mardi 14 décembre 2010

Serum régénérant

Des lys de mer à la pureté intacte

Le froid, le vent, la neige...

En un mot, l'HIVER,  aussi soudain que persistant met à mal nos épidermes. Et le chauffage poussé à l'extrême dans les bureaux, restaurants ou grands magasins n'arrange  rien à l'affaire. 
Résultat, même les peaux dites "jeunes et à problèmes" souffrent de mille maux. 
La peau rougit, s'échauffe, tiraille quand elle ne se met pas tout simplement à peler. 

Heureusement nos magazines féminins ne nous abandonnent pas en des moments aussi dramatiques et les conseils ne manquent pas sur les mille et une façons de rester belles et sexy en toutes circonstances.

Ouf ! la Parisienne est donc sauvée, puisque toutes les solutions beauté sont dans son magazine chouchou.









"Tartinez, tartinez, tartinez vous de gras !" telle est la solution prônée !

Oui, mais le hic c'est qu'à se "tartiner" le minois de graisse à traire, en particulier lorsqu'on a une peau mixte, grasse voire carrément acnéique, c'est que le remède soit finalement pire que le mal.

Attention, je ne dis pas que les peaux grasses ou mixtes ne se déshydratent pas. Non, sous des climats extrêmes tous les épidermes souffrent de sécheresse, mais il va de soi que toutes les peaux ne peuvent être traitées de manière identique.

Pour nourrir ma peau sans la surgraisser, j'ai donc choisi de pratiquer la méthode japonaise du "layer" ou multi-couches. Et au cas particulier, un sérum me semblait tout indiqué.

Mais au fait, qu'est-ce qu'un sérum ?

En cosmétique, un sérum est un produit concentré qui contient moins d'eau et plus de principes actifs qu’une crème. 

Les sérums se caractérisent également par une texture fine et pénétrante qui permet ainsi aux actifs qu’ils contiennent d'agir plus rapidement et plus efficacement.


L’histoire des sérums aurait commencé en 1982 avec le lancement de l’Advanced Night Repair, un sérum régénérant de la marque Estée Lauder. Puis en 1985, Clarins lance  le Total Double Sérum multi-régénérant. Composé à l’origine de 17 principes actifs, il en contiendrait aujourd’hui plus de 40 ! 

Véritables élixirs de beauté, les sérums améliorent l'efficacité des soins qui sont appliqués sans pour autant les remplacer. Ils sont en effet complémentaires des crème de jour ou de nuit d'une même gamme. 

Sérum régénérant
Très concentrés, les sérums s’utilisent avec parcimonie. Quelques gouttes suffisent pour profiter de leurs actifs et optimiser les autres soins. 


Un sociologue ( Patrick Ochs) disait que le terme lui-même évoquait des notions de quintessence et de pureté.
Pour ma part, je souhaitais une texture fine et non grasse à glisser sous ma crème de jour ou à porter nature la nuit si le besoin se fait sentir. L'objectif : améliorer l'hydratation et favoriser la régénération cellulaire.

Pour autant je ne voulais pas une formule de type "catalogue à la Prévert" avec 40 ingrédients à la clé. Du coup, chacun des ingrédients entrant dans la composition jouera simultanément un rôle cosmétique (qualités physiques  de la texture) et thérapeutique (rôle d'actif ciblé).

Mais j'avais une autre exigence, quelque peu antinomique par rapport à l'essence même d'un sérum : je le souhaitais riche en phase aqueuse, contrairement aux compositions habituelles.

Mais laissez moi vous présenter la formule avant de passer en revue les principaux ingrédients, qui vous le constaterez sont d'une simplicité désarmante !



Formule en grammes 87,1

-43 eau déminéralisée
-20 HA de lavande officinale (lavandes et compagnie) 
-5 émulsifiant (Glycerin, Prunus Amygdalus Dulcis oil, Sucrose laurate, Citrus Aurantium Dulcis (Orange) fruit water)
-4 HV de jojoba
-2,5 HV de meadowfoam
-2,5 cire d'abeille
-2 HV ricin
-2 beurre de kokum
-0,3 gomme celulose
- poudre de riz

Ajouts dans l'émulsion

-2 extrait HG de grenade
-2 collagène d'acacia
-1 soothex
-0,4 geogard
-0,4 HE dont carotte sauvage (C. Mabille producteur), géranium d'Egypte, lavande luisieri (lavandes et compagnies)

La réalisation du sérum est on ne peut plus simple. Faire fondre à feu doux le beurre de kokum sans trop chauffer. 

Parallèlement chauffer l'eau et la gomme cellulose en mélangeant vivement pour former le gel. Laisser tiédir. Y mélanger l'hydrolat de lavande.
Verser dans un bécher désinfecté l'émulsifiant et l'ensemble des huiles et beurres. Mélanger à la cuillère magique. Puis verser très lentement les eaux dans les huiles en mélangeant sans cesse. Vous verrez rapidement se former une émulsion blanchâtre. 

Introduire maintenant la cire d'abeille et faire chauffer au bain marie juste assez - mais pas plus - pour faire fondre la cire. Mixer maintenant au mixer électrique. 
Refroidir au bain marie froid.
Introduire un à un les ajouts.

léger, léger, léger
On obtient une texture lactée très fluide. C'est un sérum destiné à être porté sous une crème d'où l'indispensable finesse de l'émulsion.

Du côté des ingrédients, simple et efficace. En matière de cosmétique, j'ai tendance à penser que qui peut le moins peut le plus.

HA de lavande officinale

L'hydrolat de lavande, intégré ici à concurrence de 25% environ a donc pleinement un rôle d'actif dans la formule. J'ai choisi un hydrolat de lavande officinale provenant d'un producteur de la Drôme, spécialiste des lavandes, Lavandes et compagnie. Ces huiles et hydrolats sont de petites merveilles : un choix volontairement limité aux lavandes et lavandins en tous genres et à quelques plantes de sa région, dont une superbe hélychrise. Mais revenons à nos lavandes.

L'hydrolat de lavande officinale convient à tous les types de peau, et tout particulièrement aux peaux très jeunes et fragiles, celle des enfants et des nourrissons. Il est recommandé après une longue exposition au soleil, ou en cas de brûlures, d'irritations ou de piqûres, pour régénérer l'épiderme, adoucir et rafraîchir la peau. L'hydrolat de lavande est souvent indiqué pour traiter les zones acnéiques ou grasses, pour favoriser la cicatrisation, pour désinfecter les boutons, et accélérer le renouvellement des cellules cutanées. On l'utilise aussi en bain de bouche pour lutter contre les aphtes. 

C'était donc le compagnon parfait pour un sérum qui se veut destiné aussi bien aux peaux jeunes (et le cas échéant grasses et acnéiques) et aux peaux plus mâtures en quête de régénération cellulaire. 

Autre compagnon incontournable : l'émulsifiant. 








Emulsifiant 

INCI Glycerin, Prunus Amygdalus Dulcis oil, Sucrose laurate, Citrus Aurantium Dulcis (Orange) fruit water

Le sucrose laurate est un acide gras estérifié à partir de sucrose et d'acide laurique. Dès lors c'est un "surfactant" - autrement dit un tensio-actif - permettant une meilleure dispersion. Il aurait par ailleurs la capacité d'inhiber le développement de certaines bactéries, en particulier dans les jus de fruits (et plus spécifiquement les agrumes), d'où son utilisation en tant que conservateur alimentaire et son association avec ...du jus d'orange dans notre émulsifiant.
Aromazone nous précise par ailleurs que " les esters de sucre en général sont des émulsifiants particulièrement doux, très bien tolérés même par les peaux sensibles ; ils sont aussi appréciés pour leurs propriétés hydratantes et émollientes (laissent la peau douce et souple) ; ils sont par ailleurs facilement biodégradables sans incidence sur l'environnement."

Vous pouvez utilement vous reporter à la fiche AZ pour en savoir plus. On le trouve facilement aujourd'hui sous le nom de cold emulsifier (Aromantic), de sucramulse, gelisucre...

A mes yeux, il présente surtout l'indéniable avantage d'émulsifier totalement à froid, mais l'on devra se contenter d'une crème fluide, contrairement au sucrose stéarate, autre ester de sucre proposé par AZ. 

C'était donc l'émulsifiant idéal pour créer un sérum en prenant soin de diminuer le pourcentage recommandé d'huiles (20 à 30% pour obtenir une consistance de crème fluide). Un autre choix, à mon sens intéressant, aurait été le simulgel de chez Copaïba, voire une association des deux qui aurait donné une texture plus gélifiée. Malheureusement je n'en avais plus en stock.


De l'eau, un émulsifiant et maintenant...

Les huiles

Ici aussi j'ai limité mais ciblé mon choix à trois huiles et un beurre.

Tout d'abord l'huile de Jojoba ou simmondsia sinensis (origine Copaïba)

L'huile de Jojoba est qualifiée d'huile, mais de par sa composition chimique, il s'agit d'une cire liquide,  composée de 97% d'esters cireux. C'est l'huile qui se rapproche le plus du sébum humain. Elle crée ainsi un film d’hydratation non gras à la surface de la peau.

Cette huile a acquis ses lettres de noblesse lorsqu'on a découvert qu'elle était une excellente alternative au blanc de baleine (spermaceti). C'est une huile stable, qui ne rancit pas, en raison de l’absence de triglycérides dans sa composition (esters cireux présents). 
C'est une huile intéressante car elle contient un fort taux d’acides gras poly insaturés à longues chaînes (20 à 24 carbones); ainsi c’est une source directe d’AGI à longues chaînes pour l’organisme.

L’huile de Jojoba est aussi caractérisée par sa haute teneur en insaponifiables jouant un rôle important pour la protection  et la cicatrisation de la peau.

Sa faculté de pénétration est extraordinaire. C'est un excellent vecteur pour l'aromathérapie. Son odeur est agréable et ne nécessite pas de raffinage. 

Idéale aussi bien pour les peaux sensibles, sèches que grasses et acnéiques. Son application régularise la sécrétion de sébum et tend ainsi à combattre l'acné. Ses qualités restructurantes de la peau en font également une huile de base de la pharmacopée. 

fleurs de Jojoba
Propriétés de l'huile de Jojoba :
- Emolliente : pénètre très bien la peau et la régénère.
- Équilibrante : à cause de sa parenté avec le sébum, son utilisation sur la peau en régularise sa production.
- Protectrice : elle crée un film non-gras qui préserve l'hydratation naturelle de la peau contre les agressions du froid et de la sécheresse.
- Anti-inflammatoire: excellente base pour les crèmes de soins destinées aux peaux sensibles.
- Anti-UV : filtre solaire naturel de protection 4-5.

En plus de toutes ses qualités intrinsèques, je l'ai choisie car je l'adore nature sur la peau et j'aime les textures ultra douces et lissantes qu'elle donne aux émulsions.


Quelques mots également sur une petite huile aussi secrète que discrète et au nom, ô combien poétique : l'huile d'écume des prés (ou meadowfoam en anglais).






INCI : Limnanthes alba

L'huile d'écume des prés est pressée à partir des graines de Limnanthe (Limnanthes alba).

L'huile d'écume des prés contient plus de 98% d'acides gras.  Elle possède  d'étonnantes propriétés anti-âge, hydratantes et régénérantes
C'est en outre une huile non grasse qui pénètre rapidement. Elle est en fait assez  proche de l'huile de Jojoba dans ses caractéristiques puisqu'elle constitue également un substitut au blanc de baleine et régularise les sécrétions de sébum.  

Enfin, j'ai choisi l'huile de ricin en partie pour sa consistance épaisse et visqueuse de nature à densifier l'émulsion. Mais également pour ses vertus émollientes et anti-inflammatoires.

Le beurre de kokum (INCI :Garcinia indica seed butter) est issu de la pression mécanique des graines du Garcinia indica, arbre originaire d’Inde.
C’est le beurre le plus riche en triglycérides saturés, ce qui le rend très stable et lui confère un toucher non gras et une grande onctuosité.
Il a des propriétés lissantes pour la peau et les lèvres ; il apporte douceur et souplesse, aide à structurer les sticks à lèvres. C'est un beurre particulièrement adapté aux peaux sèches, sensibles, matures.

Côté actifs, j'ai invité un super anti-oxydant (l'extrait de grenade), un tenseur régénérant cellulaire (collagène d'acacia) et un anti inflammatoire surpuissant issu du boswelia serrata, mieux connu sous le nom d'encens (le soothex de chez Copaïba).

And last but not least, un petit cocktail d'huiles essentielles ciblées : l'incontournable carotte sauvage (en provenance d'un excellent producteur des Hautes Alpes - Claude Mabille), le géranium d'Egypte (pelargonium aspera) dont on ne saurait se passer dans un sérum régénérant et une petite merveille tant cosmétique qu'olfactive, découverte tout récemment chez Lavandes et compagnies, la lavande luisieri.

Est-il encore utile de présenter les multiples vertus de l'huile essentielle de carotte (daucus carota) ? Un récent défi sur Potions et Chaudrons a remis cette mal-aimée à l'honneur. Que l'odeur, réputée difficile, ne vous rebute pas. Jugez plutôt tout ce qu'elle peut faire pour votre peau :


C'est un merveilleux régénérant des cellules cutanées. 
Excellente contre l' acné, les rides, les peaux fatiguées et ternes, les taches de vieillesse, elle est aussi un activateur de bronzage. On peut en rajouter dans une crème à raison de 1%.

Autre maître incontesté, le géranium rosat (d'Egypte) ou Pelargonium asperum. C'est une huile intéressante pour ses propriétés antibactériennes efficaces  ;c'est également un fongicide puissant et un hémostatique remarquable. Elle a de plus des propriétés anti-inflammatoire. Et, intéressant pour les peaux grasses c'est également un tonique astringent cutané.

Enfin, un petit bonheur olfactif, mais pas seulement : la lavande luisieri, également connue sous le nom de lavande de Séville. 

Cette huile, pour laquelle j'ai eu un coup de foudre immédiat, est dotée d'un parfum très particulier et très éloigné du parfum habituel des lavandes et lavandins. Albert Vieille en parle ainsi :
"note de fond très ambrée, chaude, animale rappelant le labdanum et l'encens"
Pour ma part, j'y trouve un fond de réglisse, poudré-ambré et j'ai mille idées d'associations qui viennent à l'esprit pour la composition d'un parfum. Reste à trouver le temps...
Côté propriétés, j'ai trouvé peu de choses si ce n'est ce que m'en a dit Vincent Deconstanza de Lavandes et Compagnie sur ses vertus régénérantes et anti-oxydantes. D'où mon choix. 

Au final, une alternative à la crème de nuit et un excellent compagnon de nos crèmes de jour pour lutter contre le froid et les tempêtes de neige.

Monsieur Météo n'a qu'à bien se tenir !
  

16 commentaires:

  1. La texture semble tellement lisse. -27°C pour cette nuit!!! Voilà un petit sérum qui pourrait servir à ma peau...

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup les fluides lactés ! Ce sérum est très réussi et je partage ton choix des ingrédients quoique je n'aie toujours pas testé l'HV de meadowfoam.
    Le cold emulsifier est un ingrédient de choix pour faire ce genre de cosmétique : je mets de la xanthane, est-ce que le gel de cellulose est meilleur ?
    En tous cas, ta photo donne bien envie de passer la main au travers de l'écran pour câliner doucement sa peau avec cette émulsion si tentente !

    RépondreSupprimer
  3. j'aime beaucoup ta photo de lys marin. j'ai eu la chance d'en sentir une fois, et le parfum de ce lys est sublime. une bien belle illustration pour un serum qui a l'air aussi agréble qu'efficace.

    RépondreSupprimer
  4. Lolitarose, magnifique sérum et excellente idée le choix du gélisucre.

    J'ai du gélisucre qui attend dans mon placard depuis un petit moment et ta recette me donne très envie de faire un sérum.

    Je suis d'accord avec toi sur l'efficacité multicouches plutôt que saturer son visage d'un seul produit trop gras.

    RépondreSupprimer
  5. C'est superbe Lolitarose.
    Je reviendrai certainement te lire beaucoup plus attentivement tant tu as fouillé ton message.

    Il est très riche d'informations intéressantes.

    J'ai vu que la lavande luisieri est une sous espèce de la lavande stoechade que je trouve pour ma part très difficile à manier même en thérapeutique.

    Je ne connaissais pas ses propriétés cutanées.
    Est-ce que ce producteur exposait à Marjolaine? Il me semble l'y avoir vu.

    Je ne sais pas pourquoi j'étais persuadée que tu n'appréciais pas le géranium...
    C'est l'une des HE les plus adaptogènes que je connais et son parfum quoiqu'un peu commun se marie bien aux autres.

    Merci infiniment Lolitarose pour cette délicate création.

    RépondreSupprimer
  6. Je viens ajouter que j'ai employé récemment le beurre de kokum et que ce fut une révélation ! En effet, le toucher et l'étalement sont agréables et la pénétration très facile contrairement à d'autres beurres.
    (J'en profite pour corriger ma faute sur le dernier mot: je voulais écrire "tentAnte" avec un "a")

    RépondreSupprimer
  7. Ma chère Lolitarose quand je lis tes formules, je me sens comme un éléphant devant une délicate antilope !

    Pour tes lectrices et Kat en particulier qui en parle : l'huile d'écume des prés est une de mes chéries et le beurre de kokum égalementun ingrédient que j'apprécie fort.

    Une fort belle recette Lolita San, d'une "simplicité désarmante", ça, c'est toi qui le dit ...

    Je m'incline devant ton kimono d'un si beau blanc laiteux.

    RépondreSupprimer
  8. Ton sérum, divine Parisienne, est aussi élancé gracieux et fin que l'est la jolie Madame de Parisssssssssss!
    J'aimerais beaucoup humer cette lavande, j'aime les lavandes
    Ma peau n'aime pas les temp$êtes de neige, mais mon coeur de joueuse adore, alors encore un petit coup de neige please!
    Une bien jolie nuisette, que les Parisiennes osent bien sûr porter de jour

    RépondreSupprimer
  9. Désolée de vous avoir un peu abandonnés ces derniers jours, mais les préparatifs de Noël et de belles rencontres m'ont un peu accaparée.

    @Loulou, comment peut on survivre avec de pareilles températures ?! C'est un sacré sérum qu'il te faut. Et dire que nous à Paris nous plaignons pour 3 malheureux flocons. Pff !

    @Kat, la xanthane a un petit côté plus "pelucheux" que la cellulose d'où mon choix. Quant au kokum je l'aime également beaucoup pour les soins visage, surtout lorsqu'on veut garder leur légèreté.

    @Nepenthes, merci. Je regrette de ne pas avoir pu "capturer" le parfum de ces lys car les découvrir au bord de la mer en pleine nuit était déjà magique, mais les effluves rajoutaient encore à la magie.

    @Colchique, c'est un émulsifiant que je n'aime pas plus que ça en général car je recherche toujours des textures très crèmes, mais pour un fluide c'est parfait et la peau aime bien.

    @Nansou, merci

    @Michèle, tu as raison pour le géranium je ne l'aime pas sauf avec la lavande et savamment dosé ; ici je trouve qu'il contrebalance la carotte et se marie bien avec la luisieri. Et puis je sais que c'est bon pour ma peau...

    @Irène, si je devais chercher à quel animal te comparer, l'éléphant est bien le dernier qui me viendrait à l'esprit ! Reçois des bises en quantité de toutes les parisiennes et autres beaux gosses de Paname qui pensent bien à toi.

    @mlk, puisque tu aimes les lavandes, celle-ci est faite pour toi ! Côté neige, à Paris, j'avoue que la perspective d'avoir à refaire du patinage très peu artistique pour me rendre à mon travail ne m'attire pas vraiment !

    RépondreSupprimer
  10. Pour l'avoir reçu en cadeau et l'avoir (immédiatement) testé, je dois dire qu'il est d'une extrême finesse, et d'une telle douceur que l'on n'arrêterait pas de s'en tartiner !!!
    Réussite sur tous les plans ! Merci encore !

    RépondreSupprimer
  11. Merci à toi Kat, j'avoue que ma peau en est assez gourmande également !

    RépondreSupprimer
  12. Il en me semble pas avoir testé de tes sérums auparavant et tu peux vraiment garder la formule de celui ci.

    Pas testé sur le visage entier mais sur le contour des yeux, il est très pénétrant, magnifiquement hydratant comme seuls peuvent le faire les esters de sucre.
    Cet émulsifiant mériterait encore plus d'attentions.

    Bravo, il est sublime.

    RépondreSupprimer
  13. Entièrement d'accord avec toi Michèle, le cold emulsifier est vraiment un must dans la cosméto maison, je n'arrête pas d'en découvrir les possiblilités. Je l'avais acheté dès qu'Aromantic l'avait sorti et je ne l'ai jamais regretté !

    RépondreSupprimer
  14. @ Michèle, ça n'est pas parce que c'est moi qui l'ai fait, mais comme toi, j'ai beaucoup aimé la formule de ce sérum qui m'a un peu réconciliée avec le gelisucre. je le réserve désormais à ce type de soin où il s'avère superbe.

    @kat, il va falloir que j'aille me replonger dans tes recettes !

    RépondreSupprimer