mercredi 1 décembre 2010

Savon Alexandra David Neel



J'ai passé une partie de l'été à savonner mais "en raison d'incidents techniques indépendants de ma volonté", je n'ai finalement présenté que peu de ma production.

Or, il en est un qui me tient particulièrement à coeur car c'était ma toute première tentative de savon au sel. J'avais embarqué dans mes bagages un sachet de sel rose de l'Himalaya car la douceur de la couleur et sa provenance m'avaient immédiatement séduite.

J'ai lu il y a quelques années, que dis-je, DEVORE, tous les récits de voyage qui se rapportaient au Tibet, espérant moi-même un jour partir sur leurs traces. Parmi les grands voyageurs-explorateurs de ces régions reculées, j'ai admiré ces femmes téméraires qui sont parties à la découverte de ces terres encore sauvages pour ensuite nous faire partager leurs découvertes des peuples nomades, des cultures et surtout de la religion boudhiste. Vous aurez reconnu Ella Maillart et  bien sûr Alexandra David Neel qui donne donc "à l'insu de son plein gré" son nom à ce savon.

Après avoir longtemps rêvé que moi aussi je partais à dos de yak à l'assaut des cîmes enneigées, j'ai enfin un jour réalisé mon rêve. Par deux fois. 

La première en marchant presque sur les pas de la Grande Alexandra, dans un long périple qui m'a conduite des marches tibétaines du Sud de la Chine actuelle jusqu'à Lhassa puis à Kathmandou. Comme je suis très respectueuse des animaux, j'ai renoncé au yak et me suis contentée d'une simple jeep ^-^.

La seconde fois, je partie faire une traversée des Himalayas indiens dans le but de voir le Dalaï Lama lors d'une cérémonie du Kalachakra. 

Ce furent deux voyages merveilleux et inoubliables.



C'est donc en hommage à ces merveilleuses contrées et à ces peuplades généreuses et courageuses que j'ai souhaité réaliser un savon à l'image du grand Tibet.

Outre le sel, que j'ai introduit à la trace, ce savon doit également sa couleur au Tibet. En effet, voulant au départ un savon rouge corail, j'ai réalisé un  macérat de poudre de racine de rhubarbe. Rhubarbe qui est justement une plante originaire du Tibet et que j'ai eu l'occasion d'observer là-bas à l'état sauvage.

La mienne m'est donc parvenue à dos de Yak depuis le très lointain Plat Pays (de mémoire, la poudre est une offrande Moune, ayant transité par Michèle et parvenue jusqu'à mon village des Pouilles pour finir dans le chaudron à savon).

N'étant pas certaine d'obtenir un vrai beau rouge comme seule MLK en a le secret, j'ai corsé la couleur en incorporant au macérat en fin de chauffe des graines d'urucum. La couleur était vraiment éclatante !

Pour rester in the mood Asie, j'ai dissout la soude dans de l'eau de cuisson du riz. En fait, comme j'étais dans mon village des Pouilles, j'ai fait cuire mon riz spécial risotto à la mode italienne et j'ai récupéré le lait gélatineux de cuisson, transformé en glaçons. 

Je vous déconseille vivement d'essayer de dissoudre la soude dans un liquide qui n'est pas aqueux. En fait lors de la fonte de la soude j'ai obtenu un horrible amalgame gélatineux que j'ai touillé sans cesse et que j'ai du verser dans les huiles à la spatule. J'ai d'ailleurs eu peur que la soude soit mal dissoute et qu'au final le savon ne soit caustique !

A l'avenir je prévoirai 50% eau et 50% gelée de riz.

Pour le reste, je suis restée sur une formule classique et ayant fait ses preuves


Recette du Savon d'Alexandra David Neel

25% huile de coco (végétaline)
15% huile de palme bio
15% karité du Bénin (merci Michèle)
25% macérat de rhubarbe et urucum sur olive des Pouilles
10% huile de ricin (Vélan)
10% huile de soja

Soude pour un surgras de 5% et gelée de cuisson du riz (quantité moyenne)

A la trace

3% huile de son de riz (pour la douceur et l'émolience)
200 grammes de sel de l'Himalaya pour un total de 500 gr d'huiles

J'ai voulu essayer les arômes alimentaires canelle et orange en parfum mais après une cure de deux mois, il n'en est rien resté.

Le pazapa

Macérat et glaçons de riz avaient été préparés la veille.

Dissoudre la soude dans les glaçons de riz et touiller jusqu'à dissolution complète ;

Parallèlement chauffer les beurres et huiles et laisser refroidir ;

Lorsque les deux phases sont approximativement à même température - ici j'ai mélangé à 40° - verser la soude dans les huiles et mélanger au mixer électrique et à la main jusqu'à apparition de la trace.

Ici, en raison de la consistance épaisse du mélange de soude, la trace s'est révélée relativement épaisse assez rapidement.

Introduire l'huile de son de riz, les arômes puis le sel et bien mélanger à la spatule.

Verser dans un moule en bois chemisé, fermer, et mettre au four (éteint).

couleur encore soutenue


Finalement, je n'ai pas obtenu de rouge flamboyant MLKien, mais un très joli rose    corail très agréable.

Ce savon au sel - et ce malgré la faible quantité de sel (certaines mettent 100% du poids des huiles) - a eu beaucoup de mal à sécher. Pire, plus tard, le savon semblait s'effriter au moindre contact. 

Après un mois de séchage dans la chambre à savon de la maison des Pouilles, il se désagrégeait toujours et il m'a fallu en prendre grand soin pour pouvoir lui faire faire les 2000 km de voyage jusqu'à Paris où il a encore curé un gros mois avant de sécher et durcir enfin.

Au final, on a un savon très dur avec un aspect très pierre ponce - pas lisse du tout donc - et la belle couleur rose-corail tient bien.

J'en ai essayé un, pour voir ce qu'apportait le sel dans un savon et j'avoue que je reste un peu sur ma faim. Alors qu'avec la même formule, j'ai toujours obtenu des savons à la mousse ultra crémeuse et abondante, ici on a une mousse très fine et relativement peu abondante. Le savon est doux sur la peau, pas agressif. 

Racontez moi vos savons au sel, j'avoue que je suis très curieuse de savoir ce que vous en pensez. 

Lolitarose vous salue bien !




31 commentaires:

  1. Jolie couleur ! Et belle histoire que celle de ce savon, inspirée de si loin !
    Pas encore tenté le savon au sel : ton expérience est très intéressante, merci de la partager.
    Effectivement, j'ai lu que les arômes alimentaires ne tiennent pas du tout dans les savons, il vaut mieux mettre des HE. (cannelle-orange tient très bien, je confirme !)

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de choses me touchent dans les explications concernant ce joli savon ...

    Sur le plan purement technique, deux choses : l'une que tu as découvertes - comme moi - in situ, c'est qu'il faut se méfier quand on utilise certains ingrédients comme liquide de dissolution de soude.
    J'ai eu une belle frayeur avec du lait d'avoine ...

    Ensuite et c'est le plus important, un savon au sel doit être davantage surgraissé. Tu peux aller voir chez moi les deux savons au sel que j'a réalisé (Savon soignant, et Savon de la mer morte).

    Je pense que ta légère déception par rapport à ce beau savon vient de là.

    Je m'incline devant ta délicatesse Lolita San.

    RépondreSupprimer
  3. Om Mani Padmé Hum, pour ce merveilleux savon qui a presque sa robe grenat de sagesse
    Il inspire et respire ce Tibet, brut et abrupt
    Je suis aussi une admiratrice de cette rebelle
    anarchiste aussi, avant que d'être sage
    Mon savon au sel, moussait bien, mais j'en avais mis très peu et surgraissé, c'était le vert galant
    J'aime beaucoup la couleur que tu as obtenu, je tente de moduler maintenant, je m'assagis

    RépondreSupprimer
  4. Je fais aussi partie du fan club de cette chère Alexandra (qui avait très mauvais caractère… ) et ce savon un peu rugueux comme elle devait l'être lui rend un bel hommage;

    la gelée de riz, je peux imaginer… j'ai eu cet été une inspiration funambulesque (non publiée encore) comme liquide de dissolution de la soude (100% eau de la mer morte, rien ne fondait… ça a fini au bain marie bien chaud) qui me fait encore fremir quand j'y pense.
    j'aime beaucoup ta photo sur fond de coquillage, qui remonte bien le moral dans le froid glacial parisien.

    RépondreSupprimer
  5. @Kat, nul doute que tu tenteras aussi le sel dans le cours de tes expériences savonnesques

    @Irène, je n'avais pas intégré qu'il fallait augmenter le surgraissage. Du coup, je suis moins déçue et je n'exclue pas de recommencer

    @mlk, Ôm... tu t'assagis ?!? plus de rouge mlkien ? snif, snif ! mais je l'aimais bien moi ton rouge

    @venezia, j'aime beaucoup ton "inspiration funambulesque" ; j'ai également tenté une expérience (non publiée) où j'ai fait exploser le thermomètre tant la température a grimpé !
    les savonnières sont prêtes à tout !

    RépondreSupprimer
  6. Je ne savais pas que la rhubarbe venait de si loin, je suis épatée !

    Personnellement, je ne suis pas friande de savons au sel, mais on m'en demande régulièrement... alors j'en refais !

    RépondreSupprimer
  7. Il est magnifique ce savon, je suis conquise.

    RépondreSupprimer
  8. Quels beaux voyages tu as faits, je t'envie.
    Tu as quand même obtenu un joli rose.
    Pour répondre à ta question je n'aime pas trop les savons au sel, je n'en ai fait qu'une seule fois d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  9. Lolitarose, je trouve ton savon très beau et en plus il a une couleur magnifique.

    J'ai du sel rose du Cachemire que j'ai acheté pour faire du savon, donc je suis très contente de lire ta recette et de voir ton savon.

    Pour l'instant je n'ai jamais fait de savon au sel, mais quand on rajoute le sel dans le calculateur Mendrulandia, on voit la caractéristique dureté du savon grimper.

    http://calc.mendrulandia.es/?lg=fr

    Je prends note du message d'Irène sur le surgraissage.

    RépondreSupprimer
  10. J'aime beaucoup les savons au sel pour ma part.
    Mais il faut vraiment:

    - qu'ils contiennent beaucoup d'huiles dures (60/80%).
    C'est à dire un peu comme les savons fouettés.

    - qu'ils soient très, très surgraissés comme le dit Irène dont le savon de la Mer Morte était un délice.

    D'où l'importance du choix de gras durs réputés plus stables à l'oxydation.

    - qu'ils vieillissent plusieurs mois.
    Ils ne sauraient se comparer à des savons ordinaires bien entendu vu que leur mousse est plus crème que mousse.

    Mais le toucher est agréable pour moi.

    - qu'ils soient mis dans des moules individuels en silicone.
    Le démoulage est alors très aisé en 6h environ selon la formule, ce sont des savons dont on sent encore la chaleur longtemps après démoulage.

    J'adore ainsi sentir la saponification continuer alors qu'ils sont déjà bien durs.

    Le découpage des pains n'est pas facile à réaliser.
    Le savon s'effrite si tu démoules un poil trop tard. Selon la formule, on peut découper au bout de 4h mais cela ralentit certainement le processus de saponification.

    J'apprécie beaucoup ces savons très lourds et denses ainsi que l'effet de texture dû au sel.

    Il me semble que si le tien a eu du mal à sécher c'est dû au fait que tu l'avais fabriqué l'été et au bord de la mer.
    Le sel devait absorber l'humidité ambiante.

    Sans compter tes 10% d'huile de ricin réputé pour former der des savons mous.
    Qu'en penses-tu?


    Merci Lolitarose, j'admire at patience pour chemiser ainsi tes moules.

    RépondreSupprimer
  11. Alors là, tu m'atteinds en plein coeur Lolitarose
    Un savon de toute beauté et de toute sagesse que voilà.
    J'ai lu et relu Alexandra et mon but c'est aussi d'aller là-bas afin de pouvoir m'imprègner de l'ambiance de cet extraordinaire pays
    Merci pour cet hommage brut et plein de douceur à la fois

    J'aime beaucoup les savons au sel, je les surgraisse, j'utilise des gras et je le laisse sècher longtemps.

    Voilà ma belle Lolita
    Merci à toi pour ce voyage

    RépondreSupprimer
  12. Lolitarose, ton savon me touche particulièrement car je suis une descendante d'Alexandra David Neel et cette femme au caractère puissant a laissé une forte empreinte sur les femmes des générations suivantes...

    La couleur de ton savon ressemble au sel des hautes altitudes.

    Pour d'autres détails concernant l'utilisation du sel dans les savons Nin8 à fait un récapitulatif sur "Fait Maison" dans la rubrique des "Trucs de Mary" :

    http://faitsmaison.forumpro.fr/les-trucs-de-mary-f18/truc-13-les-ajouts-a-la-trace-t6563.htm

    Ces renseignements compléteront bien les informations données pas Michèle.

    Ton savon est vraiment un savon "voyageur", à tous les sens du terme!!!

    Loulou qui ne sait pas sous quel format s'enregistrer...

    RépondreSupprimer
  13. Superbe ! Et l'explication et le savon !
    Je suis entièrement en phase avec toi au sujet d'Alexandra David Neel et Ella Maillart, qui sont mes 2 inspiratrices et écrivaines fétiches. Avec Marguerite Yourcenar.
    Bon, en ce moment les savons me fuient : le dernier que j'ai fait était vraiment raté (faudra que j'aille le raconter et le montrer sur PetC)je l'ai jeté.
    J'espère avoir le bon mood d'ici quelques temps pour recommencer : j'ai mis du jus de carotte au congelo en prévision.

    RépondreSupprimer
  14. @ nansou, mais oui la rhubarbe est originaire du Tibet, c'est sans doute pour ça que j'en raffole !

    @Luciefer, merci

    @Catherine, toi tu vis un voyage permanent au milieu de paysages merveilleux !

    @Colchique, merci pour le lien. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'aller consulter ce calculateur, mais cela me semble indispensable. J'attends donc ton savon au sel de l'Himalaya.

    RépondreSupprimer
  15. @Michèle, que n'ai-je pris la peine d'aller farfouiller sur la blogosphère avant de me lancer dans en pure impro ! non que mon savon soit râté, loin s'en faut ! mais depuis que j'utilise nos savons maisons je suis devenue très exigente ;)
    C'est donc entendu, je recommencerai en suivant à la lettre tous vos précieux conseils à toutes.
    Michèle, je ne saurais te dire pour l'huile de ricin car j'en mets très souvent dans mes savons mais je ne suis pas sûre que ça ait donné des savons mous. Et mon savon au sel est aujourd'hui dur comme de la pierre !
    Merci Michèle d'avoir pris la peine de venir donner ici toutes ces explications.

    RépondreSupprimer
  16. @Mystic, je me doutais bien que le Tibet te titillerait, on ne s'appelle pas mystic pour rien, hein ? Et je te souhaite de pouvoir aller dans l'himalaya un jour. Il suffit de le vouloir et d'y croire très fort.

    @Loulou, il me semble qu'il te suffit de saisir ton nom à la rubrique nom/url en saisissant ton adresse mel et tu ne seras plus anonyme !
    Merci pour les liens, je vais aller y faire un tour et après ça, plus le choix je m'y colle !

    @Lyjazz, je suis heureuse qu'il y ait autant d'admiratrices de ces femmes fantastiques. J'ai sur ma table de chevet un livre de la grande Alexandra sur les mystiques et magiciens du Tibet qui m'avait échappé jusqu'ici mais je vais rattraper cet oubli.
    Je suis sûre que "the mood" va très vite revenir, un ratage n'est rien d'autre qu'une expérience de plus. Moi qui suis fan de carotte en HE, en couleur, à manger...), j'attends de pied ferme ton nouveau savon.

    RépondreSupprimer
  17. très beau savon, malgré tout!
    Je suis une grande fan des savons aux sels...mais effectivement il faut au moins 3 à 4 mois de cure si ce n'est plus pour les savons au sel ...
    comme dit loulou, viens donc nous rejoindre sur le forum faits maison ;)

    RépondreSupprimer
  18. Merci elle06, mon savon cure maintenant depuis depuis bientôt 5 mois et il est très doux, je ne peux pas m'en plaindre. Une mousse un peu plus abondante aurait été la bienvenue, mais à part ça je l'utilise et ma peau ne semble pas s'en plaindre ! Je vais venir faire un tour sur le forum puisque tu m'y invites si gentiment.

    RépondreSupprimer
  19. Ton savon est magnifique et en plus il a une âme, comme c'est souvent le cas de tes savons.
    J'ai aussi dévoré les livres dont tu parles quand j'étais ado, mais je n'ai jamais eu le courage de suivre les traces de ces grandes dames, je me suis contenté de rêver, contrairement à toi.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  20. Pat, tu sais que les rêves sont les plus beaux des voyages ; ils nous entraînent là où aucun train, aucun avion ne pourraient aller. Rêver c'est rester vivant. Alors ne t'arrête jamais !

    RépondreSupprimer
  21. Je n'ai fait un savon au sel qu'une seule fois et j'étais un peu déçue aussi.
    Et là, très envie de renouveler l'expèrience grâce aux conseils des unes et des autres !
    J'ai aussi envie de faire un savon avec ta recette huiles/beurres qui me plaît bien :-)

    RépondreSupprimer
  22. Jazz, je suis comme toi, maintenant que j'ai eu tous ces conseils, j'ai très envie de retenter l'expérience et comparer les résultats !
    A suivre, donc !

    RépondreSupprimer
  23. Alors, je l'adore, la couleur piqué de ses grains est absolument émouvante et sincère
    Au début, une crème sur les mains, qui bulle tout doucement, Alexandra est très belle et allume de sa jolie couleur mes petits matins
    Il faut croire que l'âge lui a donné sagesse et bonté, car il est vraiment reussi

    RépondreSupprimer
  24. Merci mlk, je suis heureuse que tu l'apprecies. Je t'envoie plein de bises du pays de notre amie Franchette ou a été conçu ce petit savon

    RépondreSupprimer
  25. Lolitarose
    ce savon est comme une pierre polie par le temps
    Tu devrais en prendre une photo mouillée, juste un peu
    Il est vraiment très étonnant, ou alors j'aime trop le rose!

    RépondreSupprimer
  26. Tu as raison mlk, c'est comme une pierre couleur corail délavé. Dès que je rentre à Paris, j'en fais de nouvelles photos.

    RépondreSupprimer
  27. j'adore la couleur de ton savon avec quoi l'as-tu obtenue? c'est l'urucum qui donne cette couleur?

    personellement j'aime beaucoup les savons au sel, mais j'ai aussi eu des déboires au début. maintenant je les dilue dans un peu d'eau avant de les incorporer. je trouve que les savons au sel ont une texture vraiment particulière, douce et crémeuse. je n'ai pas remarqué que la mousse était moins abondante.

    j'en profite pour t'inviter à venir faire un tour sur le forum savonnier que j'ai créé récemment avec Karo et clairette, si le coeur t'en dit :)

    RépondreSupprimer
  28. Estelka, c'est surtout la rhubarbe qui a donné la couleur, en macérat c'est assez efficace si on dose bien. Je n'ai pas retenté de savon au sel depuis car j'étais un peu restée sur ma faim, mais je vais essayer avec ta méthode pour me rendre compte.
    Et je vais bien sûr passer faire un tour sur le forum, merci beaucoup de ton invitation.

    RépondreSupprimer
  29. moi j'adore les savons au sel, mais je n'en met pas tant que ça (environ 1CS pour 500G d'huile. je le dilue bien dans un peu d'eau avant, puis je mixe longtemps pour qu'il soit bien dissouts et pour éviter le côté exfoliant. je pense que tu peux le mettre dans ton liquide de dissolution.

    un des miens à rejeté des goutelettes d'eau après plusieurs mois de cure, c'était très étrange!

    mais sinon j'aime vraiment le sel dans les savons, je trouve que ça donne une dureté et une texture vraiment agréable!

    RépondreSupprimer
  30. et encore une fois ta couleur est magnifique!

    RépondreSupprimer
  31. en fait je suis gâteuse non? je me répète?

    RépondreSupprimer