mercredi 22 décembre 2010

Crème-cérat Panacea


Conte des Mille et Une Nuits de Noël


Mystères de l'orient

Il était une fois un pays merveilleux niché quelque part au milieu du désert qui était connu dans tout l'Orient pour la beauté et le parfum exceptionnel de ses roses. 
Le sage et riche Sultan de ce petit pays, Aladin Asouleyman, cultivait en effet dans l'enceinte close de son Palais une roseraie d'une beauté inégalées. Le Sultan aurait pu être l'homme le plus heureux de la terre. Mais il désespérait de mourir avant d'avoir vu sa fille bien-aimée mariée avant son seizième anniversaire, assurant ainsi sa succession sur le trône.
On vantait la beauté de la Princesse Vanazihiya - tel était son nom - aux quatre coins du Royaume, bien que, en réalité, nul ne l'ait jamais vue. Son teint, disait-on, avait l'éclat et la douceur des roses à peine écloses du jardin royal.
Mais, au grand désespoir du Sultan Asouleyman, la jeune Princesse souffrait d'un mal aussi inconnu qu'incurable qui la condamnait à vivre recluse derrière les murs du Palais.
Depuis son plus jeune âge, la Princesse Vanazihiya  voyait la peau de son visage se couvrir de rougeurs et se déssecher  comme celle d'un vieux serpent dès qu'elle était en contact avec le vent, le soleil ou tout simplement l'air extérieur. Tous les plus grands médecins de la Cour avaient été dépêchés au Palais afin de trouver un onguent ou une potion susceptibles de venir à bout du mal de la jeune fille. Las ! rien n'y fit et jour après jour, année après année, la beauté de Vanazihiya croissait à l'abri des éléments extérieurs et des regards, cloîtrée dans les appartements princiers.
Un jour, le Sultan Asouleyman, eut l'idée de mander des messagers par tout le Royaume afin de quérir celui qui pourrait enfin trouver le remède qui délivrerait la Princesse : 
"Oyez ! Oyez ! le Sultan donnera sa fille, la vénérable Princesse Vanazihiya, et cent chameaux à l'homme qui trouvera le remède au mal de la Princesse !"
Ainsi, le Palais  vit défiler nombre de postulants au mariage, offrant à la Princesse baumes et onguents. Chaque fois, la belle Vanazihiya s'enduisait le visage de ces nouvelles mixtures et au matin, le verdict était toujours le même : inefficace.
L'on vit des vieillards édentés présenter quelque graisse fort odorante dans l'espoir de convoler en juste noces avec la belle et fraîche Princesse. L'on vit encore une mère, traînant son garçonnet encore en couches jusqu'au Palais afin d'obtenir la main de la Princesse.
Un matin, l'on vit arriver une femme vêtue de brocart. A sa mise on pouvait voir qu'il s'agissait d'une étrangère. Elle se présenta au Palais, mais les fidèles serviteurs du Sultan la repoussèrent arguant qu'elle n'était qu'une femme et qu'elle ne pouvait, dès lors, prétendre à la main de la Princesse.
L'étrangère insista pour être malgré tout introduite auprès du Sultan.
"Sultan Asouleyman, je ne demande pas la main de ta fille mais je viens au contraire lui éviter des maux bien plus grands que ceux qu'elle subit aujourd'hui. "
Intrigué, le Sultan l'invita à poursuivre.
"Que crois-tu qui soit mieux pour la Princesse Vanazihiya : passer le restant de ses jours dans la prison du palais d'un père aimant ou dans celle d'un vieillard lubrique ? Si ma crème soigne son visage, tu pourras lui choisir le mari qu'elle mérite et qui la rendra heureuse. En échange, je ne demande qu'une chose. Chaque année, lors de la floraison des roses de ton jardin, je viendrai en cueillir les pétales pour mes onguents et mes parfums."
Le Sultan accepta. Il prit l'onguent aux effluves de rose et d'encens et le porta à sa fille.  
Au matin du jour suivant, la belle Vanazihiya parut au balcon du Palais et tous les sujets du Royaume purent enfin admirer son immense beauté.

&  &  &

Il se trouve que je devais retrouver lors d'une rencontre de fées, sorcières et autres Parisiennes, une Princesse de ma connaissance dotée d'une peau tellement fine et délicate, qu'elle ne supportait aucun émulsifiant. Chaque fois que l'une d'entre nous lui offrait une de ses créations, elle s'écriait :
 "Ah ! quel dommage que ma peau ne supporte rien !"
Comme j'aurais été fort marrie qu'elle se trouve dans l'obligation d'épousailler le premier venu juste pour sauver sa peau, je  réfléchis aux moyens de la tirer des griffes d'un inutile mari.
Puis l'une de ses remarques récurrentes me revint à l'esprit et me souffla la solution :
 "Je reviens toujours à mes bons vieux cérats, il n'y a que ça qui marche".
J'ai donc décidé de revenir aux bonnes vieilles recettes et j'ai ressorti mes vieux grimoires de la bibliothèque.
Mais qu'est-ce qu'un cérat, au juste ?
Le plus connu est le cérat de Galien, du nom d'un célèbre médecin de l'Antiquité et son inventeur, et la formule la plus ancienne que j'ai pu retrouver mentionne qu'il est composé de cire d'abeille, d'huile végétale (amande douce) et d'eau. 
Plus tard, on y incorpora du sodium borate, plus communément appelé Borax.
On trouve également une autre formule assez proche appelée cold cream et à visée plus cosmétique alors que le cérat serait à usage thérapeutique. 
Une des formules les plus répandues pour la cold cream contient de l'hydrolat de rose, de la cire d'abeille, de l'huile d'amande douce, du blanc de baleine et de l'essence de rose ainsi que, selon les formules, de la teinture de benjoin.
Ayant donc en tête de réaliser un cérat, je cherchais tout d'abord à comprendre le pourquoi de la présence de Borax dans la formule alors même que cet ingrédient est considéré comme potentiellement dangereux.
Sodium borate ; ça ne vous dit rien ? Mais si, voyons... Regardez mieux.
SODIUM borATE
Et là, vous y voyez un peu plus clair ? Mais oui ! mais c'est bien sûr ! le borax est un sel de l'acide borate ou, en d'autres termes, un savon
En fait la présence du borax dans le cérat avait deux objectifs : tout d'abord, en raison de son pouvoir antiseptique et bactéricide, il assumait une fonction de conservateur dans une formule qui contient 50% de phase aqueuse ; ensuite, son pouvoir émulsionnant assure une meilleure stabilisation de l'émulsion car la cire d'abeille n'est en fait pas véritablement un émulsifiant et s'avère de ce fait relativement instable.
Aussi, c'est sans hésiter que j'ai décidé de remplacer le borax par du savon maison. 
Quant au blanc de baleine, que l'on nommait aussi spermaceti et qui est aujourd'hui, fort heureusement interdit, je lui ai substitué un peu d'acide stéarique conjugué à l'huile-cire de jojoba : ainsi on maintient l'équilibre entre fonction épaississante et lissante sur la peau.

cire, savon, acide stearique


Ma formule de base en grammes

-40 Eau déminéralisée
-20 hydrolat de roses (Essenciaga)
-20,5 macérat de roses, camomille, lavande sur olive (maison)
-11,5 HV jojoba (Copaïba)
-8 cire d'abeille blanche (grade pharmaceutique)
-5,5 HV son de riz (AZ)
-4 acide stéarique
-3 beurre de cupuaçu (The Herbarie)
-2 savon (maison)

A froid
-10 gtes CO2 rose musquée (The Herbarie)
-5 gtes HE carotte sauvage (pour son pouvoir hautement régénérant)
-5 gtes HE encens (parce que anti-inflammatoire)
-5 gtes HE rose damas (anti-ride et pour le parfum)
-5 gtes absolue de rose (Bilby)
un soupçon de poudre de riz
un soupçon de macérat d'orcanette pour la couleur
0,5 % de géogard

une belle consistance
La méthode de fabrication est extrêmement simple : dans un bol stérilisé et placé au bain marie, faire fondre la cire d'abeille, l'acide stéarique et le savon ; puis introduire le beurre de cupuaçu ; enfin les huiles. Mélanger à la cuillère magique, puis en laissant toujours au BM chaud, verser progressivement le mélange eau-hydrolat sans cesser de remuer énergiquement. Retirer du feu dès que l'émulsion commence à mousser et continuer de mixer à température ambiante jusqu'à formation d'une belle émulsion épaisse et lisse.
A froid, introduire le CO2, les HE et le conservateur. Puis la poudre de riz en petite quantité.
Verser en pots. 
Après 24 heures de repos, la texture est devenue très ferme prenant un aspect plus pommadé que onctueux. Un peu comme un beurre mais à l'aspect assez rustique.

cérat-crème Panacea

A cette occasion, j'ai découvert les vertus du beurre de cupuaçu - INCI theobroma grandiflorum - que j'utilisais pour la première fois dans cette formule et qui m'a littéralement conquise. Depuis, j'en mets partout ! Si j'en crois mes lectures, ce beurre qui est riche en phytostérols, en acides gras mono et poly insaturés ainsi qu'en stéarique a d'importantes propriétés émollientes, un fort pouvoir lissant et surtout une capacité exceptionnelle à maintenir le taux d'hydratation de l'épiderme, ce qui en ferait un soin anti-rides de tout premier choix. Il a en outre une adorable odeur de praline assez sympathique. Mais c'est bien sûr pour sa capacité anti-déshydratation que je l'ai choisi.
Comme je le fais toujours, et bien que ce cérat fut destiné à une peau très sèche - c'est à dire l'opposé de la mienne - j'ai tenu à tester sur mon propre visage cette crème-cérat (Même pas peur la Lolita !).
C'est d'abord le parfum qui m'a charmée. On ne devine quasiment pas la présence de la carotte et je trouve la synergie rose-encens très féminine avec une petite touche orientale, très 70's.
Ensuite, j'ai été déroutée puis conquise par la texture, un peu cassante, semblant vouloir s'accrocher à la peau. Pas autant  toutefois que les émulsions réalisées avec l'émulsifiant P3R, et surtout sans leur côté glu-glu. Le cérat est riche et il nécessite que l'on masse bien la peau pour le faire pénétrer. Mais quelques minutes après, pschtt !, tout est absorbé et la peau est mate, lisse et veloutée, même ma peau mixte qui n'aime que les nuages de crème ultra légère. Et après une nuit, aucune éruption disgracieuse, rien si ce n'est une peau bien hydratée.
Du coup, je me suis lâchée et l'ai testée sur les lèvres, qui avec le froid ont tendance à gercer. Résultat : des lèvres toutes neuves en une nuit. Toujours plus loin, je l'ai mise en contour de l'oeil. Si, si vous avez bien lu ! Et là, traits lissés et un maquillage qui tient parfaitement.
Sur les mains, les pieds. Hmmm ! ça rend la peau toute douce.
Et last, but not least, je l'ai encore essayée en masque avant shampooing : cheveux d'ange garantis !
Vous avez compris maintenant pourquoi je l'ai baptisée Panacea ?
Bon, en même temps elle ne m'était pas destinée et j'attends les retours de ma Princesse à la peau délicate.

Mais il faut que je vous raconte une anecdote digne d'un conte de fées.

J'avais réalisé trois pots de cérat : l'un pour ma Princesse, le second pour moi et un troisième en vue d'un cadeau à d'autres amies-testeuses. Quelques jours après fabrication, voulant offrir donc un échantillon du cérat, j'ai transvasé un peu de crème dans de petits contenants et là, patatra ! l'émulsion s'est brisée. Un peu comme si les molécules  avaient éclaté pour laisser échapper l'eau. Je n'ai pas compris, d'autant que celle restée dans les autres pots ne semblait pas avoir été affectée..

Un soir plus tard, alors que je tenais mon propre pot en mains, celui-ci m'échappa et alla s'éclater en mille morceaux répandant tout le précieux onguent sur le carrelage de ma salle de bains.

Il était écrit que ce cérat était un cérat de Princesse, et seule une peau de Princesse se devait de l'utiliser. On ne plaisante pas avec les Contes des Mille et Une Nuits !

Par prudence, je suggère tout de même à celles qui ont reçu ce cérat éclaté de ne le tester que sur les mains. 
J'ai refait depuis une deuxième formule de cérat, spéciale peaux mixtes et l'émulsion est intacte, je ne constate aucun déphasage.

Je vous livre donc également la formule peaux mixte

-40 eau
-20 HA roses
-11,5 jojoba
-10 macérat roses, lavande, camomille sur olive
-8 cire d'abeille
-6 macérat de roses sur coco fractionné
-5,5 HV son de riz
-4 acide stéarique
-2 savon
-2 beurre de cupuaçu
-1 beurre de nilotica

Ajouts à froid
-4 HV rose musquée
-10 gts CO2 rose musquée
-5 gtes HE caroote sauvage
-5 gtes encens
-5 gtes HE roses
-4 gtes absolue de rose
sève de bambou
0,5% geogard

Au final, une formule immédiatement absorbée, laissant la peau douce et satinée.


J'ai beaucoup aimé travailler avec la cire d'abeille, au point que j'ai très envie de lui redonner une place de choix dans mes formulations cosmétiques. J'avais apprécié le petit plus qu'elle apportait dans le sérum régénérant et il me semble qu'on doit pouvoir en tirer un excellent parti en association avec d'autres émulsifiants doux et légers.
A suivre donc.

& & &

Je vous souhaite à tous et à toutes un très Joyeux Noël et d'excellentes fêtes de fin d'année.

Votre dévouée Lolitarose

   



  


  


24 commentaires:

  1. Un cérat de main de maître ! Mais il ne faut pas plaisanter avec les crèmes de Princesse si j'ai bien compris ! ;-)
    Tes formules m'intéressent vivement. J'ai une question : la cire d'abeille blanche c'est pour éviter une couleur finale jaune ?
    Le beurre de cupuaçu est mon beurre chouchou ! Je l'ai découvert l'an dernier et j'en mets souvent dans mes formules car ses effets sont vraiment formidables.
    Crois-tu qu'il y ait des précautions particulières pour éviter le déphasage ?

    RépondreSupprimer
  2. Je voulais dire aussi : ce sera l'occasion de tester un peu d'un de mes savons ! Et j'aime beaucoup comme toi, ces pots bleus !

    RépondreSupprimer
  3. La simplicité de cette formule me plaît beaucoup. Cerat pour peau mixte à essayer pour moi l'hiver prochain et si on peut en mettre partout, c'est super. J'ai hâte que la Princesse nous fasse un retour.

    Joyeux Noël à toi aussi Lolita.

    RépondreSupprimer
  4. Quel cérat délicat... j'aime la fin de ton histoire !
    Joyeuses Fêtes Lolitarose !

    RépondreSupprimer
  5. Lolitarose, quel régal ton article et quel beau résultat !

    C'est certain que ton cérat va fortement m'inspirer, car il permet de baisser le dosage de cire d'une manière qui me plaît beaucoup.

    J'aime tes pourcentages de phases huileuse et phase aqueuse dans ton cérat.

    J'aime l'idée de l'ajout d'un coémulsifiant qui permet d'avpir un produit nourrissant qui laisse un fini mat sur la peau.

    Excellent je trouve l'assocation cire d'abeille et savon.

    J'ai testé le beurre de cupuaçu et dans les préparations je lui trouve des propriétés très proches de celles du beurre de cacao.

    J'ai utilisé les beurres de cacao, de karité, de cupuaçu, de kokum et de murumuru. Mes préférés sont les beurres de karité, de cacao et de kokum.

    Je te souhaite de passer d'excellentes fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
  6. Ma chère Lolitarose,

    j'ai lu très attentivement ton conte oriental, et j'ai découvert que j'étais aussi gâtée que la princesse vanazyhia…
    J'ai trouvé le pot et le nom si jolis … que je ne l'ai pas encore essayé, comme on contemple un coffret aux trésors avant de l'ouvrir! Mais j'ai quasiment déjà vidé le pot de ta creme soufflée dont je me tartine comme une malade tant elle me plait …

    J'apprécie moi aussi beaucoup le beurre de cupuaçu que je glisse un peu partout.

    Quant à l'ajout d'acide stéarique et de savon, je ne dirai qu'un mot: super;
    Pour le défi de Malégria, j'avais intégré un TA au cérat et j'avais été épatée du résultat, (mais je n'avais pas osé pour le visage).

    mille mercis belle Sheherazade, et joyeux Noel à toi et à ton sultan

    RépondreSupprimer
  7. super, vraiment, super article. ta déclinaison de cerat pour peau mixte est une excellente idée.merci

    RépondreSupprimer
  8. Comme d'habitude, un article de Lolitarose est toujours un régal ...

    J'aime les cérats, c'est un produit que j'affectionne et que je décline de mille façons alors même que ma peau, contrairement à celle de notre Princesse, supporte tout. Elle est juste gourmande.

    Je m'incline devant ton kimono, Lolita-San, très orientaliste cette fois mais toujours aussi délicat

    RépondreSupprimer
  9. Après une petite pause de Noël dans un Sud glacial ( ya plu de saisons ma brave dame !), je viens vous rejoindre et m'asseoir avec vous pour une séance papotage.

    @ Kat, je ne sais quoi répondre sur ce déphasage, car j'ai donc refait une version peau mixte, que je me suis bien gardée de transvaser et je n'ai aucun déphasage. Il faudrait que j'ai le courage de sacrifier un pot pour voir si j'ai le même résultat.
    Alors disons que la fée protectrice des belles Princesses a décidé que ce cérat ne pouvait appartenir à nulle autre. C'est aussi ça la magie de Noël...

    @Catherine, j'ai entendu que vous aviez un été particulièrement chaud en nouvelle calédonie, quel rêve ! moi qui suis descendue passer Noël dans le sud de la France en espérant y trouver un temps clément, je n'ai jamais eu aussi froid de ma vie ! Et du coup, j'ai tartiné lèvres et joues du cérat pour me protéger lors des longues ballades en campagne. Choisis bien ton coin de France en rentrant en métropole car le contraste risque d'être très rude.

    @Colchique, c'est vrai le beurre de cupuaçu s'apparente au cacao et lorsque c'est un beurre de qualité il en a également ce parfum très tapissier même si plus praliné que le cacao. Je trouve que c'est un beurre très intéressant en hiver, pour des soins plus protecteurs et riches. Sinon, comme toi je suis fan de kokum et karité qui me semblent plus légers sur le visage.

    RépondreSupprimer
  10. @venezia, puisqu'il est écrit que cette crème-cérat n'était destinée qu'à toi, j'espère qu'elle conviendra à ta peau délicate. Profite bien des embruns et de la mer avec ton Prince des mille et une nuits.

    @ Nepenthes, merci. Même si il est destiné à des peaux mixtes, ça n'en reste pas moins un cérat avec une importante proportion de gras. Donc, je ne conseillerais quand même pas de s'en tartiner copieusement le visage ;)
    En revanche, je le trouve idéal en sur protection sur les pommettes ou le bout du nez pour une grande ballade dans le froid et le vent ! Et en réparation sur les lèvres, le soir avant d'aller dormir, c'est parfait !

    @Irène, contrairement aux idées reçues, la gourmandise n'est pas un vilain défaut ;) et tu as bien de la chance de pouvoir mettre toutes ces belles formules très riches qui me font rêver mais (hélas) aussi bourgeonner !
    Bises Dame la Fée.

    RépondreSupprimer
  11. Très bel article, qui ne fait que confirmer mon affection pour la cire d'abeille et les cérats ! :)

    Très belle année 2011,
    Nilou

    RépondreSupprimer
  12. Merci Nilou, je re-découvre les cérats et la cire d'abeille que j'avais un peu boudés car trop gras à mon goût, mais avec un peu de recherche on parvient finalement à obtenir des formules vraiment tout-terrain.
    Bonne année à toi Nilou.

    RépondreSupprimer
  13. Je l'ai utilisée hier soir sur le visage et terminée ce matin sur le corps.

    Malgré un léger suintement aqueux qui m'a fait la terminer au plus vite, elle pénètre très vite et convient bien à ma peau mixte peut-être un poil plus sèche que la tienne.

    Je n'ai pas éprouvé la même réticence que d'autres crèmes contenant du savon.
    Je me demande si la cire d'abeille et la quantité de corps gras n'y sont pas pour quelque chose.

    Le parfum est discret et laisse tout de même un sillage de rose absolue que j'adore.
    D'où vient la tienne?

    Je suis très fan de ce cérat peau mixte. As-tu la cire d'abeille de Bilby?

    RépondreSupprimer
  14. Coucou Lolitarose
    Après une épilation à l'orientale du visage très "trash" j'ai couru m'enduire de cette panacea et là, soulagement immédiat et quelques petites vingtaine de minutes après, pas de rougeurs, de boutons réactifs, je me suis sentie "Princesse"
    Bien sûr, pour ma peau, c'est trop riche, mais en onguent dans ces cas la et sur mes mains gourmandes, impec
    A tout bientôt ma Loli

    RépondreSupprimer
  15. je l'apprivoise d'abord ailleurs que sur le visage et j'apprécie énormément sa texture fine, je dirais un peu beurrée et pas du tout cireuse (meme si c'est un cérat). Pas de déphasage à l'horizon…
    le parfum est exquis, un vrai régal.

    je viens te raconter dès que je saute le pas visage.

    RépondreSupprimer
  16. @ Michèle, je suis heureuse que ce cérat au savon t'ait convenu. Il est clair que tu as la peau nettement plus sèche que moi, car cette version ne me convenait pas du tout sur le visage mais elle s'est avérée parfaite pour une amie à la peau sèche et intolérante. En revanche, la version 2 est parfaite en soin du soir ou en protection anti-froid et un régal pour les lèvres !
    Ma cire vient de la pharmacie et l'absolue de rose de chez Bilby.

    @mlk, je n'avais pas pensé l'utiliser en soin post épilation, mais je vais tester sur le "maillot" , zone sensible s'il en est...

    @venezia, ce cérat t'était destiné, donc je suis heureuse qu'il n'y ait eu aucun déphasage et encore plus si il convient à ta peau.

    RépondreSupprimer
  17. je poursuis les essais avec ce cérat dont le parfum m'enchante. j'ai sauté le pas: j'en mets -depuis deux soirs- sur le visage- et ma peau a l'air contente, elle est très douce le matin… donc je continue l'expérience et viendrai te donner des nouvelles

    RépondreSupprimer
  18. Venezia, en ce moment je fais comme toi et je l'utilise quotidiennement sur le visage (la version peau mixte) car je passe tout mon temps à arpenter la campagne des Pouilles. Je suis épatée qu'une formule aussi simple et riche puisse être aussi agréable au quotidien. C'est vraiment le cérat tout terrain.
    Du coup, je crois que je vais me lancer dans une nouvelle adaptation, car je me suis conquise moi-même !

    RépondreSupprimer
  19. J'ai pu enfin essayer ce magnifique cérat.

    C'est exactement le genre de produit que ma peau affectionne, mais alors, exactement.

    Ma peau et moi sommes ravies.

    Merci ma Lolita-San

    RépondreSupprimer
  20. Irène, je suis heureuse que cette texture te convienne aussi bien. Pour ma part, depuis le retour à Paris, je ne la mets plus sur le visage mais en revanche elle est parfaite sur les mains et les pieds.
    Je suis d'ailleurs en plein test d'un nouveau type de cérat-cold cream qui me semble prometteur. Je t'en ferai parvenir un pot pour que tu n'aies pas à attendre ta prochaine "vadrouille" parisienne !

    RépondreSupprimer
  21. Que contient ton nouveau cérat-cold cream ? :)
    Sinon, je confirme, le cérat en soin post-épilation, c'est génial !
    Au fait, j'ai lu que tu étais mentionnée dans ELLE, félicitations ! ;)

    RépondreSupprimer
  22. Nilou, en fait j'ai refait tout d'abord un cérat relativement traditionnel mais j'ai obtenu un résultat très différent en texture (le panacéa est mousseux et peu gras sur la peau) en le triturant plus longtemps et en le mettant au frigo entre chaque mixage ; je le posterai peut-être si j'ai le temps.
    A ma prochaine séance d'arrachage de poils, promis je teste le cérat pour voir. Jusqu'ici c'était gel d'aloé pour éviter les petits boutons sur les zones sensibles, mais je vais changer.

    Pour le ELLe, tu sais c'était juste deux lignes dans un article consacré à la cosméto home-made, mais c'est toujours sympa.

    RépondreSupprimer
  23. Merci pour ta réponse ! Le fait de mettre au frigo entre chaque mixage, c'est ce que je fais, ça donne une texture très chouette et agréable à appliquer, plus aérienne je trouve.

    Moi je mets un peu de cérat également avant l'épilation, la peau est alors plus souple et c'est donc moins douloureux ensuite. ;)

    RépondreSupprimer
  24. Je lis et relis tes aventures avec les cérats... en attendant de me lancer et de tester la fameuse association cire d'abeille-savon maison. Je fais et refais une crème riche au karité sans émulsifiant pour la peau sensible et mature de ma maman, mais j'aspire à lui trouver quelque chose de moins gras... ta version du cérat me semble très interessante... merci lolitarose de nous inspirer comme tu le fais!

    RépondreSupprimer