de myricyle (anciennement myricine) [ C15 H31 COO C30 H61 ] pour 23%, soit presque un quart de la cire  et des cerotates de myricyle pour 12%

-les hydrocarbonés ou alcanes, communément appelés paraffines et entrant dans la composition de la cire pour 14%

-des acides libres pour 12%, dont 4% d'acide cérotique appelé autrefois cérine

-des alcools libres et d'autres composants mineurs

Ce sont donc les esters qui constituent le plus gros de la cire. Et là vous comprenez mieux pourquoi j'y voyais un très grand intérêt cosmétique.

Mais au fait qu'est-ce exactement qu'un ester ?

Pas de panique, je n'ai pas la prétention d'être un chimiste et mes cours de chimie sur les bancs du lycée remontent maintenant à un peu loin. 
Voici donc en deux mots l'estérification pour les nuls.
Par estérification on entend une réaction chimique - plus précisément une réaction de condensation - entre un acide, ici majoritairement des acides gras, et un alcool ; le résultat obtenu sera un ester et de l'eau. 

 Par exemple  : acide palmitique + alcool cétylique = cétyl palmitate.

Et pourquoi me direz-vous, cette passion pour les esters en cosmétique ? Qu'apportent-ils de plus, de mieux  à nos produits maison ? Est-ce juste une nouvelle lubie de testeuse à tout crin ?

La cosmétique dite "traditionnelle" en use abondamment dans ses formulations et jusqu'à il y a peu ils étaient absents de la cosmétique home-made, du moins ici en Europe, et ce non en raison d'une quelconque toxicité (Rita Stein les notes avec 3 sourires) mais parce que le marché "amateur" n'en offrait pas. Et encore aujourd'hui le choix proposé est des plus limité tant en nombre de produits proposés - cétyl palmitate ou cétyl esters pour les co-émulsifiants épaississants, esters de sucre pour les émulsifiants tels le sucrose stearate ou le cetearyl glucoside, mais encore notre isopropyl mysritate IPM- que de fournisseurs.

Celles qui ont substitué du cétyl palmitate à l'acide cétylique comprendront aisément de quoi je parle. Pour faire simple, je dirais que l'ajout de cétyl esters dans une formule apporte une finesse et une émollience incomparables sans effet gras, ce qui est un plus en cosmétique, notamment quand on a la peau mixte ou grasse.

Forte de mes précédentes expériences, ô combien concluantes, avec mon ami le savon comme émulsifiant ou co-émulsifiant, j'ai donc décidé de récidiver avec un nouvel émulsifiant de ma création que j'ai simplement baptisé @pimulse.

saponification de la cire
J'ai choisi ici de procéder le plus simplement possible en saponifiant la cire d'abeille et ainsi d'obtenir un sodium cerotate. En vérité, c'est le myricyl palmitate qui en réagissant au contact de la soude produira une cire émulsifiante. 

Pour cette phase expérimentale, j'ai choisi d'utiliser de la cire jaune-brun de l'apiculteur à la belle odeur miellée. Je voulais voir le résultat à partir de cire brute, puis dans un deuxième temps j'essaierai à nouveau avec une cire blanchie.

Après saponification de la cire, donc on obtient une pâte épaisse à la consistance de pâte à tartiner au caramel et croyez moi il faut se faire violence pour ne pas en manger car le processus de saponification semble avoir décuplé le parfum de miel, qui du coup est très présent dans le produit final. Une fois versée en couche peu épaisse dans un moule rectangulaire, la pâte durcit très vite et on peut déjà démouler au bout de deux ou trois heures.

Au premier regard, on voit peu, voire pas, de différence d'aspect entre la cire avant et après saponification. Au point que j'étais impatiente de l'utiliser pour m'assurer que quelque chose avait effectivement changé.

Une fois la cire solidifiée à nouveau, je l'ai tout d'abord concassée puis broyée au moulin à café électrique pour en faire une poudre plus facilement utilisable et surtout facile à fondre.

Et maintenant que l'@pimulse était né, ne restait plus qu'à l'utiliser comme une cire émulsifiante du commerce. A un petit détail près toutefois, c'est que quand j'achète un nouvel émulsifiant, le fournisseur me donne les indications techniques pour l'utiliser : proportions, incompatibilités, etc...
Or là, rien de rien.

Mais vous vous en doutez, il en faut plus pour décourager votre lolitarose.

J'ai donc très vite commencé ma première phase de tests d'où sont nés à ce jour quatre produits qu'en bon cobaye j'ai déjà testé et même déjà offert à mes courageuses testeuses lors d'une récente rencontre :

-l'@picream n°1 ou une nouvelle version de la cold cream et que je vais vous présenter aujourd'hui-même
-l'@picream n°2 ou Beurre à la mandarine pour Sirènes
-l'@picream n°3 ou Crème de nuit
-l'@picream n°4 ou Crème de jour



Alors, c'est parti ! et fabriquons d'abord ensemble l' @pimulse

-50 gr de cire d'abeille naturelle sentant bon le miel
-16,5 ml d'eau distillée
-3,29 gr de soude correspondant à un surgras de 5%

J'ai tout d'abord procédé comme pour la fabrication d'un savon à froid, ce qui signifie avec toutes les précautions d'usage en termes de manipulation de la soude qui est ... CAUSTIQUE.

Pressentant toutefois que, vu le point de fusion élevé de la cire d'abeille (63°)il me serait difficile de faire mon mélange à la température habituelle en savonnerie, soit environ 38-40°, j'ai réalisé le mélange dès que la cire a été fondue, c'est à dire à température élevée.

Le mélange a "pris" dans l'instant où j'ai versé la solution de soude ; ça a donné une pâte crémeuse, façon pâte à caramel. J'ai touillé à la cuiller magique en maintenant à chaud au bain marie. Pour m'assurer qu'il ne s'agissait pas uniquement du figeage de la pâte en raison de la texture de la cire, mais que la saponification de toutes les particules de cire aurait bien lieu, j'ai continué de mélanger au BM chaud pendant une demi-heure puis j'ai transvasé la pâte dans un moule en silicone en couche peu épaisse. 

Le plus difficile a été de nettoyer la cuillère magique puis les récipients.

cire solidifiée
A première vue le résultat ressemble à la cire d'abeille avant mélange : couleur, texture et même odeur.  Sur ce dernier point, je dois même dire que le parfum du produit fini est extrêmement soutenu. Normal me direz vous car les esters sont aussi des parfums.

Inutile de dire que le mélange a durci très rapidement, il était presque possible de démouler au bout d'une heure et la nouvelle cire obtenue était au bout de ce même temps nettement moins caustique que ne l'est un savon au bout de 48 heures. J'ai essayé de me laver les mains avec un morceau de cire saponifiée, mais non ça n'est définitivement pas du savon ! 

La recette de l'@picream n°1

N'ayant donc aucune idée de la manière dont allait se comporter l'@pimulse et voulant absolument le tester comme émulsifiant à part entière et donc en solo, j'ai choisi de le tester dans la formule la plus simple qui soit, celle de la cold-cream où j'ai donc substitué l'@pimulse à la cire d'abeille utilisée habituellement. J'ai également choisi de respecter les proportions. 

Je vous livre donc la formule :

-55 gr d'eau déminéralisée
-30 gr d'huile d'olive (macérée avec de l'urucum)
-8 gr d'@pimulse
-4 gr de beurre de nilotica (petite entorse à la recette du cold-cream)
-3 gr d'alcool cétylique
aucun ajout de parfum car l'@picream est déjà naturellement parfumée d'une odeur douce et miellée.

Le pazapa

Au BM chaud,  fondre l'@pimulse et l'alcool cétylique puis y ajouter l'huile. Parallèlement mettre 30 gr d'eau à chauffer doucement.

Quand les cires ont fondu, mélanger à la cuillère magique en laissant au chaud, on obtient une sorte de gelée. Incorporer l'eau en mince filet et mélanger sans discontinuer. On obtient une texture jaune soleil, fluide et un peu mousseuse.

Retirer du feu et continuer de mixer d'abord au BM éteint, puis à température ambiante jusqu'à ce que l'émulsion épaississe. Mettre ensuite dans un BM très frais et poursuivre jusqu'à obtention d'une émulsion crémeuse. Incorporer 20 gr d'eau restante, légèrement tiédie et en très mince filet tout en mélangeant précautionneusement et lentement à la spatule.
Incorporer ensuite le nilotica fondu et tiède en mélangeant toujours très lentement à la spatule.  Incorporer enfin les derniers 5 gr d'eau avec précaution.

Verser en pots.

Le résultat est une crème lisse et brillante d'un beau jaune vif très printanier et au superbe parfum. 


La structure de l'émulsion évolue dans le temps en deux phases. Au bout de 24 heures, la crème semble s'épaissir et prendre presque la consistance d'un beurre, puis au bout de huit jours elle se détend jusqu'à devenir souple et onctueuse.

Elle glisse bien sur la peau en laissant un léger film velouté. En comparaison d'un cérat ou d'une cold-cream, la texture est incroyablement fine, la crème très vite absorbée et ne laisse pas de film gras  tout en étant filmogène et donc protectrice. 

Elle s'avère parfaite pour les mains ou même les pieds. Les peaux plus sèches que la mienne pourront sans doute l'adopter sur le visage également. 

Alors mes testeuses z'en pensez quoi de mon @picream

@picream n°1


A venir très prochainement "Beurre à la mandarine pour Sirènes"

51 commentaires:

  1. Super intéressant Lolitarose ! tu es une sacré "chercheuse".
    La couleur, la texture et l'odeur que je suppute de ce produit sont très tentants, j'ai hâte de lire les commentaires de tes testeuses.

    RépondreSupprimer
  2. Lolitarose je t'adore!
    Je vais de ce pas sortir l'apicream number one de son paquet et je reviens te dire.

    C'est Venezia qui va être contente de te lire car elle a longtemps parlé de cette cire d'abeille saponifiée que l'on trouvait chez Weleda.
    Je crois qu'elle n'a jamais réalisé cela car il me semble qu'elle ne fabriquait pas de savons à l'époque.

    Entre temps elle a découvert la formule de son cérat-crème qui lui a sauvé la peau.

    Il me semble que Zinette a peint ses murs avec de la cire d'abeille saponifiée. Il y avait eu un super dossier dessus sur les plaisirs de kimitsu mais dans la rubrique "maison".

    Bravo ma belle, je suis ravie, je vais tester ton trésor!

    RépondreSupprimer
  3. IncOÿable! chère Lolitarose
    cet apimulse de ton crû est tout bonnement génial
    Alors, comme je suis une "indisciplinée", j'ai bien sûr succombé à la n°4, car la dénomination de cette crème me rendait toute "gaie"
    j'attends sagement la suite et vais tout aussi sagement tester la number one ici présentée
    sur un plateau très lisse et lisible et vite revenir te dire, tant je trouve ta créativité
    hyper pointue
    Une question, pourquoi n'as tu pas utilisé le cetyls palmitate? en lieu et place du "spermaceti" comme dans le cérat traditionnel

    @Michèle
    oui, Zinette avait utilisé la cire saponifiée
    pour peindre les murs
    les artistes peintres aussi l'utilise, mais pas aussi brillamment que Lolitarose ih!ih!

    RépondreSupprimer
  4. Alors là, je suis soufflé ! C'est de la recherche de haut vol. Je vois combien je suis à la traine en te lisant. Mais tu me donne vraiment envie de tester la cire d'abeille saponifiée. Vraiment, chapeau bas ! Entre le savon et cette cire d'abeille saponifiée dont tu sais si bien chanter les louanges, tu nous ouvres des myriades d'autres horizons. Merci !

    Bises ;o))

    RépondreSupprimer
  5. J'oubliais : comme toujours, j'adore les noms que tu trouves pour tes créations. Celui-ci est particulièrement génial ;)

    RépondreSupprimer
  6. je suis sur le ... ! Alors là, je suis sans mots tellement c'est hallucinant ! Lolitarose, bravissima ! (hum, j'espere que c'est comme ça que ça se dit)

    RépondreSupprimer
  7. @Catherine, non je suis tout sauf une chercheuse, je savais que la cire saponifiée était utilisée en cosmétique dans le passé (un peu comme le savon) mais je n'ai pas réussi à trouver de littérature là dessus, alors je me suis lancée. Et ce premier essai m'a encouragée à poursuivre.

    @Michèle, j'ai eu beau cherché je n'ai pas réussi à trouver si la cire saponifiée de weleda, qu'ils appellent par ailleurs hydrolisat de cire (???) est un savon de cire à ma manière ou bien si ils ont utilisé la méthode des peintres qui consiste à fondre de la cire dans de l'eau et du savon je crois. mais je serais curieuse de le savoir.
    J'attends donc ton verdict de testeuse (j'ose pas dire cobaye ^_^)

    @mlk, les n°3 & 4 sont de "vraies" crèmes visages et je comprends ton choix, mais pour l'instant je poste les recettes par ordre chronologique, qui correspond également au degré de complexité de l'émulsion (la n°4 ayant la formule la plus pointue)
    Je n'ai pas mis de CP ici car l'idée était de faire le plus simple possible comme avec un cérat et de pouvoir comparer avec ce type de texture. Et à formule égale, j'y vois une très nette différence en termes de finesse, de "gras sur la peau, etc.
    Ne sois pas impatiente, j'ai bien utilisé le CP dans d'autres recettes, ça va venir

    RépondreSupprimer
  8. @Yulaan, quel plaisir de te retrouver enfin, ta présence sur la blogosphère nous manquait ! Il faut qu'on trouve un moment pour se voir en vrai et je te ferai essayer une @picream, ça devrait convenir à une peau masculine.
    Petite digression au passage : je me suis enfin décidée à t'écouter et j'ai acheté le sucrose stearate cher à ton coeur. reste à créer la recette.
    Bises Petit Prince et reviens souvent !

    @Nepenthes, merci ! et si en plus tu te mets à me complimenter dans la langue de Dante, alors là je vais t'adorer carissima !

    RépondreSupprimer
  9. Lolitarose, ça c'est le genre d'article que j'adore ! Merci beaucoup d'exister et de m'enchanter avec tes expériences extrêmement intéressantes.

    Inutile de te dire que je vais suivre tes essais avec ce nouvel émulsifiant avec beaucoup d'attention.

    La cire d'abeille non modifiée a une HLB basse pour réaliser des crèmes eau dans l'huile.

    Ce qui m'intéresse, c'est de savoir si tu as réussi grâce à la saponification de la cire, à obtenir un émulsifiant avec une HLB suffisamment élevée pour réaliser des crèmes huile dans l'eau.

    Donc, je suis très impatiente de lire ta formulation de crème de jour, en espérant qu'elle aura une phase huileuse ne dépassant pas 20 %.

    Je sens que je vais aussi m'amuser à saponifier de la cire d'abeille pour faire des essais.

    RépondreSupprimer
  10. Colchique tu vas me faire rosir ! et en plus je sens une grosse pression pour publier très vite tous mes essais !
    Vu le comportement des crèmes 3 et 4 sur la peau je serais tentée de faire une répondre de normand : c'est un émulsifiant eau dans huile mais qui permet de réaliser des émulsions à la légèreté et à la finesse des huiles dans eau.
    Et j'ai réalisé aussi bien une crème avec moins de 20% de gras (émulsifiants et co-émuls compris) qu'une à environ 30%.
    Mais je n'ai pas fini d'expérimenter, j'ai encore d'autres tests en vue... et si tu te lances dis le moi qu'on compare nos résultats et qu'on s'amuse ensemble !

    RépondreSupprimer
  11. Dis ma belle, tu pourrais nous faire une petite comparaison avec le ceralan ? (et la Zenibee de Copaïba si tu connais)

    Si tu veux, je pourrai t'aider à formuler avec le sucrose stéarate. Un petit conseil : il aime les co-émulsifiants.

    Bises ;o))

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour, je m'exprime peu sur les blogs bien que lectrice assidue, mais je ne peux qu'ajouter mon étonnement admiratif aux précédents éloges devant ce tour de force qui allie créativité et simplicité. Ce dernier point très important à mes yeux car loin de moi l'idée de remettre en cause les qualités de talentueuses bloggeuses qui se reconnaitront et dont je suis et réalise régulièrement les recettes , mais je déplore un peu l'abandon de la cosméto simple (et bon marché). Si j'ai commencé à tambouiller il y a 5 ans c'est pour du vite fait bien fait, du doux, du parfumé, du qui rend beau (ou essaie). Je comprends qu'à un niveau aussi élevé on ait envie d'expérimenter des formules plus pointues et je les lis bien sûr mais il me semble qu'à vouloir se rapprocher de la cosmèto pro,voire la copier on perd en spontanéité et accessibilité à tous.
    Dernière chose : ne crains tu pas de te faire piquer cette création ? Car je vois surgir sur blogs de seconde zone de pâles copies de remarquables créations dont les auteurs mériteraient un peu plus de respect.
    marie

    RépondreSupprimer
  13. Quel article passionnant ! Moi et ma peau on adore les cérats et colds-creams légers alors tu peux imaginer à quel point je suis fan de ton apimulse :).
    Juste une petite question subsidiaire : Pourquoi un surgraissage à 5% et pas à 0 ?
    En tous cas, bravo pour ces expériences ! La cire d'abeille est très bien supportée même par les peaux réactives alors ça m'ouvre beaucoup de perspectives.

    RépondreSupprimer
  14. Je me joins au choeur de louanges pour te féliciter de cette belle invention, même si ce n'est pas demain la veille que je vais me lancer dans les crèmes.
    J'espère aussi que tu ne te feras pas piquer la recette, car c'est vrai que certaines ne se gênent pas, et sans même citer leurs sources.
    Tu dis qu'on peut peindre avec de la cire d'abeille? Tiens un truc à essayer, quoi que je suppose que ça entre dans la composition des pastels gras.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  15. Lolitarose, merci beaucoup pour ta réponse.

    Oui, je vais saponifier de la cire et me lancer dans des expériences.

    Apparemment, contrairement aux huiles, la cire ne se saponifie pas complètement, ce que je trouve encore plus intéressant.

    Extrait du lien ci-dessous :

    Une cire "saponifiée" est un abus de langage et il faudrait parler plutôt de cire "émulsionnée", plus ou moins selon l'alcali utilisé, voir une cire simplement "savonnée". La cire n'est pas une matière grasse et tu ne pourra saponifier que la fraction d'ester qui la compose, elle ne se transformera jamais complètement en savon.

    http://fr.groups.yahoo.com/group/Decobruz/message/1173

    Ci-dessous un autre lien dont je ne peux pas copier un extrait :

    http://books.google.fr/books?id=ljHPAAAAMAAJ&pg=PA488&lpg=PA488&dq=diff%C3%A9rence+entre+cire+saponifi%C3%A9e+et+huile+saponifi%C3%A9e&source=bl&ots=zyXMZniMZX&sig=z5sXsErHAWYlTqZyovP0UWOdodc&hl=fr&ei=FsR0TZWPJYLcgQfDoLRO&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4&ved=0CCwQ6AEwAw#v=onepage&q&f=false

    Ci-dessous, un lien que je trouve intéressant sur les différences entre la cire jaune et la cire blanche :

    http://www.dotapea.com/cires.htm#laciredabeilles

    Ci-dessous, un lien pour obtenir un autre type de saponification :

    http://www.dotapea.com/cires.htm#ciresaponifiee

    RépondreSupprimer
  16. Mes respects !
    Et je te remercie pour toutes tes explications.

    En peinture, on utilise :

    - la cire d'abeille simplement fondue dans de l'huile de lin mélangée ou non avec de la térébenthine dans le cas où l'on désire incorporer des pigments. Pour les meubles et boiseries.



    - la cire saponifiée dont la recette la plus simple est la suivante :
    100 grs de cire d'abeille et 50 grs de savon de Marseille râpé dans un litre d'eau chauffée. Quand le mélange est prêt on ajoute 50 grs de savon de Marseille et autant de sel de tartre (il s'agit là de la peinture pour les murs)

    - la cire en pâte pour faire des reliefs, des décors et qui s'applique au couteau t s'utilise à froid. C'est un mélange d'essence de térébenthine et de cire préalablement fondue. Opération à réaliser hors du feu, évidemment.

    - la peinture à l'encaustique, dans l'art pictural, comprend une recette simple (une part de cire d'abeille pour une demie part de résine naturelle) mais vraiment l'utilisation
    est bien compliquée.

    Ici, tu as un produit avec la cire d'abeille saponifiée (sodium beeswax), le produit weleda justement :

    http://www.biopreferences.com/composants/cire-d-abeille-saponifiee.htm

    Je m'incline bien bas, une fois de plus, devant ton kimono embaumant d'une délicieuse odeur miellée.

    RépondreSupprimer
  17. @Yulaan, je serais bien en peine de faire des comparaisons avec ces émulsifiants car pour l'instant je n'ai pas véritablement travaillé avec. Donc, je ne peux comparer qu'avec la cire d'abeille et là la différence est flagrante. Mais j'ai un peu de céralan en stock et j'essaierai de réaliser une formule identique eau+ HV olive pour comparer. Pour le zenibee, je n'en ai pas.

    @ Marie (anonyme), merci d'avoir pris le temps de t'exprimer ici et de donner ton point de vue sur la cosmétique maison. C'est vrai qu'on peut être tiraillé entre le plaisir de faire du simple et efficace et la tentation d'aller toujours plus loin pour se perfectionner.

    Pour ma part, j'ai utilisé toute ma vie de la cosméto sophistiquée de parfumerie et lorsque j'ai décidé de passer totalement et définitivement à la cosméto maison, je recherchais la sécurité sanitaire (raison pour laquelle j'ai changé de voie il y a maintenant plusieurs années) mais je ne voulais pas pour autant abandonner les textures ultra agréables et que ma peau appréciait des produits traditionnels. Pour moi un produit cosmétique est tout à la fois un soin pour ma peau et une part de rêve et de glamour.

    C'est comparable à mon rapport à l'alimentation, le fait d'aimer les produits de qualité ne m'empêche pas d'apprécier des petits plats sophistiqués. L'un ne va pas sans l'autre donc.

    Je suis tout à fait consciente en revanche qu'à se limiter à des recettes trop "pointues", on puisse décourager les débutantes en leur donnant l'impression qu'il y a une cosmétique pour les "pro" et une cosmétique pour les "nuls.

    Alors, je profite vraiment de ton intervention pour dire que ce blog s'adresse à toutes celles qui souhaitent faire de la cosmétique maison, quel que soit leur niveau ou leur envie. Toutes les recettes proposées ici sont adaptables et simplifiables à l'envie et si certaines explications semblent confuses, on peut y poser toutes les questions, j'y répondrai avec plaisir.

    Quant à la perspective de me faire "piquer" ma création, dans la mesure où j'ai posté la recette c'est justement pour la partager avec le plus grand nombre.
    Ce n'est de toute façon pas véritablement une invention car je suis sûre que la cire saponifiée était utilisée en cosmétique dans le passé même si je n'ai pas retrouvé de recettes pour l'instant.

    Merci encore d'avoir laissé ton commentaire et sois la bienvenue aussi souvent que tu le souhaites.

    RépondreSupprimer
  18. @ mari-morgane, si tu aimes les cérats légers, cette formule est pour toi car ça protège comme un cérat, ça hydrate comme un cérat mais c'est léger comme un voile (de cachemire plutôt que soie).
    J'ai surgraissé par précaution, comme en savonnerie, en me disant que si je faisais une petite erreur le surgraissage rattraperait un peu.
    Merci de ton message et lance toi, tu verras tu ne seras pas déçue.

    @Pat, tu ne tambouilles peut-être pas (encore) mais tu peints et dessine avec beaucoup de talent et je ne parle pas de tes savons...
    Irène a gentiment pris la peine d'expliquer l'usage de la cire d'abeille en peinture. je précise que je ne peint pas, ça demande des dons que je n'ai pas vraiment même si plus jeune j'aimais beaucoup gribouiller et barbouiller.

    @Colchique, merci d'avoir recherché toutes ces info complémentaires. J'avais également lu l'article expliquant que seuls les esters étaient saponifiés. Je vais prendre le temps de lire tes liens et je complèterai l'article directement dans le texte des info importantes que je n'aurais pas mentionnées.

    @ Irène, tu as réussi à trouver un moment pour passer au mileu de toutes tes occupations du moment, merci Dame la Fée. Et merci de nous apporter toutes ces précisions sur les techniques de peinture à la cire. Bises miellées ma belle.

    RépondreSupprimer
  19. Je viens de passer un excellent moment à te lire et je te remercie de partager avec nous tes découvertes et créations : je suis comme tou(te)s ici, absolument émerveillée de tes quêtes, quelles qu'elles soient !
    Bises.

    RépondreSupprimer
  20. Lolitarose
    cet api n°1 est excellente, la couleur un vrai rayon de soleil et la texture en paraphrasanr
    Copaiba, "dix doigts de soie", moi je dirais dix doigts de pur coton doux et bio et équitable que l'on enfile avec douceur et bonheur
    l'odeur, pas miel pour moi, juste beurre frais
    gourmand comme un souvenir d'enfant à la campagne
    Mon corps en demande aussi, alors, je vais concocter de cette potion qui pour l'instant régale mes mains sans les graisser et en les apaisant
    Je la trouve juste parfaite et cette cire d'abeille un merveilleux actif
    bravo jeune femme et garde moi un peu de ton apimulse...

    RépondreSupprimer
  21. Alors là... je suis bluffée! Lolitarose, si tu n'es pas une chercheuse, tu en as l'âme, je peux te l'assurer!

    Je pense que ton @pimulse va faire des émules ^-^!

    J'ai bien hâte de découvrir les prochains épisode de cette aventure.

    RépondreSupprimer
  22. Lolitarose, je n'ai pas le n°1 mais les trois autres versions... je n'ai pas encore testé les 3 et 4 mais la 2, j'en suis absolument très très fan, et complètement bluffée par ta mise au point !
    A quand ta boutique @pimulse ?????

    RépondreSupprimer
  23. Super idée ! Et quel travail ! Merci pour tous les détails que tu donnes.
    Très envie de voir tes autres applications avec l'@pimulse :-)

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour à toi Lolitarose.

    Comme Marie, je ne suis pas vraiment présente sur cette partie de la blogosphère mais j'ai ma sélection de blogs cosmeto dont j'affectionne la lecture.
    En venant ici, je ne peux m'empêcher d'être émerveillée par ton approche si personnelle de cette pratique. Les muses ont du s'enticher de toi!

    RépondreSupprimer
  25. @ kat, merci de ton commentaire ; es-tu enfin remise ?

    @mlk, ô que j'aime la formule de Copaïba "dix doigts de soie" qui m'avait échappé ! et en toute modestie, j'avoue que je partage ton enthousiasme tant cette crème est effectivement d'une grande douceur ; ça parait incroyable tant les ingrédients et la méthode sont d'une simplicité déroutantes. Comme quoi, on peut beaucoup avec juste de l'eau et de l'huile d'olive !
    Bon, je sens que je vais saponifier à tour de bras ! mais je veux essayer avec une autre cire - blanche - pour comparer le résultat car toutes les cires d'abeille ne se valent pas

    @loulou, non non je n'ai pas l'âme d'une chercheuse, je n'ai jamais rien pigé à la chimie au lycée et j'avais des notes déplorables ! mais je suis curieuse et j'ai un cerveau qui fonctionne de façon simple mais logique.
    esters = super dans émulsions
    cire d'abeille contient esters > donc cire d'abeille super dans émulsion
    savon = super dans émulsion
    "savon de cire d'abeille" = super dans émulsion CQFD ^_^

    @nansou, je t'aurais oublié dans ma distribution ??? flûte alors, j'en reviens pas !
    Bon, je remets la machine en route ce week-end et je t'envoie un échantillon. Et puis je poste très vite la n°2, comme ça tu sauras tout !
    Pour la boutique, heu ... OK, alors c'est 1000 euros les 10 grammes, parce que je le vaux bien, non ? ^_^

    RépondreSupprimer
  26. @Jazz et calliope (quel joli nom !), nos messages se sont croisés et je ne les ai pas vus aussitôt. Merci de vos commentaires.
    L'une comme l'autre vous me flattez et me faites rougir.
    Calliope bienvenue sur ce blog et sens toi libre d'aller et venir librement. Je m'en vais visiter ton chez toi.

    Et vous pouvez suivre dès à présent l'épisode 2 des aventures de l'@pimulse.

    Bonne lecture

    RépondreSupprimer
  27. je ne dirais qu'un mot:
    OUUUUUUUAAAAAAAAHHHH!!!!
    que je suis heureuse que tu te soir penchée sur le chaudron de la cosmétique dans la cuisine!!!!
    je suis impressionnée et ravie, car c'est typiquement ce que j'aime!!!
    juste une question de néophyte, doit-on toujours coupler l'@lpimulse avec de l'alcool cétylique? ou tout seul il s'en sort aussi comme un grand!
    merci encore pour tes recherches, mais surtout tes trouvailles, toujours belles et bien expliquées...

    RépondreSupprimer
  28. Félicitations, bravo pour cette nouvelle formule très intéressante ! :)

    Petite question : où as-tu trouvé toutes ces infos sur la cire d'abeille ?

    RépondreSupprimer
  29. @ZsaZsa, grazie mille. Je ne saurais te dire si l'apimulse pourrait se suffire à lui-même je n'ai pas tenté, de même que je n'ai jamais utilisé la cire d'abeille en solo. Mais tu as raison de poser la question , je vais faire un essai pour me rendre compte du résultat obtenu. En tout cas je trouve que les proportions eau-huile-cire-coémulsifiant choisies pour l'apicream 1 sont bonnes pour obtenir une texture à la fois souple et ferme. Il faut que je poursuive mes tests et en particulier, les tests en tant que cobaye pour voir comment se comportent les autres apicreams sur la peau après plusieurs jours.

    A suivre donc !

    @Nilou, j'ai glané des info sur le net et de mémoire, il me semble que j'ai du voir la composition de la cire d'abeille sur un site qui doit s'appeler l'apiculteur (je vais aller vérifier car je n'ai pas enregistré le site)

    RépondreSupprimer
  30. Lolitarose, ta façon de raconter l'image de ton cerveau est très drôle et m'a bien fait rire. Je pense que c'est un peu "réducteur" malgré tout...^-^.

    De toute façon, je parlais de ton âme. Pas besoin d'aimer la chimie pour cela, la démarche est simple et les grandes découvertes ont souvent été le fruit d'une erreur cf la découverte de la pénicilline...

    RépondreSupprimer
  31. Loulou, merci, mais loin de moi l'idée d'insulter mon pauvre cerveau. Penser simplement n'implique pas qu'on ait un cerveau de simple ^_^
    Heureusement il y a sur la blogosphères des chimistes de talent et très pédagogues qui me feraient presque aimer la chimie.

    RépondreSupprimer
  32. L'apicream number one a disparu.
    Tout englouti sur mon corps quotidiennement jusqu'au fond du pot, il laisse le léger film protecteur sur 24h sans souci.

    je le trouve moins gras qu'un cérat à l'application mais avec cette onctuosité très fine que j'aime quand les émulsions sont grasses.

    Quant à la couleur, c'est un voyage pour rien vers tes Pouilles adorées.

    Merci pour ce test concluant, je crois que je ne sais plus du tout ce que j'aime en matières d'émulsifiants ;))

    RépondreSupprimer
  33. Merci Michèle de ton retour sur ce premier test. C'est évident que l'apimulse donne un cérat à la texture plus "cosmétique" du fait de sa grande finesse ; ça a été ma grande surprise car ça se retrouve sur tous les essais faits jusqu'ici. C'est vrai qu'il y a tellement peu d'émulsifiants sur le marché qu'il était urgent que j'aille en "inventer" un nouveau !
    Les tambouilleuses sont folles !!!

    RépondreSupprimer
  34. Félicitations pour cette belle cire émulsifiante Lolitarose, produit extraordinaire que je découvre avec beaucoup de retard ( ce mois de mars a été un peu chaotique par ici ), merci du partage, je ne manquerais pas de tester ta formule plus tard car la cire d'abeille ici je peux en trouver assez facilement !

    RépondreSupprimer
  35. Merci Laeticia, en effet tu peux en faire très facilement et tu verras le résultat est vraiment gratifiant y compris sur une formule aussi simple que celle du cérat.

    RépondreSupprimer
  36. Michèle à qui j'ai longtemps cassé les pieds à propos du mystérieux savon de cire de Weleda a très bien pronostiqué ma réaction: j'en ai fait des petits bons marsupilamiesques sur ma chaise quand j'ai découvert cet article à mon retour.

    En effet, à une époque où je ne faisais pas encore des savons et où ma peau ne supportait pas grand chose (elle a fait des progres depuis), je louchais sur les formules minimalistes de Weleda avec leur fameux émulsifiant à la cire qu'ils abandonnent d'ailleurs peu à peu désormais.

    J'avais laissé tomber faute de connaître alors le mécanisme de la saponification.Puis ayant bricolé le cérat creme puis surtout les cremes au P3R qui me vont très bien je n'y ai plus trop pensé. Le test de ton @apicreme 3 me fait réviser mon jugement.

    … D'autant que j'ai une passion quasi coupable pour la cire d'abeille car c'est un ingrédient qui me semble réellement "vivant" et d'une complexité naturelle que l'on serait bien en peine de reproduire ou alors de façon très couteuse (j'éprouve le meme sentiment admiratif envers l'HE de rose qui renferme plus de 300 composants aromatiques)

    Ton essai -réussi- me va donc droit au cœur et je vais m'y mettre dès que j'aurais repris un peu mes marques.

    Merci Lolitarose et vive les abeilles

    RépondreSupprimer
  37. J'accède enfin à ce blog magique qui refusait mon navigateur grâce à Vénézia, cet article complète d'une manière très intéressante mes tests actuels sur la cire d'abeille et tous les émulsifiants que l'on peut en tirer. Merci beauoup

    RépondreSupprimer
  38. @venezia, en ce moment les abeilles sont de véritables reines sur la blogosphère. Les tambouilleuses maison (Célimène, Christine et Ilhame) ont concocté toutes sortes d'émulsifiants à partir de la cire d'abeille . C'est une véritable éclosion de printemps.
    L'été sera very API !!!

    @Christine, merci de ta visite et de ton commentaire. J'ai également lu avec grand intérêt toutes tes expérimentations. Mais tu crées à la vitesse de l'éclair et il va me falloir un peu de temps pour tester à mon tour certaines de tes formules.
    Comme l'a écrit Venezia : "Vive les abeilles "

    RépondreSupprimer
  39. Lolita, je vais faire partie de ces (sinon APIcréatrices) APItesteuses so happy !!! ;-)
    j'adore ton cérat-crème : je n'en avais jamais essayé d'aussi doux , onctueux et en même temps si fin ! Tu sais que je ne suis pas très fan des cérats à cause de la phase grasse élevée mais là, c'est du bonheur !

    RépondreSupprimer
  40. Lolitarose,

    Grazie mille mia Bella Lolitarose....
    Je viens de découvrir tes tests ainsi que ta jolie création que tu as intitulée @pimulse....Un nom qui correspond à ton âme poétique qui transpire dans tes écrits et tes superbes crèmes...
    Hummm et rien qu'à voir tes textures si fines ça donne envie de postuler dans le rang des chanceuses testeuses....

    RépondreSupprimer
  41. @Kat, Heureuse que ce type d'émulsions t'aie conquise, et en effet j'ai eu la même réaction d'happy surprise lorsque j'ai découvert la texture. Merci de ton retour sur ce produit.

    @Ziza, bonjour et grazie mille pour ta visite et ton gentil commentaire, si en plus tu maîtrises la langue de Dante, tu m'en vois ravie ! Es-tu toi même une Happy cosméteuse ? En règle générale, je ne m'engage jamais à envoyer d'éssais de mes crèmes, car je suis trop vite débordée par le temps et au final je ne tiens jamais mes engagements, mais je ferai une exception et si tu me laisse tes coordonnées (envoie moi un mél), je t'enverrai une de mes @picream.

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour à toutes, je suis esthéticienne et lectrice assidue des forums de cosméto home made depuis quelques semaines. Je me documente bcp avant de franchir le pas et de réaliser mes petits produits.

    J'aimerai en fait proposer par exemple un soin visage utilisant des produits maison que je ferais moi-même en variant les textures, les odeurs, ...en fonction du type de peau, des saisons,...

    Fan de produits et cosmétiques naturels depuis tjs, la cosméto home made est une activité passionnante que je découvre.

    Aussi j'avais une question à Lolitarose: quelle type de soude utiliser? de la soude en cristaux comme pour adoucir l'eau en lessive?

    Cet émulsionnant maison m'intéresse bcp car je sais avoir de la cire d'abeille pas trop chère donc si je sais avoir de belles crèmes avec ta création, je ferais des économies .....

    J'en profite pour vous dire que votre blog est très agréable à lire, mis à jour, on sent la passion!

    Merci, Lucie

    RépondreSupprimer
  43. Bon jour Lucie et merci de ta visite et de l'intérêt que tu portes à mon blog.

    Pour répondre à ta question sur l'usage de la soude. J'utilise en général la soude dans la fabrication de savons maison, pour ce faire j'achète de la soude pure, en billes que l'on trouve au rayon bricolage du supermarché. Il s'agit de soude caustique et non de lessive de soude. On en trouve notamment dans la marque SPADO.
    Ici j'ai saponifié de la cire d'abeille. Mais je ne saurais trop répéter que le maniement de la soude n'est pas sans risque et qu'il faut prendre toutes les précautions (se protéger des éclaboussures et projections notamment), surtout si tu n'as jamais fait de savon auparavant.
    Il me semble que certains émulsifiants du commerce ne reviennent pas plus cher que de confectionner soi-même son émulsifiant, surtout si on en achète de grandes quantités, donc je ne sais pas si ça vaut vraiment la peine sur un plan strictement économique. Je rappelle qu'il faut laisser le mélange chauffer un certain temps (ça coute donc en énergie), et il faut attendre la fin de la cure comme pour un savon.
    Par ailleurs, ça n'est pas forcément l'émulsifiant le plus simple et le plus polyvalent à manier, surtout si tu as encore peu d'expérience en cosmétique home-made.

    Lucie, si tu veux te lancer dans la cosméto maison, surtout n'hésite pas à revenir ici et à me poser toutes les questions que tu souhaites. Et comme tu le dis, il y a d'excellents forums où l'on trouve plein d'informations très utiles pour se lancer.

    Et puis, si tu te lances, reviens me dire, ça me fera plaisir !

    RépondreSupprimer
  44. merci beaucoup pour ce topic, c'est très original et intéressant de fabriquer ces émulsifiants par 1 simple procédé de saponification ! A tester !

    RépondreSupprimer
  45. Misstambouille, merci ! une fois qu'on est passé à la réalisation de savons, ça devient un jeu d'enfants et c'est un émulsifiants qui ouvre plein de perspectives.

    RépondreSupprimer
  46. c'est vraiment une super expérience! merci de nous al faire partager! je vais de ce pas voir tse version 2, 3 et 4 pour tenter l'expérience!!

    RépondreSupprimer
  47. Bonjour Estelka et merci de ta visite sur ce blog et de ton enthousiasme qui fait plaisir. J'ai fait un tour rapide chez toi (mais je vais revenir !) et donc en bonne savonnière tu devrais apprécier de travailler avec cet émulsifiant mais également avec le savon que j'utilise dans de nombreuses formules et qui est très efficace.

    RépondreSupprimer
  48. Bonsoir,je viens de découvrir votre blog et je suis tout simplement "émerveillée", de lire que l'on peut saponiser de la cire d'abeille...Je soupire, car je n'en suis qu'à ma première crème...sourires!!!
    Angéla

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Angéla merci de votre visite et de votre commentaire. Oui, on peut saponifier la cire d'abeille et cela permet de bien belles émulsions, mais je ne m'y serais sans doute pas risquée à mes débuts en cosmétique. Mais j'aime tout autant confectionner des crèmes avec une cire émulsifiante plus classique. L'important est bien de se lancer et de parvenir à se créer un petit soin sur mesure. Une fois lancée, on n'arrête plus de progresser...
      N'hésitez pas à venir me raconter votre crème sur ce blog, vous y êtes la bienvenue !
      A très bientôt

      Supprimer
  49. Grazie per questo magnifico articolo che mi dà la possibilità di usare ancora la cera d'api, la mia preferita!!! Hai fatto altri sperimenti? Da poco ho trovato il tuo sito e me ne sono innamorata!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ciao monilori e grazie della visita ! si ho fatto tante creme con l'@pimulse, se vai a guardare a INDEX trovi tutte le ricette e fra poco ne publichero un'altra dove ho provato l'@pimulse con la lecitina e il risultato è davvero favoloso.

      Supprimer